Grève du 7 février à l'école : qui sera mobilisé ?

"Grève du 7 février à l'école : qui sera mobilisé ?"

Une nouvelle journée de mobilisation nationale est annoncée dans les écoles le mardi 7 février, contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. Certains élèves seront directement impactés, d'autant plus qu'une autre grève se profile pour le 11 février. Le point sur les dernières infos.

[Mise à jour du 3 février à 11h] Après les mouvements du 19 et du 31 janvier, deux nouvelles grèves se dessinent pour le mardi 7 et samedi 11 février. L'intersyndicale a décidé de poursuivre le mouvement et de l'amplifier pour que le gouvernement cède au sujet de la réforme des retraites, et notamment sur le recul de l'âge de départ à la retraite et la durée des cotisations. Tous les secteurs d'activités sont concernés, y compris l'Éducation nationale. "Rien ne justifie une réforme aussi injuste et brutale. Le gouvernement doit entendre le rejet massif de ce projet et le retirer", ont fait savoir les syndicats enseignants et étudiants dans un communiqué commun en date du 1er février. Invité sur FranceInter, le 2 février, le ministre Pap Ndiaye a par ailleurs défendu la réforme des retraites pour les enseignants, déclarant qu'"il faut sauvegarder le système de retraites par répartition." Il a toutefois reconnu la fatigue des professeurs en fin de carrière et a insisté : "On en tient compte, car à partir du mois de septembre, il y aura la généralisation dans la fonction publique de la retraite progressive". Suite à cette prise de parole, le ministre de l'Éducation a dévoilé le nouveau "pacte" proposé par le gouvernement aux enseignants qui prévoit notamment une hausse des salaires conditionnée à de nouvelles missions. Un énième projet qui ne passe pas auprès des personnels de l'Éducation nationale. 

Quelle mobilisation dans les écoles pour la grève du 7 février ?

Plusieurs syndicats enseignants, dont la CGT-Éducation, le FSU, le SNUipp-FSU ou encore Unsa Éducation, ont répondu à l'appel à la grève nationale du 7 février, ainsi que celle du 11 février. Dans un communiqué commun du 2 février, ils indiquent clairement leur position pour la prochaine journée de mobilisation : "Les organisations de l'éducation relaient l'appel de l'intersyndicale interprofessionnelle à se mobiliser par la grève et la manifestation encore plus massivement le mardi 7 février puis le samedi 11 février pour dire non à cette réforme. Elles appellent, d'ici là, à multiplier les actions, initiatives, réunions ou assemblées générales partout sur le territoire, dans les entreprises et services, dans les lieux d'étude, y compris par la grève." Sur l'ensemble du territoire, seulement certaines écoles, collèges et lycées devraient être perturbés car ces journées d'actions tombent en plein milieu des vacances scolaires d'hiver. La grève du 7 février, par exemple, aura lieu pendant les vacances de février de la zone A. En effet, les élèves de la zone A seront en congés du 4 au 20 février et pour la grève du 11 février, les écoliers de la zone B débuteront à leur tour leurs vacances d'hiver. Le départ en vacances devrait d'ailleurs être perturbé par la grève dans les transports.

Comment va se passer la grève dans les lycées le 7 février ?

Aux côtés des personnels de l'Éducation nationale, la jeunesse et les lycéens seront de nouveau mobilisés pour la grève du 7 février, certainement aux abords des établissements scolaires et dans les rues. Lors des derniers mouvements de grève, des blocus ont été organisés dans plusieurs lycées, un peu partout en France. Pour les grèves à venir en février, dans un communiqué, les syndicats L'Alternative, l'UNEF et les organisations de jeunesse font front ensemble et appellent la jeunesse à prendre part une nouvelle fois au mouvement. De nouveaux blocus sont également prévus dans les lycées mais aussi les lieux d'étude et les universités. Selon les syndicats, il s'agit d'une "mobilisation d'ampleur historique" pour la jeunesse.

Que faire si l'école ou la classe de mon enfant est fermée ?

Les écoles du premier degré (maternelle et élémentaire) sont concernées par le service mminimum d'accueil en cas de grève (si plus de 25% des enseignants sont absents). Ce n'est pas le cas pour les collèges et lycées, ainsi que dans les crèches ou encore pour l'accueil périscolaire. Dans les cas où il n'y aurait pas de service de garde mis en place, les parents d'élèves doivent de leur côté trouver une solution pour faire garder leurs enfants. Sans solution, certains parents doivent parfois poser un jour de RTT ou télétravailler.

Un élève peut-il être refusé à l'école lors d'une grève ?

Dans le premier degré, même s'il y a une grève prévue dans un établissement scolaire, en aucun cas un élève peut être refusé à l'école. "Un élève en école primaire (maternelle ou élémentaire) doit être accueilli pendant le temps de la classe, même si son maître ou sa maîtresse est absent. Ce service d'accueil est gratuit. Il est assuré différemment à l'école publique et à l'école privée sous contrat", indique le site du Service Public, selon la loi en vigueur depuis 2008. 

Les professeurs sont-ils obligés de se déclarer grévistes en avance ?

Le droit de grève dans l'Éducation nationale répond à quelques obligations. Dans le premier degré, les professeurs des écoles doivent déclarer à l'avance leur intention de se mettre en grève, au moins 48 heures avant le mouvement, en respectant un jour ouvré. Il n'est donc pas possible de se déclarer gréviste le vendredi si la grève a lieu le lundi. Si l'enseignant n'informe pas sa direction, il encoure une sanction disciplinaire, indique le site du ministère.

Dans les collèges et lycées, si un préavis a déjà été déposé par un syndicat les enseignants n'ont pas l'obligation de se déclarer gréviste à l'avance. C'est à la direction de l'établissement de procéder au recensement des grévistes et d'en informer les élèves et leurs familles en amont. Dans les faits, certains professeurs utilisent aussi les plateformes interactives avec les élèves et les familles pour annoncer quelques heures avant le début des cours leur participation ou non. Conseil : n'hésitez pas non plus à joindre la direction de l'école quelques jours avant ou la veille pour connaître les détails de la mobilisation à venir. 

Ecole maternelle et primaire