L'histoire pas si linéaire de la marinière

Pièce incontournable du vestiaire féminin, la marinière voit officiellement le jour au XIXème siècle. Voici l'histoire de ce vêtement iconique.

L'histoire pas si linéaire de la marinière
© Armor Lux

Uniforme des marins avant de devenir celui des Parisiennes, la marinière a déjà plus de deux siècles d'histoire derrière elle.

Qui a créé la marinière ?

En France, la marinière de la Marine nationale naît par décret en 1858, au beau milieu du Second Empire. Jusque-là, les matelots n'avaient pas d'uniformes officiels et pouvaient partir en mer avec leurs tricots et autres pièces favorites. Le régime de Napoléon III décide de mettre un peu d'ordre là-dedans et demande aux quartiers-maîtres (deuxième et troisième grades de la Marine nationale) comme aux matelots d'enfiler un tricot rayé. Pour autant, la marinière n'a certainement pas attendu le XIXème siècle pour voir le jour puisque deux siècles plus tôt, le top à rayures figurait déjà dans des tableaux de peintres anglais ou hollandais.

Pourquoi 21 rayures sur la marinière ?

Le décret de 1858 ne se contente pas d'imposer la marinière aux matelots. Il décrit aussi précisément ce à quoi elle doit ressembler. Parmi les caractéristiques de la marinière d'origine, celle-ci doit comporter exactement 21 rayures blanches de 20 millimètres de largeur et 20 ou 21 rayures bleu indigo de 10 millimètres de largeur sur le torse et le dos. Sur les manches, ce sont 15 rayures blanches et 14 ou 15 rayures bleues qu'elle doit arborer. En plus de ces consignes, le décret stipule que les manches doivent avoir une longueur ¾ et que le tricot doit être long, porté près du corps afin de ne pas entraver les mouvements des matelots pendant leurs manœuvres. C'est aussi pour cette raison que la véritable marinière n'a de coutures que sur les manches et n'est pourvue d'aucun bouton.

mariniere-chanel-1916
Marinière Chanel en soie datant de 1916 © Julien T. Hamon

Pourquoi les marins ont des rayures ?

A l'origine, c'est aux matelots que s'adresse la marinière. Une pièce qui permet de situer "celui qui la porte au bas de la hiérarchie", explique l'historien français Michel Pastoureau dans son livre L'étoffe du diable, Une histoire des rayures et des tissus rayés. Ses rayures contrastées seraient aussi un moyen (stylé, qui plus est) de rendre plus visibles ceux qui la portent, que ce soit sur le bateau ou bien dans l'eau.   

Comment bien porter la marinière ?

Comme les filles dans le vent ne suivent pas les décrets officiels, la marinière est désormais libre de laisser parler son style. C'est d'ailleurs inscrit dans son acte de naissance mode, puisque lorsque Coco Chanel lance son modèle en 1916, elle ne compte… aucune rayure ! Cette blouse en jersey reprend en fait le large col traditionnel des marins.

Toqué de motifs, Yves Saint Laurent, dans les années 60, ne lésine en revanche pas sur les rayures. En 1966, il présente sa collection Matelot où il réinterprète à l'envi le look de marin. De quoi installer durablement la marinière dans les vestiaires des modeux. Quelques années plus tard, Jean Paul Gaultier érige même la marinière homme et la marinière femme en pièce phare de ses collections et en fait la signature de son allure.

Ce vêtement qui a vu du pays est aussi devenu un symbole du prêt-à-porter français, comme en attestent les très populaires marinières Armor Lux et marinières Saint James. Alors, pour ne pas avoir l'air de sortir d'un épisode d'Emily in Paris, on évite de l'associer à un béret rouge et à une baguette. En revanche, la marinière se glisse avec plaisir sous un blouson de motard oversize. Associée à un jean brut, un trench et une paire de Converse, elle devient le symbole de l'allure effortless. Et pour la bousculer un peu, on mise sur le choc des motifs. Des fleurs et des rayures, ça fonctionne plutôt bien, par exemple.