Les marques parlent aux lectrices

Viviane Zida, cofondatrice des Pleurotes de Paris : "Je travaillais dans une tour; maintenant je fais pousser des champignons bio !"

Faire pousser des champignons en ville, c'est le défi audacieux des Pleurotes de Paris ! Avec son frère, Viviane Zida collecte du marc de café auprès des cafés et bistrots pour cultiver des pleurotes bio. Objectif : zéro déchet. Elle est en lice pour décrocher le Trophée Perle de Lait 2021, qui récompensera l'entrepreneuse engagée de l'année. Rencontre.

Viviane Zida, cofondatrice des Pleurotes de Paris : "Je travaillais dans une tour; maintenant je fais pousser des champignons bio !"
© Trophée Perle de Lait

Vous avez quitté votre job en marketing à la Défense pour cultiver des pleurotes à Paris. Quelle mouche vous a piquée ?
Mon frère est à l'initiative du projet. En tant que géographe urbaniste, il avait déjà travaillé sur les biodéchets. De mon côté, je suis très sensible à la responsabilité environnementale. Nous sommes partis du constat qu'il y avait beaucoup de gaspillage dans une ville comme Paris, notamment le marc de café. Produit dans des quantités astronomiques, il va directement à la poubelle. Après quelques recherches, on a découvert qu'il pouvait servir à la culture de pleurotes. Mon frère a quitté son job, je l'ai suivi. Avant, je travaillais dans une tour ; maintenant, je me retrouve en bottes à faire pousser des champignons !

Et dans les geôles d'une ancienne gendarmerie qui plus est ! Parlez-nous de votre modèle de culture.
On occupe les quatre cellules de l'ancienne caserne de gendarmerie Exelmans (16e), soit un petit espace de 35 m2, où l'on récolte entre 150 et 200 kg de pleurotes par mois, que l'on vend en circuit court dans des magasins bio, aux restaurateurs et aux particuliers. On produit aussi des micro-pousses. Et pour ne rien gâcher, on a eu l'idée de transformer les chutes de champignons en tartinades.

Cette année, le Trophée Perle de Lait a pour thème " boostez ce projet qui enrichit votre quotidien ". Qu'est-ce que votre entreprise a changé dans votre vie ?
En devenant mon propre patron, j'ai gagné en indépendance, je prends mes propres décisions. Travailler en direct avec les clients me permet d'avoir leurs retours. Certains m'interpellent pour me féliciter, je leur suis reconnaissante, c'est très encourageant. Sans parler du fait que, dans une journée, j'exerce plusieurs métiers. C'est stimulant, épanouissant, enrichissant et ça me donne envie d'aller encore plus loin.

La lauréate remportera une bourse de 8 000 € et un accompagnement de six mois par l'incubateur La Ruche. Quels projets souhaitez-vous concrétiser ?
On prépare le lancement d'une gamme de tartinades pasteurisées, qui sera vendue en magasin au rayon frais, et dont la mise sur le marché nécessite beaucoup d'analyses. Notre local devient trop petit, on cherche un nouveau lieu de 200 m2 qui rassemblerait notre site de production, un atelier de transformation et un point de vente. Nous aurions également besoin de conseils en vue de notre première levée de fonds. On ne manque pas d'idées !

À l'issue du vote du public, le Trophée Perle de Lait récompensera l'une des quatre entrepreneuses finalistes. La 4e édition est lancée, à vos votes !

À cette occasion, Perle de Lait et le Journal des Femmes présentent Heureuses Entrepreneuses, 3 vidéos pour faire de son projet entrepreneurial une source d'épanouissement au quotidien. Au micro de la journaliste Julie Zwingelstein deux invités partagent leurs conseils éclairés : la lauréate du Trophée Perle de Lait 2020 Marie Jagrik, fondatrice de Wakae et Marion Sterlin, coach professionnelle à la tête de l'agence de coaching Bloom&.

Épisode 3 – Oser se faire confiance

Retrouvez les autres vidéos d'Heureuses Entrepreneuses à la suite des portraits des candidates : 

  • Épisode 1 – S'investir dans un projet qui a du sens (pour soi et pour les autres)
  • Épisode 2 – Cultiver sa curiosité et nourrir sa soif d'apprendre

Découvrez les autres articles du dossier Trophée Perle de Lait