Margaux Pinot montre son visage tuméfié : choc après la relaxe de son ex Alain Schmitt

Margaux Pinot a publié un cliché de son visage tuméfié sur son compte Twitter. Une image choc pour souligner son incompréhension face à la décision du tribunal qui a relaxé mardi 30 novembre son compagnon Alain Schmitt, accusé de violences conjugales.

Margaux Pinot montre son visage tuméfié : choc après la relaxe de son ex Alain Schmitt
© J.E.E/SIPA

Margaux Pinot brise le silence. La judoka de 27 ans a voulu témoigner au grand jour des violences dont elle a été victime en publiant une photo de son visage tuméfié. Yeux et nez gonflés, hématomes, visage déformé… Un post saisissant qui fait écho à la relaxe de son compagnon et entraineur Alain Schmitt, par le tribunal de Bobigny, pour manque de preuves.
À travers un message poignant, la sportive dévoile sa nuit d'horreur. "Dans la nuit de samedi à dimanche, j'ai été victime d'une agression à mon domicile par mon compagnon et entraîneur. J'ai été insultée, rouée de coups de poings, ma tête a été frappée au sol à plusieurs reprises. Et finalement étranglée."

Margaux Pinot, sous le choc : "Que manquait-il ? La mort au bout ?"

Après avoir été martyrisée, la jeune femme a réussi à s'enfuir. "J'ai cru mourir, j'ai réussi à m'enfuir pour me réfugier chez mes voisins qui ont immédiatement appelé la police. J'ai plusieurs blessures dont une fracture au nez et 10 jours d'Interruption Temporaire de Travail", ajoute la judoka, avant de souligner son incompréhension. "Aujourd'hui la justice a décidé de le relaxer. Que vaut leur défense calomnieuse face à mes blessures, et le sang jonchant le sol de mon appartement? Que manquait-il? La mort au bout, peut-être?", s'insurge-t-elle. "C'est probablement le judo qui m'a sauvé. Et mes pensées sont aussi pour celles qui ne peuvent pas en dire autant", a-t-elle conclu.

Alain Schmitt : le parquet de Bobigny fait appel

Alain Schmitt, l'ex-entraîneur de l'Etoile Sportive du Blanc-Mesnil et ancien médaillé de bronze mondial en 2013 a été jugé en comparution immédiate mardi 30 novembre à Bobigny, après avoir été accusé de violences conjugales sur la championne olympique de judo Margaux Pinot. Le tribunal a estimé qu'il n'y avait pas assez de preuves de sa culpabilité et a prononcé sa relaxe. Selon l'avocat de Margaux Pinot, Me Stéphane Maugendre, cette dernière est "abattue" par ce verdict. Le parquet de Bobigny, qui avait requis un an de prison avec sursis contre Alain Schmitt, a décidé de faire appel.