Cours de rattrapage sur les écoles alternatives

Amis, parents, voisins, tous racontent les bienfaits de Montessori, Freinet ou Steiner sur la scolarité du petit dernier. Ne demandez surtout pas les adresses de ces experts, leurs noms désignent des méthodes pédagogiques...

Cours de rattrapage sur les écoles alternatives
©  yuryimaging - Fotolia.com

700 établissements scolaires tout niveau et tout statut confondus se réclament de l'éducation nouvelle. Ils luttent contre, selon eux, une école traditionnelle trop exclusive, contraignante, hiérarchique et compétitive. Leur credo : placer l'enfant au centre du système scolaire et s'adapter à lui en fonction de ses besoins et ses capacités. Les enfants en difficultés scolaires y trouvent alors parfois des solutions plus spécifiques à leur personnalité et s'y épanouissent, dans certains cas, avec plus de facilité. Une situation d'échec scolaire constitue donc l'occasion de s'orienter vers tel ou tel type d'école alternative. Pour autant, ce choix requiert une réflexion longue et aboutie menée avec les spécialistes qui connaissent votre enfant (professeur, directeur, psychologue, assistante sociale...) et seront à même de vous aiguiller. En effet, "l'après école nouvelle" peut s'avérer un retour à la réalité brutal : le lycée, la fac et le monde de l'entreprise ne s'adaptent pas à chacun, mais impose un système de valeurs commun qu'il faut savoir accepter sans détour.

En distinguant bien les principaux courants pédagogiques alternatifs, vous pourrez, si besoin, juger en connaissance de cause les possibilités qui s'offrent à votre petit et planifier au mieux sa scolarité dès la rentrée prochaine. A savoir aussi, même si votre enfant n'est pas inscrit dans une école alternative, son enseignement est plus ou moins influencé par les courants décrits ci-dessous et ce, en fonction de la politique de son établissement et des choix de son professeur.

 

ecoles alt2
Des écoles alternatives ©  yuryimaging - Fotolia.com

La pédagogie Freinet (écoles primaires)

L'obéissance et la hiérarchie enferment l'enfant dans un carcan qui l'empêche de penser par lui-même et donc d'être libre. Célestin Freinet, instituteur originaire de Vence, refuse donc de suivre les habitudes "à la Marcel Pagnol" et crée sa première école en 1935. Les connaissances ne sont pas "transfusées" du maître à l'élève, elles s'acquièrent par la découverte et l'expérience ("le tâtonnement expérimental"), des aptitudes naturelles pour l'enfant. En 1968, c'est la publication de la charte de l'école moderne qui redéfinit les axes de la méthode Freinet. L'école ne dresse pas, elle épanouit. Elle n'endoctrine pas, elle se nourrit de l'évolution des mentalités. Chacun avance à son rythme et participe à des activités "communicantes" : théâtre, dessin, informatique... Responsabiliser les bambins, leur permettre de s'exprimer, de créer, de partager et de cheminer vers leurs propres centres d'intérêt : les méthodes du précurseur ont au fil du temps convaincu le corps enseignant dans son ensemble puisqu'il s'en inspire aujourd'hui largement.

En pratique Il existe des centaines de classes Freinet en France. La liste des écoles publiques et privées est disponible auprès de l'Institut coopératif de l'école moderne-pédagogie Freinet.

La pédagogie Montessori (de 18 mois à 12 ans)

Maria Montessori, docteur en médecine, fonde son école à Rome en 1907. C'est en se consacrant à l'éducation d'enfants en difficultés mentales qu'elle réalise que ces travaux peuvent intéresser un plus large public. En fait, tous les enfants, dès leur plus jeune âge, peuvent tirer profit de sa méthode : apprendre l'autonomie. Chaque enfant, en observant l'évolution de ses propres capacités psychomotrices (l'équilibre ou la découverte des sens par exemple, acquiert des connaissances. Il découvre lui même ses meilleurs atouts, ses difficultés mais aussi ses envies. Libre dans le temps et l'espace d'explorer son milieu (la classe, les outils à sa dispositions, ses camarades, ses propres réflexions), il développe sa curiosité dans les domaines qui le tentent. Les éducateurs l'aident alors à mener à bien ses projets sans jamais "faire à sa place". Ils le guident, le supervisent et l'évaluent sans se faire remarquer tout en restant à sa disposition. Chaque erreur constitue une occasion d'en apprendre plus. Chaque acquisition procure du plaisir à l'enfant. Aujourd'hui Montessori rime aussi presque toujours avec bilinguisme, un avantage de plus pour les élèves de cette école moderne.

En pratique : Les écoles Montessori sont toutes privées et le coût d'inscription n'est pas négligeable (environ 3 000 euros par an en moyenne). Pour connaître les adresses de ces écoles, rendez-vous sur le site de l'Association Montessori de France.

La pédagogie Steiner (de la maternelle au lycée)

Pour Rudolf Steiner, pédagogue autrichien contemporain de Maria Montessori, l'école prépare à la vie. Donner confiance en eux, plaisir et réconfort aux enfants leur permet de se construire sereinement. Les prof n'ont donc pas besoin de proposer un savoir à l'assemblée des curieux, qui par elle-même, s'intéresse au monde qui l'entoure. L'enfant fait avant de comprendre. Même les ressources sont constituées par les bambins ! Leurs travaux rangés sous forme de dossiers remplacent les livres dont le savoir serait plaqué sans vie et sans logique sur les pages. Le temps scolaire s'organise différemment chaque mois. Chez Steiner, on peut très bien ne faire que des maths pendant plusieurs semaines ! Un élève garde le même enseignant principal pendant toute sa primaire (des intervenants spécialisés se chargent des langues vivantes (deux dès le primaire), de l'art plastique, du sport et de la musique). Et l'établissement qui accueille les élèves de la première année de maternelle à la terminale assure une continuité sécurisante. Les notes commencent seulement aux collèges. Précision importe : cette pédagogie s'oblige à suivre approximativement les objectifs des programmes fixés par l'Éducation nationale afin qu'une mobilité soit possible. Tous les élèves, quel que soit leur niveau, poursuivent leur scolarité jusqu'à 17 ans.

En pratique : Il existe une vingtaine d'établissements Steiner en France. Ce sont des structures privées avec des frais d'inscription assez élevés (environ 3500 euros par an).

angie
Angie © Carole-Anne Lemaire

Rejoignez le Forum Maman

Continuez la discussion sur les méthodes d'éducation alternatives et notamment la pédagogie Montessori sur notre forum.