Claude Montana, couturier français de la génération Palace

Styliste et couturier français, Claude Montana est l'une des figures phares des années 80. Retour sur sa carrière dans la mode.

Claude Montana, couturier français de la génération Palace
© Garfield/ABACA

Claude Montana voit le jour en juin 1947. Dès l’enfance, il s’intéresse à l’art sous toutes ses formes. Il obtient son baccalauréat au lycée Condorcet, à Paris, avant de s’envoler pour Londres à seulement 20 ans. Il se fait rapidement remarquer par le Vogue UK grâce à des créations de bijoux en papier mâché. Quelques années plus tard, il revient sur sa terre natale, et se lance dans la vente de dessins — plusieurs magazines de mode en publient.

claude-montana-helena-christensen
Helena Christensen au défilé Claude Montana en 1990 © ANL/REX Shutterstock/SIPA

Comment Claude Montana a-t-il débuté sa carrière ?

Il est embauché, dans la première moitié des années 70, par le styliste John Voigt. Chez Mac Douglas, il apprend le travail du cuir — ce qui restera l’une des caractéristiques de son style. Il officie dans plusieurs maisons, et organise (enfin) le premier défilé en son nom en 1975. Parmi les modèles qui foulent le podium ? Une certaine Danielle Luquet, muse d’Yves Saint Laurent, période Rive Gauche. C’est un succès : le nom de Claude Montana est alors sur toutes les lèvres, dans la presse comme dans la haute société, à Paris comme à l’international. Il faudra toutefois attendre 1979 avant qu’il lance officiellement sa propre marque, avec l’aide de sa sœur Jacqueline. Son style  : des vêtements extravagants et pop. Ses défilés, toujours extraordinaires, sont qualifiés de “grands shows” par Christian Lacroix. Sa signature, ce sont les silhouettes unies : "Ses couleurs de prédilection telles que le bleu Klein, le rouge, le noir, le marine mais aussi les sables, les gris et toutes les tonalités métalliques créent un style aux harmonies inédites", peut-on lire dans sa biographie parue en 2010. Lorsqu’il ne prépare pas sa prochaine collection, le créateur danse au Palace — c’est d’ailleurs un habitué du club parisien.

Claude Montana est-il un créateur haute couture ?

En 1990, il rejoint la maison Lanvin, après avoir refusé un poste chez Dior. Cela lui vaudra d’obtenir deux Dés d’or (un prix français décerné aux créateurs de haute couture de 1976 à 1990), l’un pour sa collection automne-hiver 1990-1991, l’autre pour celle du printemps-été 1991. Malheureusement, la collaboration avec la maison française s’arrête rapidement. Ce qui ne l’empêche pas de lancer une nouvelle ligne de prêt-à-porter, baptisée Odyssée. En 1993, il épouse Wallis Franken, une mannequin qui deviendra sa muse avant de se suicider en 1996. En 1997, il cède Claude Montana : rachetée en 2000, la marque change de nom et devient Montana Création.

claude-montana-defile-1990
Silhouette d'un défilé Claude Montana en 1990 © Denis Jones/ANL/REX Shu/SIPA

Que devient Claude Montana ?

Le créateur se fait désormais discret même si en 2007, il s'essayait à la pâtisserie avec un dessert, le Passion Victim, à s'offrir au Café de la Paix à Paris. En 2009, il se rapproche de la journaliste Marielle Cro pour la rédaction de sa biographie. Celle-ci retrace la carrière de Claude Montana et est illustrée par ses dessins et de nombreuses photographies. S’il ne fait aujourd’hui plus défiler ses créations, le couturier continue d’inspirer le monde de la mode — Alexander McQueen lui a rendu de nombreux hommages, tout comme le styliste Dries van Noten et Gareth Pugh. Ultime consécration, il est promu, en juillet 2014, commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres. Pour adopter une pièce signée Claude Montana, il faudra aujourd’hui se rendre dans les boutiques vintage spécialisées — ou dans une parfumerie, pour acheter son jus signature. En 2019, Byronesque, l'application spécialisée dans la recherche de pièces d'archives, s'est tout de même associée à la plateforme multimarque Farfetch pour imaginer quatorze pièces inspirées de l'esthétique Claude Montana. Ou comment faire revivre le travail du créateur entre épaulettes, capes et cuir travaillé.

Créateurs et stylistes