Symptômes, cas contact à l'école : que faire ?

Chargement de votre vidéo
"Symptômes, cas contact à l'école : que faire ?"

Le protocole sanitaire à l'école prévoit de fermer une classe dès le premier cas de variant brésilien ou sud-africain. Que faire si mon enfant présente des symptômes à la maison ou à l'école, et s'il est considéré cas contact ? La procédure pour les écoliers, collégiens et lycéens.

Dans quel cas un élève est-il considéré cas contact à l'école ?

  • Si un enseignant est positif au Covid-19, dès lors qu'il porte un masque grand public de catégorie 1, les élèves de la classe ne sont alors pas considérés comme contacts à risque. "De même, l'apparition d'un cas confirmé parmi les élèves n'implique pas que les personnels soient identifiés comme contacts à risque" précise le ministère de l'Education.
  • En revanche, l'apparition d'un cas confirmé parmi les élèves implique que les autres élèves de la classe soient identifiés comme contacts à risque.
  • Si trois élèves d'une même classe (de fratries différentes) sont positifs au Covid-19, "une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque conformément aux prescriptions des autorités sanitaires"
  • A l'école élémentaire et dans le second degré : le port du masque "grand public" de catégorie 1 étant obligatoire, l'apparition d'un cas confirmé parmi les enseignants ou les élèves n'implique pas automatiquement de contacts à risque dans la classe. Toutefois, si trois élèves d'une même classe (de fratries différentes) sont positifs au Covid-19, le personnel pourra lui aussi être considéré contact à risque, après une étude approfondie.
  • Si un enfant est considéré cas contact d'une personne positive à l'un des variants du Covid, la classe devra désormais fermer. 
  • Une classe pourra également fermer dès qu'un élève sera considéré cas contact à risque d'un parent, d'un membre de la fratrie ou de toute personne vivant dans le même foyer que lui contaminé par une variante sud-africaine ou brésilienne. Tous les enfants et le
    personnel sont testés à J0. Si le test est négatif, il est recommandé, pour les enfants, de réduire les contacts et de rester à la maison autant que possible, de surveiller régulièrement la température et d'effectuer un test au moindre doute.

Symptômes de Covid à l'école : que faire ?

Mon enfant présente des symptômes à la maison

"Les parents d'élèves s'engagent à ne pas mettre leurs enfants à l'école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d'apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l'élève ou dans sa famille" précise le gouvernement. Les parents doivent donc prévenir le chef d'établissement, garder leur enfant à domicile, éviter les contacts, consulter un médecin qui décidera des mesures à prendre. "Si les symptômes persistent, le retour à l'école ne se fait que si les parents attestent par écrit avoir consulté un médecin et qu'un test n'a pas été prescrit. À défaut, le retour se fera 7 jours après la disparition des symptômes" précise le gouvernement.

►Mon enfant présente des symptômes à l'école

Si l'enfant est déjà à l'école, tout symptôme évocateur d'infection au Covid-19 (toux, éternuement, essoufflement, mal de gorge, fatigue, troubles digestifs, sensation de fièvre, etc.) doit conduire à un protocole spécifique, en attendant l'arrivée des parents :

  • isoler l'élève dans une pièce dédiée ou à l'infirmerie, sous la surveillance d'un adulte. L'élève dès 6 ans doit être masqué 
  • Respecter les gestes barrières, éviter les contacts, et consulter un médecin ou la plateforme covid-19, qui décidera des modalités de dépistage selon les cas. 
  • La pièce devra ensuite être nettoyée de façon approfondie.
  • Les parents devront ensuite consulter leur médecin traitant, l'enfant devra éviter les contacts et rester à la maison
  • Le retour à l'école se fait sur attestation des parents si un test n'a pas été prescrit, précisant qu'ils ont consulté un médecin. A défaut, le retour en classe aura lieu 7 jours après la disparition des symptômes.

►Mon enfant est identifié comme "cas contact à risque"

Les parents se doivent de prévenir le directeur de l'école et de la même manière que les cas précédents, devront garder leur enfant à la maison, éviter les contacts et consulter un médecin. Rappelons que dès l'apparition d'un cas confirmé parmi les élèves, les autres élèves de la classe sont désormais identifiés comme contacts à risque. 

