Putains, Avortement, Misère : ce que vous ne savez pas sur Jeanne Moreau

Paradoxale, rebelle, provocante, elle voulait devenir religieuse et fréquentait les béguineuses. Sa mère était danseuse de cabaret, son père la rêvait fonctionnaire. Ambition contrariée : Jeanne Moreau est devenue une immense actrice, une figure qui a marqué plusieurs générations. Dans l'ouvrage "Jeanne Moreau, l'Impertinente", Jocelyne Sauvard retrace la vie mouvementée de cette élégante Parisienne, à jamais monument du cinéma français.

Putains, Avortement, Misère : ce que vous ne savez pas sur Jeanne Moreau
©  RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA

On la disait pas assez belle pour réussir au cinéma, son père ne voulait pas qu'elle fasse du théâtre... Jeanne Moreau avait ce don d'être là où l'on ne l'attendait pas et de n'en faire qu'à sa tête. Surprendre et séduire, telle aurait pu être sa devise.
Fille aînée d'un couple franco-anglais née le 28 janvier 1928  dans le quartier Pigalle (son père gère une brasserie, sa mère, Kathleen Buckley, fille d'un marin-pêcheur, est danseuse aux Folies Bergère puis dans la troupe de Joséphine Baker), la jeune Jeanne Moreau ne s'aime pas et s'imagine moniale.
De l'habit de nonne au tutu, il n'y a qu'un entrechat et la demoiselle aspire ensuite à être petit rat de l'Opéra. Amoureuse des héros et héroïnes mythiques, dévoreuse de livres, elle rencontre le monde du théâtre lorsqu'elle est au lycée. C'est Antigone de Jean Anouilh qui a raison de ses envies de ballerine. Malgré le refus paternel, Jeanne Moreau s'entête et, aidée par sa mère et l'un de ses amis, Denis d'Inès, elle réussit à intégrer le Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris.
Son enfance, ses débuts, ses amants : Jocelyne Sauvard, qui a déjà signé les biographies de Danielle Mitterand, Anne Sinclair, Bernadette Chirac et Simone Veil, nous conte dans "Jeanne Moreau, l'Impertinente", les 1001 vies de cette magnifique affranchie. Voici les secrets que l'auteure nous dévoile sur la personnalité mystérieuse de l'actrice qui nous a quittés le 31 juillet 2017.  

Jeanne Moreau a failli tuer sa sœur

Fille unique jusqu'à ses 10 ans, Jeanne Moreau ne voit pas l'arrivée de sa petite sœur d'un bon œil... au point d'imaginer lui ôter la vie! Michelle Moreau naît en juillet 1938, mais n'est pas la bienvenue pour la petite Jeanne en manque d'amour. "Je ne voulais pas qu'elle partage la complexité de ma vie, avec ses secrets, ses plaisirs, ses chagrins. Je n'aimais pas partager", avoue l'actrice en décembre 2012 dans l'émission Thé ou Café de Catherine Ceylac. Néanmoins, Jocelyne Sauvard nous apprend que les difficultés que  la famille traverse finissent par unir les deux sœurs. 

Une relation père-fille conflictuelle et compliquée

Anatole-Désiré Moreau est un homme dur qui perd son ancienne brasserie, La Cloche d'Or située dans le 9e arrondissement de Paris quand Jeanne a un an et demi. Les Moreau partent s'installer à Vichy, en Auvergne, reprendre l'hôtel-restaurant de l'Entente. Ce gaillard fils d'un huilier de l'Allier aurait choisi un garçon... mais il a deux filles. Farouchement opposé aux rêves de cinéma de son aînée, il la met à la porte lorsqu'il découvre, par le journal, qu'elle a franchi la ligne rouge. "Il ignorait tout de mon métier. Il m'a chassé, je me suis installée dans une chambre au-dessus du cimetière Montmartre", lit-on. Jeanne Moreau a le même caractère que son père et lui ressemble beaucoup physiquement. Malgré leurs différends, il est souvent présent pour l'épauler et ils ne coupent jamais totalement les ponts. 

