Comment conserver sa robe de mariée ?

Préserver sa robe après le mariage, c'est tout un art ! Laëtitia, créatrice de "J'aime ma robe", la première méthode de conservation issue des techniques muséales, nous livre ses conseils...

Comment conserver sa robe de mariée ?
© J'aime ma robe

La plupart des jeunes mariées tiennent par dessus tout à conserver leur robe intacte après le mariage. D'une part parce qu'il s'agit de LA robe de leur vie, ayant une valeur sentimentale importante qui symbolise leur plus grand jour. D'autre part, parce que certaines espèrent sans doute pouvoir la prêter à leur petite fille quand elle se mariera à son tour. Dans tous les cas, une robe de mariée se garde, mais pas n'importe comment ! Les boîtes métalliques, les housses et les cartons risquent d'abîmer la robe tout comme la lumière, la poussière, la température... 

Laëtitia Boissinot-Guillemot, créatrice de "J'aime ma robe", a mis au point une méthode de conservation issue des techniques muséales avec des matériaux exempts de produits chimiques. Différentes boîtes et housses sont ainsi proposées aux futures et jeunes mariées, en fonction de la taille et du modèle de la robe. Optimisées pour ranger la robe de mariée sans l'abîmer, elles permettent de la disposer à plat et de respecter le tissu. Néanmoins, quelques règles sont à respecter...

Les règles d'or pour bien conserver sa robe de mariée : 

  • © J'aime ma robe
    Evitez les plis au maximum, qui risqueraient de casser la fibre et de déchirer la robe à long terme.
  • Protégez la robe de mariée en évitant toute exposition à la lumière. La couleur blanche de la robe peut avoir tendance à virer vers le jaune et s'il s'agit d'une autre couleur, elle pourrait aussi ternir.
  • Evitez l'humidité ! Caves, garages et changement de température sont responsables de moisissures et fragilisent les fibres de la robe. L'idéal est de conserver sa robe dans une pièce à vivre, chauffée toute l'année à température ambiante.
  • Evitez tout ce qui n'est pas spécifique à la conservation : les housses, les plastiques, les cintres en métal ou en bois, les pochettes sous vide en contact direct, ne feraient qu'agraver la dégradation de la robe. De plus, ils contiennent généralement des produits chimiques qui interagissent avec le tissu.
  • Evitez la poussière et la saleté, qui attirent les mites. Laëtitia recommande d'utiliser impérativement de l'antimite (bio de préférence), mais jamais en contact direct avec la robe, et de le changer régulièrement, tous les trois mois environ.
  • Après le mariage, il est recommandé de nettoyer sa robe, sans trop attendre. "L'idéal est de la porter chez un teinturier dans les quinze jours qui suivent le mariage. On conseille aux jeunes mariés de s'en occuper avant le voyage de noces et de toujours préciser l'origine de la tâche afin que le traitement soit plus efficace", précise Laëtita, qui rappelle par ailleurs que tous les accessoires stockés dans les boîtes de conservation (chaussures, voile...) sont à nettoyer eux aussi, pour éviter les mites.

Attention aux idées reçues !

  • "Le champagne ne tâche pas" entendent certaines mariées le jour J. Et pourtant, "ces tâches peu visibles sur le moment réapparaîssent un an plus tard, de couleur marron si elles ne sont pas traitées à temps", précise Laëtitia.
  • Les remèdes de grands-mères ne sont pas tous bons à prendre. Le papier de soie bleu par exemple, censé éviter que la robe blanche jaunisse avec le temps, ne sera finalement utile que pour déteindre sa belle couleur bleutée sur ce blanc éclatant... Le papier de soie neutre utilisé par la créatrice de J'aime ma robe est au contraire non blanchi, sans acidité, et protège efficacement les tissus.

Dans tous les cas, Laëtitia conseille les jeunes mariées qui font appel à son aide pour préserver leur robe de mariée. Ces dernières lui font parvenir une photo, et en fonction du modèle, celle-ci les oriente vers la housse ou la boîte qui sera la plus adaptée à la robe. Elle donne également quelques consignes pour bien la ranger et accompagne les femmes dans leurs démarches. Comptez entre 82 euros et 166 euros pour les coffrets, et entre 20 et 30 euros pour les accessoires (housses de cintre et pochons).

Plus d'infos sur le site www.jaimemarobe.com

Lire aussi