  • A la maternelle : si votre enfant est considéré contact à risque, il pourra retourner à l'école après un délai 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé, s'il ne présente pas de symptôme évocateur du Covid-19 et sans obligation de test. Le retour à l'école se fait, à condition d'avoir strictement respecté les mesures barrières durant cette période d'isolement.
  • A l'école élémentaire, collège et lycée : le personnel et les élèves doivent rester à la maison jusqu'au résultat négatif d'un test RT-PCR ou antigénique réalisé 7 jours après le dernier contact avec le cas confirmé. Les parents doivent fournir une attestation sur l'honneur de la réalisation du test et de son résultat négatif. "En l'absence d'une telle attestation, l'éviction scolaire est maintenue jusqu'à sa production et pour une durée maximale de 14 jours" précise le ministère de l'Education nationale.

► Mon enfant est cas contact à risque d'un variant sud-africain ou brésilien

Selon le nouveau protocole sanitaire à l'école, une classe ferme désormais dès le premier cas d'un variant sud-africain ou brésilien puisque tous les élèves de la classe sont alors considérés contacts à risque. "Une étude approfondie des contacts déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque, mais l'apparition de l'une de ces variantes chez un personnel n'implique pas automatiquement la fermeture de la classe", précise le protocole sanitaire à l'école. Par conséquent, le personnel et les élèves concernés doivent réaliser un test PCR, à J0 (dès leur identification). En cas de test négatif, la période
de quarantaine est de 7 jours depuis le dernier contact à risque et un test RTPCR sera effectué à J7, à l'issue de cette période. 

►Mon enfant est identifié comme "cas confirmé"

  • Les parents doivent avertir le directeur d'école du résultat positif du test ou de la décision du médecin confirmant que l'enfant est atteint du covid-19.
  • L'enfant est placé en isolement : 7 jours pleins à partir du jour du prélèvement positif pour les cas asymptomatiques, ou 7 jours pleins à partir de la date de début des symptômes, avec absence de fièvre au 7ème jour pour les cas symptomatiques. En cas de fièvre au 7ème jour, l'isolement se poursuit jusqu'à 48h après la disparition des symptômes.
  • L'IA-DESEN est informé par le directeur d'école ou le chef d'établissement et l'agence régionale de santé est alors prévenue. Il élaborera ensuite une liste des personnes susceptibles d'avoir été en contact avec l'élève en question. En attendant la validation par l'ARS, ces personnes seront prévenue et devront rester à la maison.
  • Parents, frère(s) et sœur(s) devront, eux aussi, se soumettre à un test pour évaluer l'étendue et le risque des transmissions au sein du foyer. Le but ? Que le médecin détermine, en accord avec les parents, la stratégie d'isolement familial la mieux adaptée. Mais, en principe, l'ensemble du foyer doit rester confiné pour la même durée.
  • Cas confirmé d'un variant sud-africain ou brésilien. Pour les cas confirmés porteurs d'une de ces deux variantes, la durée d'isolement est portée à 10 jours et un test de sortie d'isolement doit être systématiquement réalisé. L'isolement est levé à l'obtention d'un résultat de test négatif (et en l'absence de fièvre depuis plus de 48h pour les personnes symptomatiques). Si le test est positif, l'isolement est prolongé de 7 jours après ce résultat. Un test à l'issue de cette deuxième période d'isolement (à J17) n'est alors pas nécessaire pour le retour à l'école.

Prise de température, au cas par cas ?

En cas de suspicion de symptômes, une prise de température frontale peut être effectuée à l'élève par un enseignant ou l'infirmière scolaire Néanmoins, le Conseil Scientifique ne juge pas la prise systématique de température des élèves nécessaire. Et ce, pour deux raisons : d'abord, ne pas avoir de fièvre ne signifie pas forcément qu'il n'y a pas d'infection. D'autre part, prendre la température de chaque enfant est difficile à réaliser quotidiennement, surtout en respectant les règles de distanciation sociale.

Ecole maternelle et primaire