A quoi sert le liquide amniotique ?

Le liquide amniotique est essentiel au développement du bébé. Comment est-il formé et à quoi sert-il exactement ? Les réponses d'Anh-Chi Ton, sage-femme.

A quoi sert le liquide amniotique ?
© Fizkes

Le liquide amniotique est ce bain réconfortant dans lequel baigne bébé pendant toute la durée de la grossesse. Toutes les futures mamans ont en tête la perte des eaux, lorsque ce précieux liquide s'écoule et annonce la venue au monde de bébé. Mais il est bien plus que ça !

Liquide amniotique : quel est son rôle ?

"Le liquide amniotique, qui entoure le fœtus et est contenu dans la poche des eaux, a un rôle essentiel tout au long de la grossesse" précise Anh-Chi Ton, sage-femme. Il permet tout d'abord de protéger bébé, en amortissant les chocs et les sons de l'extérieur, mais aussi d'avoir assez d'espace pour bouger. "S'il y a une perte des eaux très précoce pendant grossesse, les muscles peuvent être atrophiés", explique Anh-Chi Ton. Par ailleurs, grâce au liquide amniotique, la température locale reste constante ce qui lui assure une stabilité de l'environnement. Autre point essentiel : le rôle du liquide amniotique contre les infections et les bactéries. Enfin, il participe au développement des sens que sont l'odorat et le goût. Son odeur et son goût diffèrent en fonction de ce que mange la mère. 

De quoi est composé le liquide amniotique ?

"Le liquide amniotique est composé à 98 % d'eau. Les 2 % restant sont composés d'électrolytes, d'enzymes, d'hormones, d'immunoglobulines, mais aussi de cellules en suspension, très utiles lors d'une amniocentèse", détaille la spécialiste. Le liquide amniotique est formé par la diurèse fœtale, c'est à dire lorsque bébé urine (jusqu'à 600ml par jour en fin de grossesse), et le liquide sécrété par les poumons, de l'ordre de 200 à 300 ml par jour en fin de grossesse. Pour résorber le liquide, deux phénomènes sont à l'oeuvre : le fœtus le déglutit et le placenta l'absorbe. 

Quel est l'aspect du liquide amniotique ?

A quoi ressemble le liquide amniotique ? C'est une question que beaucoup de futures mamans se posent ! "Il est normalement transparent comme de l'eau, avec parfois des particules de vernix quand il s'écoule", précise Anh-Chi Ton.

Couleur du liquide amniotique

"Le liquide amniotique peut aussi être rosé s'il est mélangé à du sang ou vert/marron si le fœtus a émis son méconium in utero."

Odeur du liquide amniotique

En revanche, décrire son odeur est plus complexe. "Dans les livres et différents articles, il est décrit comme inodore pour aider les femmes à le différencier des urines lorsqu'elle ne savent pas si elles ont perdu les eaux ou eu une fuite urinaire." explique la sage-femme. Cette dernière, de par sa pratique et son expérience, nous partage toutefois un sentiment personnel : "je trouve que le liquide amniotique a quand même une odeur, même si elle est difficile à décrire avec des mots ! Ce n'est pas une odeur forte ou nauséabonde, mais vraiment une odeur qui lui est propre et ne ressemble à aucune autre." 

Quantité de liquide amniotique

Le volume de liquide amniotique est variable pendant la grossesse et est corrélé au poids du fœtus. "Le pic de production a lieu vers 22 SA et la norme en fin de grossesse est celle d'un volume compris entre 500 et 2000 mL" détaille la spécialiste. Il arrive toutefois dans certains cas que :

  • le liquide soit en trop petite quantité (<500mL), on parlera alors d'oligoamnios,
  • ou en trop grande quantité (<1500mL), il s'agit alors d'hydramnios.

Trop ou pas assez de liquide amniotique, qu'est-ce que cela signifie ?

"Un excès ou une diminution de liquide amniotique ne sont jamais pris à la légère car ils peuvent être des signes d'appels de pathologies fœtales ou maternelles." alerte la sage-femme. Le diagnostic s'effectue lors d'une consultation par la mesure de la hauteur utérine couplée à la palpation de l'utérus, puis avec une échographie. Mais de quelles pathologies un volume anormal de liquide amniotique peut-il être le signe ? La principale source de liquide amniotique vient de l'urine du bébé, donc s'il n'y en a pas assez, cela peut-être le signe d'une malformation rénale. L'oligoamnios peut aussi être provoqué par un retard de croissance du fœtus, ou une perte des eaux. Concernant l'hydramnios, il peut être causé par une malformation, par exemple si bébé ne peut pas déglutir... Mais la cause la plus fréquente est celle d'un diabète maternel avec macrosomie fœtale. 

Perte de liquide amniotique pendant la grossesse, est-ce grave ?

Il arrive qu'une femme enceinte perde du liquide amniotique avant le terme de sa grossesse. Le degré de gravité va bien entendu dépendre du stade de la grossesse auquel survient la fissure ou la rupture de la poche des eaux, puis la perte de liquide entraîne les contractions utérines et donc la mise en travail. A partir de 37 SA, cela ne présente aucun signe de gravité car l'accouchement peut avoir lieu sans risque pour le bébé. La situation est en revanche plus compliquée avant 35 semaines de grossesse (ou 37 SA). "Il y a deux risques principaux : l'infection, puisque la poche des eaux est ouverte, et la prématurité", explique Anh-Chi Ton. Selon le terme de la grossesse, on décide donc de ce qu'on fait au cas par cas.

Si une femme perd les eaux très tôt, vers 28 SA, la sage-femme explique qu'il faudra alors essayer de "prolonger la grossesse" un maximum pour que le bébé ne soit pas trop prématuré. "Et on donnera des antibiotiques pour le risque infectieux", ajoute-t-elle. En revanche, si une femme perd les eaux à 36 SA et demi, le bébé étant bien formé, il ne risque pas de souffrir de grandes séquelles liées à la prématurité, donc l'objectif ne sera pas de stopper le travail. Ce sera même l'inverse : "on va faire en sorte de ne pas laisser la grossesse se poursuivre plus de 48h avec une poche des eaux ouverte car il existe un vrai risque d'infection. Si le travail ne se met pas en route spontanément, on déclenchera l'accouchement.", conclut la sage-femme.