Mon ado fume : comment réagir ?

Vous vous apercevez que votre adolescent fume des cigarettes ou du cannabis. Comment réagir ? Comment l'aider ? Le psychiatre Xavier Pommereau, spécialiste de l'adolescence en difficulté, donne ses réponses.

Mon ado fume : comment réagir ?
© ightfieldstudios

Lorsqu'il rentre de cours, votre adolescent sent le tabac froid ? Pire encore, vous vous apercevez qu'il a les pupilles dilatées et qu'il a fumé du cannabis. Vous êtes inquiet, en colère, et c'est normal. Mais ne paniquez pas, ne l'affrontez pas immédiatement. Le psychiatre spécialiste de l'adolescence en difficulté, Xavier Pommereau, répond à toutes vos questions sur les ados qui fument, de façon occasionnelle comme régulière. 

Pourquoi les ados fument-ils ?

C'est la première chose qu'il faut comprendre, avant de confronter son enfant si l'on s'aperçoit qu'il fume. Les adolescents ont besoin de faire "nuage commun", soit de partager quelque chose avec les autres de leur âge. Et cela passe bien souvent par le fait de fumer... Comme en témoignent les amas de mégots devant les collèges et lycées ! C'est l'occasion pour eux d'expérimenter ensemble quelque chose d'interdit par les adultes, de vivre un moment pimenté. L'aspect transgressif est très excitant à l'adolescence et on est curieux de découvrir. D'autre part, c'est très compliqué pour un ado de dire à ses pairs : "La cigarette, je ne connais pas, comment c'est ?" Non, ils auraient l'air d'idiots, d'ahuris... Ils ont envie d'être comme les autres, d'avoir l'air branché, de savoir ce que cela fait. Alors, ils testent.

Comment savoir si mon ado fume ? 

En général, on le sent... Mais il ne faut surtout pas opter pour une attitude douanière. Les parents n'ont pas vocation à être des policiers. N'allez pas fouiller ses affaires, ne conduisez pas d'interrogatoire, cela ne fonctionne pas du tout. Vous pouvez vous poser tranquillement avec lui et poser la question. S'il se sent en confiance, il répondra. 

Comment réagir face à mon ado qui fume ? 

Il y a plusieurs choses à distinguer. D'abord, tout dépend de l'âge de votre adolescent.

  • S'il est pré pubère, qu'il a 9/10/11 ans, et qu'il fume, la réaction n'est pas même que s'il a 15 ou 16 ans. Chez l'enfant (9 à 13 ans), il faut réagir en étant très ferme, en lui interdisant et posant des limites très claires.
  • Mais pour l'ado de 14 à 18 ans, la réaction doit être différente. Et doit éviter toute forme de confrontation. Commencez par comprendre comment il fume : est-il consommateur régulier ou occasionnel ? Fume-t-il uniquement du tabac ou du cannabis ? S'en achète-t-il ou emprunte-t-il une cigarette de temps en temps ? Pour ce faire, ayez une discussion à froid, calme et posée avec votre enfant. Si vous le confrontez en lui reprochant de fumer, il aura une réaction provocatrice : "Et toi que faisais-tu à mon âge ?" ou même "Alors pourquoi fumes-tu ?" Ne lui dites pas non plus "Que je ne t'y reprenne pas !" car l'interdit est motivant pour les jeunes, c'est une porte ouverte à la provocation. Et vous l'entraînerez à vous mentir en faisant cela. Vous pouvez par contre lui dire que vous êtes inquiet de constater qu'il fume. 

Comment conseiller mon adolescent fumeur ? 

Commençons par préciser ce qui ne fonctionne pas : ne lui parlez pas des dangers en terme de cancer, d'infertilité, de poumons abimés auxquels il pourrait faire face dans 15 à 30 ans. Il n'en aura rien à faire, il ne se projette pas comme vous le faites. C'est d'ailleurs pour cette raison que les campagnes "Fumer tue, fumer rend stérile, fumer augmente le risque de mortalité" sur les paquets de cigarettes n'ont pas du tout fonctionné chez les jeunes populations. J'ai même des adolescents en consultation qui collectionnent ces paquets par pure provocation... Cela les fait rire. Par contre, ce que vous pouvez faire, c'est montrer votre inquiétude. Lui donner des exemples de proches fumeurs qui ont souffert ou souffrent de leur rapport au tabac. Vous pouvez parler du problème de l'addiction, lui redire que le tabac rend esclave, qu'il est dommage de se retrouver dépendant d'une substance si jeune... Et proposer des solutions concrètes, comme se tourner vers un professionnel de santé. Mais attention, pas quelqu'un qui va lui servir une leçon de morale, là encore ça ne fonctionne pas. Mais plutôt des psys habitués à parler aux jeunes sans les prendre de haut sur ces questions, via le Fil santé jeune par exemple. 

Mon adolescent fume et me ment : que faire ?

Il faut avoir en tête que le mensonge est induit par les attentes de la personne en face, jugées excessives par celui qui ment. Autrement dit, si votre ado vous ment, c'est que votre cadre est trop rigide pour lui permettre de dire la vérité. Assouplissez-le, et votre ado n'aura plus de raison de vous mentir. Plutôt que lui faire des reproches, dites lui : "D'accord, je constate que tu fumes, je ne suis pas là pour faire la police, mais parlons-en."

Que faire si mon ado fume dans sa chambre ? 

S'il y a une chose sur laquelle vous pouvez être ferme, et interdire : c'est de fumer dans sa chambre. La maison doit être un espace sans tabac, et la règle doit valoir pour tout le monde dans le foyer. Si vous fumez vous-mêmes dans la maison, cette règle ne fonctionnera pas. Faire cela équivaut à dire : "j'ai constaté que tu fumais, mais il y a des limites que je définis sous mon propre toit et que tu dois respecter." 

Que faire si mon ado fume des joints ?

Là encore, les adolescents ont envie de faire des expériences et de braver les interdits. Il n'est pas étonnant que le cannabis les attire. Les arguments santé, censés faire peur, ne marcheront pas non plus, comme pour le tabac. Oubliez-les. Essayez d'abord de comprendre s'il s'agit d'un test à une occasion spéciale ou d'une addiction. Avertissez-le du risque de dépendance et du fait que le cannabis perturbe la concentration, ce qui lui parlera davantage. Vous pouvez lui dire : "je comprends que tu aies envie d'essayer, mais attention à ce que ça ne devienne pas quelque chose de nécessaire pour toi." Soyez fermes sur le fait que le cannabis est illicite, et qu'il n'a pas sa place à la maison. Bien sûr, respectez vous-mêmes la règle pour que cela soit appliqué par vos adolescents...  

Relation parents-ados et prévention