La minijupe d'André Courrèges

Les jambes des femmes voient pour la première fois le jour au début des années 60, grâce à la création provocatrice de Mary Quant, styliste anglaise du Swinging London. La minijupe, outrageusement courte pour l'époque séduit autant qu'elle choque et peine à se démocratiser. Pourtant lors de sa collection haute couture printemps-été 1965, André Courrèges le futuriste se l'approprie dans une version évasée sur le bas, la jupe trapèze. Le succès chez les jeunes est retentissant et cette jupe indiscrète devient le symbole de la libération sexuelle.
 
©  Sharok Hatami Shutterst SIPA