Jeanne, romantique dans l'âme

On lui connaît de nombreuses aventures avec des acteurs, chanteurs et réalisateurs en vogue (Louis Malle, Orson Welles, Tony Richardson, Pierre Cardin, Georges Moustaki, Sacha Distel...). Mais Jeanne Moreau a toujours été une femme déçue par l'amour. Tout d'abord parce qu'elle a été une enfant meurtrie par le manque de reconnaissance paternelle et que sa mère, meneuse de revue, ne cessait de lui rappeler que sa venue au monde n'était pas désirée.
Convoler en justes noces ? Elle en a peur et blâme ses parents qui ont lui donné une "mauvaise image du couple et du mariage" . Mais Jeanne Moreau ne leur en veut pas. "Je ne juge pas mes parents, ils ne s'entendaient pas très bien. Ils ont eu une vie conjugale difficile", explique-t-elle sur France Culture en avril 1983. Elle confie plus tard : "Toutes mes idées négatives sur le mariage viennent de mes parents. Mais les hommes que j'ai aimés un jour, je les aimerai toujours".  

Rêves de grandeur, vie de misère et prostituées

Jeanne Moreau n'a pas vécu dans le luxe, loin de là. Lorsque la Seconde guerre mondiale éclate, la petite famille vit dans une chambre d'hôtel miteuse sans confort. Jeanne dort part terre, sa petite sœur dans une valise aménagée... La future actrice doit mettre ses songes au placard car les temps sont durs. Durant la guerre, elle perd son oncle Arsène, celui qui l'emmenait dans les salles obscures, la couvrait de livres et lui payait ses cours de danse classique. Son bienfaiteur disparu, la petite Jeanne perd espoir, mais peut compter sur l'affection des catins qu'elle côtoie et croise dans l'immeuble. "Je trouvais les putains sympathiques comme tout", dit-elle. 

Jeanne Moreau, juive par solidarité 

Jeanne Moreau n'est qu'une collégienne quand les Allemands prennent la capitale. Elle assiste impuissante à la disparition de camarades de classe, croise des SS, connaît les files d'attente et les tickets de rationnements... Par solidarité pour ses amies juives, elle décide de porter l'étoile de David. En 2017, Jeanne Moreau raconte à Mediapart : "Nous étions quatre. La mère de l'une d'elles était couturière. On lui a demandé de nous faire des étoiles jaunes qu'on a cousues sur nos blouses. Mon père a été convoqué à l'école, cela a fait un drame. Il m'a donné une claque énorme. Je lui ai demandé : 'On est juifs ou tu détestes les juifs ?' Il ne m'a jamais répondu. Alors je me suis dit : 'Peut-être que je suis juive.'" 

Déni d'enfantement

Jeanne Moreau ne l'a jamais caché : son fils Jérôme, fruit de ses amours avec Jean-Louis Richard, n'a pas été désiré. Tout comme elle. Sa grossesse, Jeanne Moreau la découvre lorsqu'un médecin est appelé alors qu'elle se sent mal durant les répétitions de son premier film (Dernier Amour 1949) de Jean Stelli. Elle n'a que 21 ans et commence à se faire un nom dans le milieu : cet événement tombe mal. L'avortement est toujours interdit dans cette France traditionaliste et comporte des dangers pour la santé. Une connaissance lui donne alors l'adresse d'une faiseuse d'anges à Genève. Jeanne ne peut pas se le permettre. "Je n'avais pas assez d'argent, c'était très cher", confie-t-elle, 35 ans plus tard, au micro de Paul Giannoli. La biographe nous apprend que les relations de l'actrice avec son enfant sont presque inexistantes puisqu'elle le confie aux parents de Jean-Louis Richard. "Je ne suis pas une mère", avoue-t-elle dans l'émission Talk Show diffusée sur RMC Story en août 2017. 

Jeanne Moreau, l'Impertinente par Jocelyne Sauvard, Ed. L'Archipel, 273 pages, Prix : 20 euros.

Putains, Avortement, Misère : ce que vous ne savez pas sur Jeanne Moreau
Putains, Avortement, Misère : ce que vous ne savez pas sur Jeanne Moreau

On la disait pas assez belle pour réussir au cinéma, son père ne voulait pas qu'elle fasse du théâtre... Jeanne Moreau avait ce don d'être là où l'on ne l'attendait pas et de n'en faire qu'à sa tête . Surprendre et séduire,...