ROSE : 5 bonnes raisons de s'emballer pour le film d'Aurélie Saada avec Françoise Fabian

"ROSE : 5 bonnes raisons de s'emballer pour le film d'Aurélie Saada avec Françoise Fabian"

En salles le 8 décembre, "Rose" est un cadeau avant les fêtes. Parce qu'il parle de la vie, de la mort, de l'amour et de la famille dans un écrin d'intelligence et d'émotions, ce bijou de cinéma est un moment précieux à s'offrir absolument.

Rose : une histoire universelle

Rose raconte comment une femme de 78 ans confrontée au deuil va apprendre à s'ouvrir à elle-même. Quand son époux meurt, Rose se laisse aller. Elle ne se lave plus, ne répond plus au téléphone, reste ancrée dans son canapé. Jusqu'au jour où sa fille Sarah la sort de sa torpeur pour la traîner à un dîner. Au milieu du repas, c'est la révélation. Une femme plus âgée qu'elle débarque, demande à boire de la vodka, fait passer un pétard, parle de sexe. Rose réalise alors que rien n'est fini, qu'elle est maîtresse de ce qu'elle veut faire de sa vie. De cet instant de découverte, Aurélie Saada déroule la libération de son héroïne et promeut la joie, la vie, l'indépendance et surtout la propension à suivre ses envies. Une magnifique leçon, pour tout le monde.

Françoise Fabian, à son meilleur

Françoise Fabian est Rose. Littéralement. L'actrice incarne son personnage si bien que les limites entre sa personne et son jeu deviennent floues. L'icône de Rohmer, Malle et Buñuel est toujours aussi déterminée, rieuse et généreuse. Emporté par ce regard bleu-vert, on se laisse guider entre émotion, humour, légèreté et profondeur par cette comédienne immensément talentueuse, ici idéale en mère juive, mais surtout en femme libre.

Rose : Aurélie Saada derrière la caméra

© Apollo Films

Si son nom ne vous dit rien, son groupe de musique vous parlera : Brigitte. Pour la première fois, la jeune femme n'a pas écrit une chanson ou un album, mais bien un long-métrage. Et quand elle a compris que cette histoire inspirée de la dernière grand-mère de sa famille ne serait pas un opus à écouter, mais bien à regarder, elle a décidé d'en tenir les rênes et de le mettre en scène. Quelle brillante idée. Le résultat est un premier film tendre et sincère, avec de vraies scènes de cinéma, des personnages habilement construits et un appétit certain pour les scènes de repas et de fête. On en redemande.

Des seconds rôles admirables

Pour donner la réplique à Françoise Fabian, Aurélie Saada l'a joué perso pour les apparitions (ses amis, ses filles, sa sœur et elle-même y ont des petits rôles) et a su choisir avec tact ses comédiens. Ainsi, les enfants de Rose sont interprétés par la captivante Aure Atika, le sensible Grégory Montel et l'impétueux Damien Chapelle. L'homme qui séduit la veuve, un charmant restaurateur, n'est autre que Pascal Elbé, qui clos ce casting à l'image du reste : maîtrisé. 

Une bande-originale de rêve

Aurélie Saada n'est pas seulement la scénariste et réalisatrice de Rose. Elle signe également la bande-originale de ce film emmené par des influences arabes ou juives, qu'elle joue et interprète elle-même. Sa fille Shalom a mis sa pierre à l'édifice en composant l'un des thèmes du long-métrage au piano... à seulement 12 ans. La relève est assurée.