Laetitia Dosch : la flamboyance

Laetitia Dosch apporte un souffle à la fois tendre et impétueux à "Nos Batailles", film poignant réalisé par Guillaume Senez, avec Romain Duris, en salles le 3 octobre. La comédienne à l'excentricité assumée impressionne de charisme et de fougue. Pétulante et savoureusement étrange, cette actrice-auteure-metteuse en scène a (presque) tout essayé, du théâtre au cinéma et de l'humour à la mélancolie. Portrait d'une véritable amoureuse de la comédie.

Laetitia Dosch : la flamboyance
© NIVIERE/VILLARD/SIPA

"Acteur, c'est l'un des plus beaux métiers du monde, parce que ça demande de s'intéresser concrètement à d'autres personnes", déclare Laetitia Dosch au Monde. Pourtant, cette Franco-suisse de 38 ans ne se destinait pas à la comédie. C'est en tombant amoureuse d'un acteur que cette native de Paris, élevée dans une famille catholique, décide de s'inscrire à la classe libre du cours Florent. Un coup de foudre en entraîne un autre: l'étudiante âgée de 17 ans à l'époque, s'éprend de théâtre. Elle intègre ensuite la Manufacture, haute école des arts de la scène, en Suisse. "C'est ici que je me suis trouvée, qu'on m'a appris la liberté et le travail. C'est grâce à ce pays que je suis une femme libre et créative", confie-t-elle à 20 minutes.

Laetitia Dosch : la bizzarerie triomphante

L'étudiante audacieuse et loufoque se jette corps et âme dans la représentation théâtrale. Celle qui admet avoir grandi en tant que "bizarre de la famille" cultive son excentricité en jouant des rôles déjantés sur scène. Chanteuse à barbe, extra-terrestre topless ou encore chauffeuse de salles entièrement nue : l'apprentie comédienne n'a peur de rien.
Déterminée, la jeune femme débute sa carrière en 2009, en jouant dans plusieurs courts-métrages tels que Don't Touch Me, Bam Tchak ou encore Les Trois. L'année suivante, il est temps de se jeter dans le grand bain du cinéma. Laetitia Dosch apparaît dans Complices de Frédéric Mermoud, puis obtient le rôle principal dans La Bataille de Solférino et donne la réplique à Vincent Macaigne.

En 2013, l'actrice touche-à-tout écrit Laetitia fait péter, son premier spectacle, dans lequel elle parodie une humoriste qui enchaîne les blagues maladroites sur les handicapés, les Noirs ou les gays, dans son one-woman-show. Les limites sont (encore) savamment franchies. C'est sa spécialité.

La comédienne et auteure continue d'impressionner avec un autre spectacle, Mon Album. Elle interprète une myriade de personnages de la vie de tous les jours. Une manière de se gausser des stéréotypes et dresser un portrait juste de la société. Producteur pervers, psychologue haineux et diseuse de bonne aventure : Laetitia Dosch enfile tous les costumes dans ce "seule en scène".

Laetitia Dosch : Repousser ses limites

De retour sur les plateaux de tournage, Laetitia Dosch brille à la caméra dès 2017, avec Jours de France, de Jérome Reybaud, et apparaît en tête d'affiche de Jeune Femme, de Léonor Serraille. Un long-métrage qui la marque profondément et qui lui permet d'être nommée aux César pour le meilleur espoir féminin. "C'est la plus belle chose que j'ai faite de toute ma vie pour l'instant", tranche-t-elle auprès de 20 minutes. Elle y interprète Paula, trentenaire isolée qui débarque à Paris avec l'idée de refaire sa vie.

Dans Gaspard va au mariage, l'actrice crève l'écran au côté de Félix Moati et Christa Théret. Avec des scènes d'amour intenses, presque animales, l'audacieuse comédienne se met à nu, au sens littéral comme figuré. Elle confie à French Mania : "La nudité ça m'intéresse, mais je dois dépasser certaines frontières pour pouvoir tourner des scènes de nu." Preuve d'une volonté impérissable de repousser ses limites, Laetitia Dosch s'essaie à l'exercice périlleux de la nudité sur scène. Dans Hate, sa dernière pièce de théâtre, elle joue en tenue d’Ève au côté d'un… cheval. Sur un ton humoristique, elle s'interroge sur le désir de domination de l'homme, le contre-nature, la liberté. Décidément, la comédienne sait tout faire.

On la retrouve dans le poignant Nos Batailles, de Guillaume Senez, en salles le 3 octobre. Laetitia Dosch interprète la sœur d'Olivier, joué par Romain Duris, ouvrier largué par son épouse qui se retrouve avec deux enfants à sa charge. Elle incarne une véritable planche de salut pour ce père fraîchement célibataire qui va devoir naviguer sur les eaux tumultueuses de la monoparentalité. Un film bouleversant qui permet à l'actrice de s'illustrer dans un nouveau registre et continuer de nous prouver l'étendue de son talent. 

Voir aussi :