Grève du 27 janvier : 7,74% de participation en moyenne à l'école

Les taux de participation au mouvement de grève du 27 janvier étaient en moyenne de 7,74% pour les établissements scolaires du premier et deuxième degré.

Grève du 27 janvier : 7,74% de participation en moyenne à l'école
© Evgenyatamanenko-123RF

Grève du 27 janvier 2022 : à quoi s'attendre ?

[Mise à jour du 27 janvier à 11h56]. Le taux de participation au mouvement de grève de ce jeudi 27 janvier est en moyenne de 7,74%. La moyenne des enseignants est aussi pondérée avec un taux de 8,52% précise le ministère de l'Education nationale dans un communiqué de ce 27 janvier. On compte par ailleurs 8,95% d'enseignants dans le premier degré, et un taux de 8,11% dans le 2nd degré. Alors que les précédentes grèves à l'école étaient consacrées au protocole sanitaire, les syndicats enseignants en profitent cette fois pour dénoncer les conditions de travail et réclamer une augmentation des salaires des professeurs, ainsi que davantage de moyens pour faire face à la crise sanitaire. Les syndicats demandent également le remplacement des enseignants absents, le recrutement d'AESH pour les élèves en situation de handicap. Les écoles, la restauration scolaire ainsi que les crèches pourront être fermées selon les villes.

Mais la grève de ce jeudi 27 janvier, est surtout une grève interprofessionnelle. Cette fois, les enseignants sont rejoints par les syndicats de cheminots et tous les autres secteurs d'activités. Car à l'approche des élections présidentielles, chacun fait entendre ses revendications. Dans un communiqué publié ce 5 janvier, l'intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl et MNL précise qu'il s'agira d"une mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l'emploi" visant à réclamer "des augmentations de salaires" mais aussi "défendre les emplois et conditions de travail". Les transports pourraient par ailleurs être touchés par la grève, mais pour l'heure, la RATP n'a pas annoncé de mouvements de grève d'ampleur à Paris. Certains préavis ont néanmoins été déposés à Nice ou encore à Grenoble. Près de 170 rassemblements et défilés sont attendus en France a précisé à l'AFP Céline Verzeletti, dirigeante confédérale CGT, Elle précise que les secteurs de l'industrie, de l'agroalimentaire, de la fonction publique ainsi que les commerces sont touchés par cette grève.

Grève des enseignants : que réclament les syndicats ?

"Le chaos engendré par la gestion de la crise sanitaire mérite des réponses fortes, au-delà des engagements pris par le Premier ministre et le ministre de l'Education nationale", a expliqué la CGT Éduc'action sur Twitter. Les syndicats réclament le report des épreuves de spécialités et l'annulation des évaluations de mi-CP. Ils demandent aussi la création de "tous les postes nécessaires pour assurer les remplacements, au-delà du recours aux listes complémentaires" et la dotation des "écoles et des établissements en matériel de protection en nombre suffisant, bien au-delà des volumes annoncés". 

"Plus de sécurité à l'école"

Les syndicats réclament surtout plus de sécurité à l'école. "Il est temps que l'école redevienne un lieu protégé et non la variable d'ajustement d'une politique sanitaire en crise", dénonce la FCPE dans un communiqué du 10 janvier. Elle réclame davantage de moyens pour protéger les élèves, comme les capteurs de CO2, du savon, des masques, ainsi que "des campagnes de dépistage massif, notamment salivaire, chaque semaine surtout en maternelle où les enfants ne portent pas les masques, mais aussi au sein de l'ensemble des établissements scolaires avec des personnels de santé dédiés". 

► Pour plus de sécurité à l'école, les syndicats réclament "le retour à la règle protectrice 'un cas positif = fermeture de la classe', l'isolement des cas contacts intrafamiliaux et une politique de tests préventifs hebdomadaires salivaires systématiques". Ils demandent aussi à ce que le personnel de l'Education soit équipé de masques chirurgicaux et FFP2 pour ceux qui le souhaitent. "Des autotests doivent leur être fournis et les salles de classe et de restauration équipées en capteurs de CO2" ajoute le Snuipp.

Grève du 20 janvier : 1,63% de participation

Ce jeudi 20 janvier, les  syndicats FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Education, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, et les mouvements lycéens FIDL, MNL et La Voix lycéenne ont lancé un nouvel appel à la grève pour dénoncer le "chaos" provoqué par la crise sanitaire. Mais ce mouvement a été beaucoup moins suivi que celui du 13 janvier dernier. Selon un communiqué du ministère de l'Education, le taux de participation à cette nouvelle grève s'élève à 1,63% en moyenne, dont 1,15% des enseignants grévistes dans le 1er degré, et 2,18% des enseignants du 2d degré. Les vacances à Ibiza de Jean-Michel Blanquer, la veille de l'annonce du protocole sanitaire de la rentrée de janvier n'ont donc pas fait grossir les rangs des grévistes et des manifestants. "Cela mettra peut-être dans la rue quelques personnes en plus, mais pas forcément des centaines, ni des milliers", a expliqué au Parisien Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, principal syndicat des professeurs dans le second degré.

Quelles annonces après la grève du 13 janvier ?

"On est quand même dans un atmosphère de dialogue social très renforcé. Jeudi (le 13 janvier), nous avons eu 4 heures de discussion avec les organisations syndicales, on a d'ailleurs répondu positivement à certaines choses qui ont été demandées et qui ne me posaient pas de problème particulier", a expliqué le ministre de l'Education nationale ce 17 janvier sur le plateau de C à Vous. En effet, le 13 janvier dernier, suite à la grève nationale, les organisations syndicales avaient été reçues au ministère de l'Education par le Premier ministre Jean Castex, en présence de Jean-Michel Blanquer. Ce dernier avait annoncé de nouvelles mesures pour redonner confiance aux enseignants et tenter d'apaiser la situation. Il avait notamment précisé que 5 millions de masques FFP2 seraient distribués aux enseignants, en priorité ceux travaillant avec des enfants en situation de handicap, les AESH ou encore le personnel dès la maternelle. Le ministre avait également promis des recrutements, et précisait que les évaluations de CP prévues en janvier étaient reportées. "Il y a maintenant toujours du dialogue ouvert sur d'autres sujets (...) Aujourd'hui, on a besoin d'avoir au maximum les écoles ouvertes, on n'a pas besoin d'avoir un moment d'arrêt de travail supplémentaire", a ajouté Jean-Michel Blanquer.

Ecole et covid