Elle a tué son mari incestueux : Valérie Bacot "redoute" son procès

Valérie Bacot est accusée d'avoir assassiné son ancien beau-père incestueux, devenu son époux-proxénète, violent et le père de ses enfants. Son livre sort le 26 mai et elle risque la prison à perpétuité alors que sa vie entière a été un enfer...

Elle a tué son mari incestueux : Valérie Bacot "redoute" son procès
© Valérie Bacot Capture d'écran Pétition Liberté pour Valérie Bacot Change.org

[Mis à jour le 26 mai à 15h03] Cette affaire évoque par ses ressemblances le drame de Jacqueline Sauvage... Valérie Bacot, 40 ans, sera jugée en juin 2021 pour le meurtre de Daniel Polette, son mari violent et beau-père incestueux, le 13 mars 2016. Dans son livre sorti le 26 mai, Tout le monde savaitelle raconte ces décennies de souffrance. 
"Tout le monde savait. Tout le monde se doutait. Beaucoup de gens avaient leur petite idée de ce qui pouvait m'arriver dans l'intimité du foyer. Les coups, la violence banalisée, les humiliations quotidiennes... Tous les invariables de cette vie qui n'en est pas vraiment une", écrit-elle.

Alors que le procès débute dans quelques jours, Valérie Bacot a exprimé son ressenti, auprès de Sept à Huit: "C'est normal que j'aille en prison pour ce que j'ai fait. Ce que je redoute, c'est d'abandonner mes enfants et ma petite fille. D'un autre côté, j'ai hâte que ce procès se fasse. Je le considère comme mon procès, mais un peu comme son procès à lui aussi. Je le vois un peu comme mon dernier combat contre lui. Et, cela me permettra de savoir si j'arriverai pour une fois dans ma vie à être plus forte que lui".

Valérie Bacot risque la prison à perpétuité

En détention provisoire durant un an, la quadragénaire est aujourd'hui placée en liberté conditionnelle et a trouvé un emploi dans le bâtiment en attendant son jugement. 

Lors du procès, elle sera défendue par les avocates Janine Bonaggiunta et Nathalie Tomasini. Valérie Bacot encourt la réclusion criminelle à perpétuité...

Une pétition, adressée au ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti et à Elisabeth Moreno la ministre déléguée à l'Egalité entre les femmes et les hommes, a été lancée par son comité de soutien en janvier 2021.

Parmi les défenseurs de Valérie Bacot, Najat Vallaud-Belkacem, ancienne ministre de l'Education Nationale, qui a apporté son soutien sur Twitter. 

Le but: obtenir une relaxe, tout comme Jacqueline Sauvage en 2016, qui avait été graciée par François Hollande.

Valérie Bacot a dû se marier à son beau-père incestueux

La mère de famille est originaire du village de  La Clayette en Saône-et-Loire. C'est dès l'adolescence que la descente aux enfers débute... Agée de 12 ans, la jeune fille est violée une première fois par celui qui est alors son beau-père, de 25 ans son aîné. Daniel Polette atterrit en prison après avoir été dénoncé par un membre de la famille en 1995.

Mais Valérie n'est pas délivrée de ses souffrances pour autant... Sa mère l'oblige à rendre visite à son bourreau au parloir pendant qu'il purge sa peine. L'homme est finalement libéré, il réintègre le foyer "comme si de rien n'était".

L'horreur continue et atteint son paroxysme: à 17 ans, la jeune femme tombe enceinte de son beau-père. Elle est jetée dehors. A la rue et sans le sou, elle est contrainte de s'installer avec celui qui abuse d'elle depuis cinq ans.

Valérie Bacot devient mère à quatre reprises, épouse l'ancienne figure paternelle et vit sous la coupe de Daniel Polette, qui la frappe, l'humilie, la viole, l'insulte... Et si l'horreur n'était pas suffisante : l'homme la prostitue dans le monospace familial, aménagé exprès pour des passes. C'est dans ce véhicule que Valérie Bacot aurait abattu son atroce conjoint.

Tué après une passe 

Le 13 mars 2016, tout bascule dans la vie de Valérie qui a 36 ans. Epuisée par ces années de violences psychologiques et physiques, elle assassine son époux avec le revolver "dont il se servait pour la menacer".

Avec l'aide de ses enfants et du petit-ami de sa fille, elle préfère cacher et enterrer le corps en pleine forêt. Le cadavre est retrouvé un an plus tard, 

Valérie Bacot est interpellée en 2017.

Ses deux fils, mineurs au moment des faits, sont arrêtés et condamnés en décembre 2019 à des peines de six mois de prison avec sursis pour recel de cadavre.