Jacques Chirac nous quittait il y a un an : sa vie en photos

Du poupon corrézien au retraité de l'Elysée, retour sur le parcours hors du commun de ce politicien et homme d'Etat qui a marqué à jamais l'histoire de la politique française.

Jacques Chirac est décédé le 26 septembre 2019 à 86 ans à son domicile parisien de la rue de Tournon, a annoncé son gendre Frédéric Salat-Barroux, époux de Claude Chirac. "Le président Jacques Chirac s'est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement", a-t-il déclaré. 
Les ultimes années de la vie de l'ex-président de la République ont été ardues. En septembre 2016, il avait été hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière pour une infection pulmonaire. En mars 2019, quelques mois avant sa mort, Le Monde avait informé sur l'état de santé de Jacques Chirac dans un papier intitulé "Jean-Louis Debré et Jacques Chirac, amis pour la vie". Jean-Louis Debré, fidèle compère de l'ancien président de la République, lui rendait visite régulièrement et le décrivait comme extrêmement affaibli. "Je ne sais pas s'il me reconnaît, j'en ressors moralement épuisé, ça me fait mal de le voir comme ça, mais j'ai la faiblesse de penser que ma présence lui fait du bien ", admettait l'ancien ministre. D'après ses confidences, Jacques Chirac restait inerte et silencieux dans son fauteuil et le dialogue devenait "impossible".

Il y a quelques mois, les deux amis avaient visionné un documentaire consacré à George Pomipdou, où l'époux de Bernadette Chirac apparaissait. Jean-Louis Debré lui avait alors lancé : "Qu'est-ce que vous étiez beau !". Une déclaration suivie d'une réaction inquiétante de l'ancien président de la République. "Il m'a regardé sans comprendre, j'ai réalisé qu'il ne s'était pas reconnu ", expliquait son ami. 

Jacques Chirac : l'impossible deuil 

L'état de santé de Jacques Chirac s'était dégradé au fil des années et des épreuves douloureuses de la vie. Après un AVC en 2005, l'époux de Bernadette Chirac était à nouveau frappé par le destin, plus violemment encore, en avril 2016 : sa fille Laurence venait de décéder à 58 ans, des suites d'un malaise cardiaque. Un terrible coup du sort qui l'avait fragilisé.

Dans son livre "Bernadette Chirac, les secrets d'une conquête", Erwan L'Eléouet raconte la réaction de l'ancien président de la République à la mort de sa fille. À l'époque, Jacques Chirac, octogénaire déjà affaibli, "pour qui le réel est une notion de plus en plus floue", était alors confronté à un choc émotionnel. "Jacques est conduit dans son appartement (celui de sa fille). Il la fixe du regard. De grosses larmes viennent inonder ses yeux sombres et perdus dans le vague. Sa douleur est intense", lit-on. Jacqueline Habert, la mère du premier mari de Claude Chirac, explique : "Il aimait sa fille. Bien que malade, il a réalisé qu'elle était morte. Il n'aurait pas eu un tel chagrin s'il n'avait pas compris qu'il avait perdu un être cher." Cet épisode est resté un grand traumatisme pour le charismatique homme politique, qui, espérons-le, peut désormais reposer en paix.