LES ENVOÛTÉS, LILLIAN... : nos coups de cœur ciné du 11 décembre

Entrez dans une atmosphère fantastique et spectrale. Voyagez en solitaire sur les traces d'une femme et de son échappée belle. Retracez le récit déchirant de deux sœurs au cœur du Brésil. "Les Envoûtés", "Lillian" et "La Vie Invisible d'Euridice Gusmão" sont nos conseils ciné de la semaine.

LES ENVOÛTÉS, LILLIAN... : nos coups de cœur ciné du 11 décembre
© SBS Distribution

Les Envoûtés de Pascal Bonitzer

Coline, une jeune femme lunaire et insaisissable, est employée en tant que journaliste-pigiste au sein de la rédaction de Psychologies Magazine. Pour l'emblématique récit du mois, sa rédactrice en chef l'envoie au Pays Basque, au fin fond d'une zone sauvage, pour interviewer Simon, un artiste retranché et solitaire. Ce dernier estime avoir vu le fantôme de sa propre mère juste avant la mort de celle-ci. Exactement comme sa voisine, qui estime avoir aperçu celui de son défunt père. Dans une ambiance inquiétante, Coline plonge à l'intérieur d'elle-même et d'un amour empreint de jalousie. Pascal Bonitzer adapte ici librement la nouvelle Les Amis des Amis de Henry James en convoquant en tête d'affiche les talentueux Sara Giraudeau et Nicolas Duvauchelle. Les Envoûtés échappe aux poncifs liés au cinéma de genre en ancrant son intrigue dans une réalité psychologique universelle et palpable. Une réussite. Mehdi Omaïs  

Avec Sara Giraudeau, Nicolas Duvauchelle, Nicolas Maury (1h41)

Lillian de Andreas Horvath

© Nour Films

Le photographe autrichien Andreas Horvath a transposé dans notre époque l'aventure authentique de la soviétique Lillian Alling qui a entrepris en 1927 de suivre le télégraphe direction l'Ouest et de traverser l'Amérique accompagnée de plusieurs chiens… avant de disparaître dans la forêt boréale canadienne en vue de l'Océan Pacifique.
Ici, Lillian, échouée à New York, décide de rentrer à pied dans sa Russie natale. Seule et déterminée, cette beauté diaphane et mutique entame un périple pour tenter d'atteindre l'Alaska et traverser le détroit de Béring… Plus qu'un film, un voyage palpitant, un road-movie naturaliste, une odyssée étrange et silencieuse…
Laissez-vous embarquer par cette oeuvre de cinéma présentée à la Quinzaine, originale de par sa construction, fascinante de par sa réalisation (quelle mise en scène !)... et impressionnante par la performance artistique de son actrice l'artiste plasticienne Patrycja Planik. 
Comme Lillian, suivez l'itinéraire à la carte, visitez les US et la diversité des décors naturels, traversez des paysages grandioses… Vous allez vous aguerrir, vous débrouiller, braconner, suspendu à la force et à la conviction de Lillian, persuadée que rien ne pouvait la détourner de son chemin...
Vous allez fouiller des poubelles, squatter des maisons abandonnées, chercher à manger, pêcher, voler des vêtements, croiser des stations-service fantomatiques, un shérif sympathique, des Indiens revendicatifs, un ours mal-léché, une course de stock-cars…
Si l'absence d'interaction entre l'héroïne et les personnes rencontrées dans sa quête peut décontenancer et conférer un caractère austère à cet opus quasi documentaire..., le rythme des saisons, les flashes météo, les panneaux de signalisation, les voix de radio nous ramènent à une autre forme de dialogue, une temporalité perdue à l'heure des nouvelles technologies et de l'hyper-connexion.
Ce retour "à la source" est précieux, rassérénant. Tout comme l'absence de sexualisation du corps féminin... compensée par les sensations physiques du rapport retrouvé à la nature, aux éléments, aux arbres, à l'eau, aux animaux. LILLIAN est essentiel. Justine Boivin

Avec Patrycja Planik (2h08)

La Vie Invisible d'Eurydice Gusmao de Karim Aïnouz

Salué cette année au Festival de Cannes, où il a reçu le Prix Un Certain Regard des mains de la présidente du jury Nadine Labaki, le cinéaste brésilien Karim Aïnouz adapte ici, librement, le roman éponyme de Martha Batalha paru en 2015. Élevé par une mère célibataire, ce dernier a voulu donner une voix aux femmes des années 50 dont les histoires, les trajectoires et les sensibilités n'ont pas été, selon lui, suffisamment racontées. Nous sommes donc en 1950, à Rio de Janeiro. Euridice, 18 ans, et Guida, 20 ans, sont deux sœurs inséparables. Pourtant, elles le seront brutalement suite à un différend avec leur père. Deux destins broyés qui, sous le regard tendre et émouvant d'Aïnouz, vont tenter de se raccorder. Malgré ses quelques longueurs, le récit proposé, tout en langueur et en sensorialité, épouse les nobles codes du mélo pour nous saisir aux tripes dans un dernier quart magnifique. Une découverte !  Mehdi Omaïs  

Avec Carol Duarte, Julia Stockler, Gregório Duvivier (2h20)