Vaccin covid femmes enceintes : recommandations en France, et ailleurs ?

En France, la Haute Autorité de Santé recommande aux femmes enceintes et allaitantes d'éviter la vaccination par manque de données. L'OMS l'autorise finalement, tandis que certains pays incluent les futures mamans dans leur campagne de vaccination.

Vaccin covid femmes enceintes : recommandations en France, et ailleurs ?
© lightfieldstudios-123rf

[Mise à jour du 4 février à 10h47]. Faut-il ou non vacciner les femmes enceintes et celles qui allaitent ? Alors qu'Emmanuel Macron a promis ce 3 février un accès à la vaccination pour tous les Français qui le veulent d'ici l'été 2021, les futures et jeunes mamans ne sont toujours pas prioritaires. Mais le sujet est encore flou, et les recommandations varient d'un pays à l'autre. En France, par manque de données et par précaution, le vaccin contre la Covid-19 n'est pas recommandé par les autorités sanitaires. Et pour cause : les femmes enceintes ou qui allaitent leur bébé n'ont pas été incluses (ou très peu) dans les essais cliniques sur la vaccination. Ainsi, dans un avis rendu le 24 décembre 2020, la Haute Autorité de Santé (HAS) a validé la stratégie de vaccination contre la Covid-19 qui a débuté en France le 27 décembre, mais déconseille le vaccin pour les futures et jeunes mamans qui allaitent. Pour rappel, les personnes les plus vulnérables et les plus exposées au risque de Covid-19 sont prioritaires. Mais certaines populations, comme les personnes présentant des allergies graves de type anaphylactique, doivent éviter le vaccin.

Pourquoi le vaccin est-il déconseillé pendant la grossesse ?

Pour la HAS, les données de tolérance sont encore "insuffisantes pour informer des risques de la vaccination pendant la grossesse". Par conséquent, "l'administration du vaccin pendant la grossesse n'est pas conseillée, sauf si un risque élevé de forme grave a été identifié lors de la consultation pré-vaccinale" recommande la Haute Autorité de Santé. "De plus, les recommandations nationales étrangères (notamment anglaises) identifiées à ce stade ne recommandent pas la vaccination pendant la grossesse" ajoute, le 18 décembre dernier, la HAS qui "réétudiera l'opportunité de vacciner les femmes enceintes si de nouvelles données scientifiques permettent de l'envisager". L'utilisation du vaccin chez les futures mamans doit donc être envisagée uniquement "si les bénéfices potentiels l'emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus". Il est d'ailleurs précisé sur le vaccin Pfizer qu'"il existe des données limitées sur l'utilisation de Comirnaty® chez la femme enceinte. Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence d'effets délétères directs ou indirects sur la gestation, le développement embryonnaire/fœtal, la mise bas ou le développement postnatal. L'utilisation de Comirnaty chez la femme enceinte doit être envisagée seulement si les bénéfices potentiels l'emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus".

Une recommandation qui s'est pas partagée par le Collège national des gynécologues-obstétriciens français (CNGOF) et le Groupe de recherche contre les infections pendant la grossesse (Grig). "Les femmes enceintes doivent pouvoir être vaccinées contre le Sars-CoV-2 (...) Il n'existe pas de raison a priori de penser que les femmes enceintes doivent être exclues des campagnes de vaccination ", affirment les deux sociétés savantes dans un communiqué conjoint publié mi janvier.

Pourquoi le vaccin anti-Covid n'est pas conseillé pendant l'allaitement ?

"Compte tenu du fait que l'excrétion dans le lait maternel n'est pas connue à ce jour, il est conseillé de ne pas vacciner pendant l'allaitement" ajoute la Haute Autorité de Santé, tout comme Pfizer qui indique qu''on ne sait pas si Comirnaty® est excrété dans le lait maternel".

L'OMS finalement favorable à la vaccination des femmes enceintes ?

Le Groupe stratégique consultatif d'experts (SAGE) sur la vaccination de l'OMS avait émis ses recommandations concernant le vaccin à ARNm Pfizer/BioNTech fin décembre. Selon le SAGE , "les femmes enceintes ont davantage de risques que les femmes non enceintes de présenter une forme grave de la COVID-19 et la COVID-19 est associée à une majoration du risque de naissance prématurée. Cependant, en raison de l'insuffisance des données, l'OMS ne recommande pas pour le moment de vacciner les femmes enceintes". "Lorsqu'une femme enceinte présente un risque d'exposition qui ne peut être évité (par exemple car elle travaille comme soignante), la vaccination peut être envisagée en concertation avec le prestataire de soins qui s'occupe d'elle", ajoutait l'organisme. Ce 29 janvier, l'OMS a finalement annoncé que les futures mamans pouvaient se faire vacciner contre le coronavirus. "Alors que la grossesse expose les femmes à un risque plus élevé de COVID-19 grave, très peu de données sont disponibles pour évaluer la sécurité du vaccin pendant la grossesse (...) Néanmoins, sur la base de ce que nous savons de ce type de vaccin, nous n'avons aucune raison particulière de penser qu'il y aura des risques spécifiques qui l'emporteront sur les avantages de la vaccination pour les femmes enceintes (...) Pour cette raison, les femmes enceintes à haut risque d'exposition au SRAS-CoV-2 (par exemple les travailleurs de la santé) ou qui présentent des comorbidités qui augmentent leur risque de maladie grave, peuvent être vaccinées en consultation avec leur prestataire de soins de santé", a indiqué l'OMS dans un communiqué.

Vaccination des femmes enceintes : et dans les autres pays ?

  • Israël recommande déjà la vaccination à partir du deuxième semestre de la grossesse.
  • Aux Etats-Unis, ce sont les futures mamans qui prennent cette décision et 10 000 d'entre elles ont déjà été vaccinées depuis mi-décembre.
  • En Allemagne, la vaccination chez la femme enceinte est étudiée au cas par cas.
  • Le Royaume-Uni, de son côté, continue de déconseiller la vaccination aux femmes enceintes sauf à celles qui ont un fort risque de contamination ou qui peuvent développer des complications. Les autorités sanitaires recommandent d'attendre la naissance de bébé et le sevrage avant de se faire vacciner. "Il n'y a pas de preuve que c'est dangereux si vous êtes enceinte ou allaitante. Mais nous avons besoin de plus de preuves avant de vous proposer le vaccin" est-il précisé sur le site National Health Service (NHS).
  • En France, la Haute Autorité de Santé déconseille toujours cette vaccination aux futures mamans. 
  • Les autorités belges déconseillent la vaccination aux futures mamans sauf si elles présentent des comorbidités ou travaillent dans le secteur de la santé.
Suivi médical et maladies pendant la grossesse