Mary Quant, l'inventrice de la minijupe

La minijupe, c'est à elle qu'on la doit. Mais qui est Mary Quant, couturière anglaise et héroïne mode des 60's ?

Mary Quant, l'inventrice de la minijupe
© SIPA

Avant d'inventer la minijupe et de marquer l'histoire avec son bob court châtain et son allure so 60's, Mary Quant est née le 11 février 1934 à Londres de deux parents professeurs des écoles gallois. Après avoir étudié l'illustration au Goldsmiths College of Art dans la capitale britannique, elle travaille pendant deux ans pour le modiste danois Erik installé sur Brook Street, pour lequel elle imagine des chapeaux. En 1955, elle ouvre avec son mari, Alexander Plunkett-Greene, un aristocrate rencontré sur les bancs de l'université, et leur ami Archie McNair, une boutique nommée Bazaar. Elle est située sur King's Road, à Chelsea, un coin fréquenté par de jeunes artistes, réalisateurs, et autres personnalités en vue. En plus de proposer une sélection de vêtements à la pointe de la tendance, Bazaar s'envisage comme un lieu de rencontre, entre la musique, le design, la mode, l'art et la cuisine (le restaurant Alexander's se cache au sous-sol). Le succès est au rendez-vous, les Beatles, Brigitte Bardot, les Rolling Stones et Audrey Hepburn s'y pressent. 

Minijupe, Twiggy et Swinging London

Face à cet engouement, Mary Quant décide de lancer, en autodidacte, sa propre marque de mode. Elle débute avec un modèle de pyjama qui rencontre l'engouement. Ses créations sont rapidement exportées en Europe et aux Etats-Unis et elle choisit d'ouvrir un second magasin, toujours sur King's Road, aménagé par le designer Terence Conran (fondateur du fameux Conran Shop). Parmi les robes, les pyjamas et ses pièces phare, une jupe courte et plissée voit le jour en 1958. Popularisée par la mannequin Twiggy, elle se porte avec des collants colorés, et évoque tant les Swinging Sixties que les Mod's. La légende voudrait que Mary Quant l'ait nommée d'après sa voiture préférée, la Mini, dont elle a d'ailleurs redesigné l'intérieur trente ans plus tard. 

Jugée provocante, choquante, même, par une société habituée aux sages longueurs qui cachent les jambes, la minijupe, puis micro minijupe, se raccourcissant au fil des ans, fait scandale. "Les messieurs en chapeau melon frappaient sur notre vitrine avec leurs parapluies en criant : "Immoral !" et "Dégoûtant !" à la vue de nos minijupes sur les collants, mais les clients affluaient pour acheter", relate Mary Quant dans son autobiographie. Cette création s'inscrit pourtant dans l'air du temps, puisqu'en France, à la même époque, André Courrèges est aussi en train d'imaginer ses premières minijupes. Une invention qui inspire, en 2001, une chanson nommée Mary Quant à Laurent Voulzy.

mary-quant

Vers la postérité

Pour partir à la conquête de la fashion aux Etats-Unis, Mary Quant signe un partenariat avec les grands magasins américains JC Penney en 1962. Dans la foulée, elle crée une ligne bis, The Ginger Group, en 1963. La créatrice, qui est l'une des premières à utiliser du PVC dans ses collections graphiques est colorées, imagine l'une de ses dernières pièces de prêt-à-porter en 1966. Il s'agit du hot pants, un short pour femme, court, donc éminemment audacieux pour l'époque. La même année, elle est nommée officier de l'ordre de l'empire britannique et publie sa première autobiographie, Quant by Quant. Un an plus tard,  elle inaugure son troisième magasin, toujours à Londres, sur New Bond Street, où s'épanouissent ses créations multicolores signées par son logo fleuri.

Au mitan des 70's, Mary Quant décide de délaisser le prêt-à-porter pour s'intéresser à la lingerie, imaginer des fourrures, des montures de lunettes, du linge de maison, du maquillage, des cosmétiques... Cette dernière activité est celle qu'elle abandonne le plus tardivement, en 2000, après le rachat de sa marque par un groupe japonais. 

Celle à qui le London Museum a consacré une exposition en 1973 a aussi eu les honneurs du Victoria & Albert Museum en 2019 et 2020. En 1990, Mary Quant a été distinguée du Hall of Fame Award par le British Fashion Council et a été nommée Dame Commander de l'empire britannique en 2015. Quant à sa dernière autobiographie, sortie en 2012, elle s'intitule Mary Quant : Autobiography, tout simplement.

Créateurs et stylistes