PLACÉS : 5 bonnes raisons d'ouvrir son cœur à ce foyer bien filmé

"PLACÉS : 5 bonnes raisons d'ouvrir son cœur à ce foyer bien filmé"

Au cinéma le 12 janvier, "Placés", est une comédie dramatique sur les Maisons d'Enfants à caractère social, ces foyers pour les mineurs dont les parents ne peuvent assurer la garde. Tournée du point de vue d'un jeune éducateur qui pénètre ce monde, cette réjouissante découverte signée Nessim Chikhaoui est le film idéal pour un début d'année humain. On vous dit pourquoi.

Une histoire pleine d'espoir

Après une étourderie – certains diront acte manqué – Elias ne passe pas son concours d'entrée à Sciences Po et devient éducateur dans une maison pour enfants. Il y découvre des adolescents au parcours embuché, des jeunes "avec des problèmes" et non pas "à problèmes". Il fait également la rencontre de ses nouveaux collègues de travail, tous dévoués au bien-être de leurs protégés. Malgré la difficulté d'un tel rôle et les montagnes russes émotionnelles qui vont avec, le brillant jeune homme se révéle à lui-même au contact de ces personnalités attendrissantes. Un récit réaliste et chargé en ondes positives sur la vocation et le pouvoir du lien.

Placés : un réalisateur lui-même ancien éducateur

Le réalisateur Nessim Chikhaoui (co-scénariste des Tuches 2, 3, 4) a fait le choix d'un ton léger plutôt que mélodramatique. Pour son premier long-métrage derrière la caméra, l'homme a mis à profit sa propre expérience en tant qu'éducateur pendant 10 ans, des années qu'il considère comme "les plus belles de sa vie". Son objectif était de dépeindre une banlieue loin de la réputation sulfureuse qu'on lui fait habituellement et de montrer la joie et l'humain derrière cet univers méconnu. Son souhait a été réalisé.

Shaïn Boumedine, lumineux

Révélé par Mektoub my love d'Abdellatif Kechiche, Shaïn Boumedine fait ses preuves dans un autre registre grâce à Placés. En Elias, le comédien dégage une empathie charmante et se montre capable de jouer la compassion, la rage et l'amour avec une grande intelligence. Un futur grand, à continuer de découvrir bientôt dans deux drames : L'Eté Nucléaire et Pour la France.

Placés : Nailia Harzoune, impliquée

L'espièglerie et le mystère de Nailia Harzoune ont convaincu le réalisateur de faire appel à elle pour incarner Mathilde, éducatrice à l'engagement féroce de Placés. Son personnage est le premier soutien d'Elias dans son nouveau rôle. La jeune femme repérée dans Patients de Grand Corps Malade et dans la série Le Grand Bazar aux côtés de Grégory Montel y est pétillante, malicieuse, engagée. Un vent de fraîcheur sur le jeune cinéma français.

Des jeunes au top

Si le film peut compter sur le talent de Philippe Rebbot, Aloïse Sauvage, Moussa Mansaly et Julie Depardieu pour camper des seconds rôles solides, il peut également se vanter d'avoir un florilège de jeunes acteurs impressionnants. Les adolescents blessés de Placés  Max Fidèle, Elyes Aguis, Syrine Verroust, Victor Le Fèvre, Inès Benamara, Moussa Yattassaye –  livrent des prestations nuancées et justes pour des rôles pourtant complexes. Lucie Charles-Alfred a quelque chose d'Adèle Exarchopoulos dans l'intensité des émotions qu'elle transmet. On a envie de suivre cette bande de très près.