Daniel Balavoine, ses cris et SOS résonnent encore, 33 ans après sa mort

Il y a plus de 33 ans, Daniel Balavoine mourait dans un accident d'hélicoptère en marge du Paris-Dakar, le 14 janvier 1986. Trois décennies plus tard, le souvenir du chanteur est plus vivace que jamais. À l'occasion de la diffusion du documentaire "Je m'présente, je m'appelle Daniel", le 7 juin à 21h sur France 3, retour en images sur la vie et la carrière d'un chanteur passionné et engagé, à la voix reconnaissable entre mille.

Tous les cris et SOS des fans de Daniel Balavoine ont retenti le 14 janvier 1986. Ce jour-là, l'artiste disparaissait dans un accident d'hélicoptère au Mali, lors du Paris-Dakar, à l'âge de 33 ans. Symbole d'une France engagée et militante, il a marqué des générations de fans et ses titres séduisent les plus jeunes aujourd'hui encore. La sortie de l'album hommage Génération Balavoine, contenant des reprises d'Emmanuel Moire ou Marina Kaye, le prouve. A l'occasion de la diffusion du documentaire Je m'présente, je m'appelle Daniel, le 7 juin à 21h sur France 3, retour en images sur sa vie.
L'engagement de Daniel Balavoine prend ses racines dans le mouvement de mai 68, alors qu'il n'a que 16 ans. Galvanisé par les manifestations, il envisage de devenir député, mais son rêve ne survit pas à l'arrêt du mouvement. Dépité, il se tourne vers la chanson et se produit avec différents groupes, dont Présence. Les titres enregistrés à l'époque passent inaperçus et Balavoine se lance en solo. Pour joindre les deux bouts, il travaille comme disquaire, avant de faire ses débuts dans la comédie musicale La Révolution Française, au Palais des Sports de Paris. Là encore, le succès ne vient pas. En 1974, l'artiste est choriste pour Patrick Juvet. Séduit par sa voix atypique, le chanteur lui donne la possibilité d'enregistrer la chanson Couleur d'automne sur l'un de ses albums.                 
Le véritable tournant de sa carrière arrive en 1978 quand Daniel Balavoine intègre le casting de Starmania, la comédie musicale de Michel Berger et Luc Plamondon. Il interprète le rôle du jeune voyou Johnny Rockfort et se produit aux côtés de France Gall, Diane Dufresne et Fabienne Thibeault. Les titres Quand on arrive en ville, Besoin d'amour et SOS d'un terrien en détresse deviennent des hits. Au même moment, l'artiste sort le premier tube de sa carrière solo, Le Chanteur, et monte pour la première fois sur la scène de l'Olympia. 
Le chanteur prouve aussi ses talents dans un tout autre registre : la politique. Invité sur le plateau du JT de France 2 en mars 1980, il fait face à François Mitterrand, candidat à la présidentielle. Son coup de sang et son cri du cœur en faveur de la jeunesse désespérée de l'époque l'érige en porte-parole de toute une génération et le présente comme un chanteur engagé. Coup sur coup - et de manière assez ironique-, Balavoine sort les tubes Je ne suis pas un hérosMon Fils, Ma Bataille et Vivre ou Survivre
Passionné de course automobile, l'artiste participe au Paris-Dakar en 1983, en tant que copilote de Thierry Deschamps. Des ennuis mécaniques les contraignent à abandonner, mais Balavoine en profite pour découvrir l'Afrique de l'ouest. Un électrochoc. Il retente l'expérience l'année suivante et va cette fois jusqu'au bout de la course, terminant en trentième position. En juillet 1984, sa femme, Corinne, donne naissance à leur premier enfant, Jérémie. 
Désormais sensiblisé à la situation du continent africain, il participe en 1985 au concert "Chanteurs sans frontières", destiné à récolter des fonds pour lutter contre la famine en Ethiopie. Il fonde avec Michel Berger et France Gall l'association Action Ecoles pour tenter d'améliorer la condition des Africains. Il est ainsi l'un des premiers artistes français à s'investir dans l'humanitaire. Toujours plus engagé, il reçoit en 1985 le prix SOS Racisme pour son titre L'Aziza, dans lequel il rend hommage à son épouse, d'origine juive. 
L'année suivante, il participe à son troisième Paris-Dakar, non pas comme concurrent, mais comme ambassadeur de l'association Paris du Coeur, une opération destinée à utiliser le rallye comme prétexte pour installer des pompes à eau dans les villages d'Afrique. Le 14 janvier, il effectue un vol en hélicoptère avec le fondateur du Dakar, Thierry Sabine. Pris dans une tempête de sable, l'appareil s'écrase au Mali, tuant ses cinq passagers. Corinne, enceinte au moment du drame, donne naissance au deuxième enfant du couple, Joana, en juin 1986, cinq mois après la mort de Daniel Balavoine. 
Ne manquez pas le documentaire hommage à Daniel Balavoine, Je m'présente, je m'appelle Daniel, diffusé le 7 juin à 21h sur France 3. Il sera suivi d'un long-métrage dédié à Alain Chamfort, Alain Chamfort, le pape de la pop chic, à 22h45.

Voir aussi :  

Daniel Balavoine, ses cris et SOS résonnent encore, 33 ans après sa mort
Daniel Balavoine, ses cris et SOS résonnent encore, 33 ans après sa mort

Tous les cris et SOS des fans de Daniel Balavoine ont retenti le 14 janvier 1986. Ce jour-là, l'artiste disparaissait dans un accident d'hélicoptère au Mali, lors du Paris-Dakar, à l'âge de 33 ans. Symbole d'une France engagée et...