Jacques et Bernadette Chirac : l'autre histoire...

Le couple Chirac a tout vécu : trahisons, ambitions assouvies et déçues, gloire, romance... Une histoire digne d'un scénario de cinéma hollywoodien. Retour sur six décennies d'un mariage passionné, politique, atypique.

Jacques et Bernadette Chirac : l'autre histoire...
© Charles Platiau/AP/SIPA

Elle confiait "sa peur du jour où Jacques Chirac disparaîtra", dans le documentaire Mémoires d'une femme libre, d'Anne Barrère. L'heure mortifère a malheureusement sonné le 26 septembre 2019. Bernadette Chirac est désormais veuve.  L'incroyable histoire d'amour entre la talentueuse femme de l'ombre et la bête de politique s'achève après plus de 60 ans de vie commune. De la mairie de la Corrèze à l'Elysée, elle l'aura épaulée contre vents et marées, en dépit des difficultés de la vie de couple et de la réputation volage de son époux. 

Jacques et Bernadette Chirac : entre amour et ambition

Leur rencontre remonte à leurs jeunes années d'étudiants sur les bancs de Sciences Po, en 1951. Alors que les élèves doivent réaliser une fiche de lecture sur un véritable pavé, Jacques Chirac "n'a aucune envie de se taper cet énorme livre", a raconté Claude Chirac, leur fille, dans 13h15 le dimanche. Fascinée par le charme indescriptible de l'étudiant plutôt convoité par la gent féminine, Bernadette Chodron de Courcel, originaire d'une famille bourgeoise héritière de plusieurs manufactures, propose son aide à ce fils d'employé de banque, et réalise la fiche de lecture à sa place. "Et le comble, c'est qu'il a eu une meilleure note qu'elle, alors que c'était elle qui avait fait les deux fiches", a plaisanté leur fille avant d'ajouter : "Ce qui nous a toujours amusés, c'est l'idée qu'elle ait pu, déjà à l'époque, se taper le travail, et lui en récolter les fruits." Cette rencontre résume bien en effet la dynamique de couple des époux.

Après leur mariage en 1956, rendu difficile par leurs divergences de classes sociales, Bernadette Chirac abandonne ses études pour s'occuper de leurs deux filles, Laurence (née en 1958 et décédée en 2016) et Claude (née en 1962), et surtout, elle se met en tête d'aider à tout prix son époux à assouvir ses ambitions politiques et atteindre le sommet. En 1965, il devient conseiller municipal de Corrèze, sa terre de cœur. Quant à Bernadette Chirac, elle est élue conseillère municipale de Sarran en 1971 et devient la première femme conseillère générale de Corrèze en 1979, une manière d'étendre l'influence de ce couple qui se voit déjà... en haut de l'affiche (présidentielle).

Jacques et Bernadette Chirac, face à l'infidélité

Au fur et à mesures, Jacques Chirac gravit les échelons, de secrétaire d'État sous Pompidou à Premier ministre de Valéry Giscard D'Estaing en 1974, toujours au côté de son pilier, Bernadette Chirac. Pourtant, Selon l'ouvrage Jacques et Jacqueline, un homme et une femme face à la raison d'État, de Laureline Dupont et Pauline de Saint-Rémy, la fidélité n'est pas la principale qualité de cet ambitieux animal politique.

En 1975, le Premier ministre rencontre la journaliste Jacqueline Chabridon. Il serait alors impossible pour Jacques Chirac de résister à l'attraction physique que le lie à la jeune femme. D'après l'ouvrage, elle devient sa maîtresse, l'accompagne dans ses nombreux déplacements officiels, de l'URSS à la Guyane en passant par l'Inde. Attentive et dotée d'un formidable instinct, Bernadette Chirac a des soupçons : son époux semble s'être éloigné. "Moi, j'aurais pu en faire autant. Si j'avais rencontré un beau sportif, un beau musicien ou un beau navigateur... Mais je ne l'ai pas fait. Il faut dire la vérité, j'étais quand même très amoureuse de mon mari", déclarait l'ancienne première dame dans le documentaire Mémoires d'une femme libre, en 2016.

L'homme d'État menace auprès de son entourage de quitter son épouse pour vivre d'amour et d'eau fraîche avec son amante. Cette lubie lui passe rapidement puisqu'il met un terme à sa liaison quelques temps plus tard, désireux de s'affranchir d'une relation qui pourrait constituer un obstacle à son ascension politique.

Jacques et Bernadette Chirac, en crise, au sommet du pouvoir

Puis, vient le temps de matérialiser ses fantasmes élyséens : Jacques Chirac se présente à l'élection présidentielle en 1988, mais échoue face au président sortant François Mitterrand et son mémorable "Vous avez raison, M. le Premier Ministre". Qu'importe, Bernadette Chirac pousse son époux à se remettre en selle. Bingo ! En 1995, le couple entre dans l'histoire et devient locataire de l'Elysée. À ceux qui fustigent la dévotion de la première dame envers son époux, elle répond, dans son ouvrage Conversation, co-écrit avec Patrick de Carolis lors de la campagne présidentielle de 2001 : "Je fais absolument ce que je veux, tout le temps et partout". Voilà qui est clair. 

En 2007, l'heure est venue de passer le flambeau à Nicolas Sarkozy et quitter les attirantes affres de la politique. Après avoir atteint les sommets, on pourrait croire que l'ambitieux couple serait las de leur vie à deux. Pourtant, les époux restent soudés. Le secret de cette longévité, Bernadette Chirac le livre à Télé Star, en 2012 : "Tous les matins, mon mari me dit : 'Vous avez une chance formidable de m'avoir épousé'. Et tant qu'il continue à le faire je suis heureuse car cela veut dire qu'il a le moral". Lorsqu'au contraire, il n'est pas d'humeur, l'ancienne première dame fait les frais de sa forte personnalité : "Quand il n'est pas content de moi, de ce que j'ai fait ou n'ai pas fait, comme il a une canne pour s'aider à marcher, eh bien il me donne un petit coup de canne", confie-t-elle au micro d'Europe 1 en 2014. 

L'après 

Alors qu'ils célèbrent leur 60e anniversaire de mariage, en 2016, un terrible drame vient les frapper de plein fouet : leur fille Laurence, meurt d'un arrêt cardiaque, après avoir lutté des années contre l'anorexie, à 58 ans. Une catastrophe dont les époux ne se remettront pas. 

Alors que Jacques Chirac a disparu de la scène politique depuis 2016, Bernadette Chirac apparaît affaiblie, en fauteuil roulant, lors de l'inauguration de l'avenue Jacques et Bernadette Chirac en juin 2018. Un an plus tard, elle se retire de la présidence des Pièces Jaunes pour passer le flambeau à Brigitte Macron.