Vivienne Westwood, la queen du punk

Plus qu'une créatrice, Vivienne Westwood est une icône de la mode. Une couturière punk et rebelle, qui a fait sa place dans la mode il y a 50 ans.

Vivienne Westwood, la queen du punk
© ALFRED/SIPA

Vivienne Isabel Swire voit le jour le 8 avril 1941 à Glossopdale, une ville du centre de l'Angleterre. Son père est manutentionnaire et sa mère s'occupe de la famille. Avant de devenir une créatrice multi-récompensée, Vivienne Swire étudie brièvement la mode au Harrow Art College à Londres, puis débute une carrière de professeure des écoles, tout en confectionnant des bijoux qu'elle vend dans une boutique. En 1962, elle épouse Derek Westwood et coud elle-même sa robe de mariée pour l'occasion. Un mariage de courte durée puisqu'ils divorcent en 1965. Vivienne Westwood décide alors de se tourner vers la mode, en autodidacte. Elle puise ses inspirations dans la peinture de Jean-Honoré Fragonard, François Boucher Thomas Gainsborough, Antoine Watteau… Mais aussi dans les courants esthétiques qui ont traversé le Royaume-Uni au cours des siècles. Le baroque, le frivole du XVIIIème, les allures du XIVème  siècle…

Punk is born

Juste avant le début des 70's, Vivienne Westwood fait la rencontre de Malcolm McLaren, appelé à devenir le manager du groupe emblématique des années 70 au Royaume-Uni, les Sex Pistols. C'est avec lui qu'elle lance Let's Rock en 1971, un magasin de vêtements où se retrouvent pêle-mêle des pièces de seconde main datant des années 50, mais aussi des reproductions de vêtements de rockers, des vinyles... Vivienne Westwood propose aussi dans cette boutique cise au 430 King's Road ses premières pièces de prêt-à-porter, comme des T-shirts décorés d'os de poulet bouillis, des tops customisés de slogans contestataires, des pantalons ambiance SM... Des habits qui vêtent rapidement les protégés de son compagnon, les Sex Pistols, permettant à la créatrice de gagner en notoriété.

Sa boutique devient le repère d'une jeunesse anti-establishment, à la recherche d'une mode différente, d'un état d'esprit irrévérencieux. L'espace change de nom au gré des collections, baptisé Too Fast to Live, Too Young to Die, puis Sex ou encore Seditionaries - Clothes for Hereos.

En 1981, Vivienne Westwood et Malcolm McLaren dévoilent leur première collection de prêt-à-porter, intitulée Pirates. Dans la foulée, leur histoire se termine. S'ils poursuivent leur partenariat professionnel pendant encore cinq ans, c'est en tant que créatrice indépendante que Vivienne Westwood rencontre le succès. Ses mini-robes en crinoline, ses pièces décorées de tartan déchaînent les passions et en octobre 1982, Vivienne Westwood organise son premier défilé à Paris. Pendant des années, ses collections présentent quelques silhouettes masculines, mais il faudra attendre 1990 pour qu'elle consacre une ligne entière aux hommes. Les tenues de mariage, les parfums, la lingerie et les cosmétiques intègrent aussi progressivement les collections de la créatrice. Deux ans plus tard, elle est nommée Officier de l'empire britannique, puis Dame commandeur en 2006.

vivienne-westwood-430-kings-road

Reconnaissances 

En 2004, une rétrospective sur son travail débute au Victoria and Albert Museum de Londres, "Vivienne Westwood : 34 années de mode". C'était alors la plus grande exposition du musée dédiée à un créateur britannique. Elle présentait de manière chronologique et thématique 150 silhouettes signées par la créatrice. Trois ans après, Vivienne Westwood reçoit l'honorifique prix du Outstanding Achievement in Fashion de la part du British Fashion Council.

Aujourd'hui, Vivienne Westwood est connue pour ses prises de position en faveur de la défense de la forêt amazonienne, de l'écologie, de lanceurs d'alertes comme Julian Assange ou encore Chelsea Manning. Comme elle le déclarait dans sa biographie autorisée sortie en 2014, Punk un jour, punk toujours : "Ce que je fais aujourd'hui, c'est toujours punk. Il s'agit toujours de crier contre l'injustice et de faire réfléchir les gens même si c'est inconfortable. Je resterai toujours punk dans ce sens ". Message reçu.