Allergies alimentaires de l'enfant : école et cantine, comment gérer ?

La maîtresse du petit Jahden, âgé de 6 ans et décédé en 2018 après avoir mangé une crêpe alors qu'il était allergique aux produits laitiers, a été jugée pour "homicide involontaire". Pourtant un projet d'accueil individualisé (PAI) avait été mis en place à l'école. Explications et conseils.

Allergies alimentaires de l'enfant : école et cantine, comment gérer ?
© Claudio Valdes - 123RF

[Mise à jour du 16 septembre à 11h09]Jahden, âgé de 6 ans, est décédé en mars 2018 après avoir mangé une crêpe dans son école, qui organisait ce jour-là la fête du carnaval. Le petit garçon était en effet allergique aux produits laitiers et un projet d'accueil individualisé (PAI) avait pourtant été mis en place au sein de son établissement scolaire, l'école de Limas. Jahden avait fait un choc anaphylactique fatal au moment de rentrer de l'école avec sa maman. Deux ans et demi après son décès, sa maîtresse (au courant de son allergie) a été jugée ce 15 septembre 2020 pour homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saöne, près de Lyon. "Ce qui est reproché à la mise en cause, c'est d'avoir été au courant de l'allergie et de l'existence d'un PAI qui spécifiait la conduite à suivre en cas de symptômes, avec administration d'une piqûre et appel au Samu" précise à l'AFP le procureur de la République, Sylvain Cordesse. "Est-ce qu'elle était pleinement informée, éclairée ? C'est là-dessus que portera le débat et c'est sur quoi le tribunal devra se prononcer" ajoute le magistrat. Quant à la défense, elle estime que la PAI n'alertait pas assez sur les risques encourus par le petit garçon.

Les allergies alimentaires concerneraient 5 à 7 % des enfants âgés de moins de 15 ans et seraient trois fois plus fréquentes chez l'enfant que chez l'adulte d'après l'association Asthme et Allergies. Comment aider son enfant à vivre avec ses allergies ? Comment se passe le diagnostic ? Et quelle prise en charge peut être mise en place à l'école ? Conseils du Dr Nhân Pham-Thi, allergologue et immunologue clinique à Institut Pasteur. 

Mon enfant a des allergies alimentaires, que faire ?

Si votre enfant présente certains symptômes caractéristiques d'une allergie alimentaire, il est important de consulter un allergologue qui va réaliser des tests épicutanés pour tester les différents allergènes. Concrètement, il va appliquer les aliments un à un sur la peau de l'enfant pour reproduire les éventuelles réactions allergiques. Il peut également faire un dosage des anticorps dans le sang dirigés contre ces aliments pour confirmer l'identité d'allergènes détectés lors des tests cutanés. Ce dosage s'avère également utile lorsque les tests épicutanés sont impossibles à réaliser chez l'enfant.

Allergie alimentaire chez l'enfant : quels symptômes ?

On distingue les symptômes d'une allergie alimentaire immédiate - éruption cutanée, gonflement de la peau, œdème, poussée d'eczéma, urticaire, signes digestifs (nausées, vomissements, diarrhées...) qui apparaissent dans les deux heures suivant l'ingestion - d'une allergie alimentaire retardée (souvent appelée par abus de langage une intolérance alimentaire) : constipation, troubles de l'humeur, inconfort intestinal, reflux gastriques, augmentation de la rhinite ou de l'asthme... 

Pourquoi mon enfant fait-il des allergies alimentaires ?

Il existe des facteurs de risques aux allergies alimentaires : c'est ce qu'on appelle l'atopie, une prédisposition familiale qui se caractérise par un dérèglement du système immunitaire. "Les enfants dits "atopiques" ont une fragilité des barrières de la peau ou des muqueuses, et développent ainsi une hypersensibilité à certains allergènes (présents dans certains aliments) qui peut se manifester par de l'asthme, une rhinite, une conjonctivite allergique ou encore, une dermatite atopique", précise l'allergologue. Ils présenteraient une perméabilité et une porosité cutanée qui laisserait passer plus facilement les protéines dans leur organisme. "Très certainement, l'environnement (infections, pollution de l'air, stress...) de l'enfant va jouer un rôle dans cette perte de tolérance vis-à-vis des allergènes, mais cela n'a pas encore été mis en lumière par une étude", précise-t-il. Cette prédisposition génétique peut être déterminée en examinant les antécédents d'eczéma, de peau atopique, d'asthme, de rhinite et bien entendu d'allergies dans la famille. L'allergie alimentaire peut se révéler très tôt, pendant la phase de diversification alimentaire par exemple ou un peu plus tard, vers l'âge de 3,4 ou 5 ans. 

Allergie alimentaire à l'école : qu'est-ce que le PAI ? 

Le PAI permet de garantir à l'enfant des menus spécifiques sans certains allergènes.

"L'école peut mettre en place un Plan d'Accueil Individualisé (PAI) permettant d'adapter le cadre scolaire de l'enfant à ses allergies", explique le Dr Pham-Thi. Il s'agit d'un contrat - rédigé par le médecin scolaire, l'allergologue de l'enfant, ses parents, la direction de l'école, l'enseignant et parfois l'équipe de restauration - où sont mentionnées les conditions de l'accueil de l'enfant ainsi que les mises en garde spécifiques (les précautions à prendre, les signes d'alerte et le traitement à donner, les dispositions à prendre pour les sorties ou voyages scolaires). Ce document se fait généralement en tout début d'année, idéalement avant la rentrée scolaire.

Allergie alimentaire et cantine scolaire : des repas spécifiques

Comme pour les enfants diabétiques ou atteints d'une autre maladie chronique, le PAI permet, selon la gravité de l'allergie, de garantir des menus spécifiques sans certains allergènes ou de proposer aux parents de fournir un panier-repas. Par ailleurs, "le risque 0 d'une ingestion accidentelle n'existant pas, le PAI (voir un modèle de PAI) invite les parents à fournir une trousse de secours avec des médicaments en cas de réaction sévère. Elle est généralement composée d'un stylo injecteur d'adrénaline (en cas de malaise par exemple), d'un bronchodilatateur (si l'enfant fait de l'asthme), d'antihistaminiques ou de corticoïdes", ajoute-il.

Et chez le bébé ?

Traitements, conseils... Comment accompagner son enfant au quotidien ?

La prise en charge des maladies allergiques consiste à éviter l'ingestion des allergènes mis en évidence lors du diagnostic. "Au supermarché, regardez attentivement les étiquettes des produits et au restaurant, demandez la composition de chaque plat", conseille le spécialiste.

Parmi les allergies alimentaires les plus fréquentes chez l'enfant, on retrouve :

  • les allergies au lait de vache,
  • le lait de chèvre,
  • les fruits à coques (noix de cajou, cacahuètes, pistaches...)
  • ou les œufs de poule.
  • Cela peut également être certains poissons, les fruits de mer, certains fruits ou légumes, ou encore la moutarde.

Cette éviction peut être associée à la prise d'antihistaminiques. Ces médicaments soulagent, mais ne soignent pas l'allergie. Seule la désensibilisation (également appelée immunothérapie allergénique) permet de rendre un enfant tolérant à l'allergène responsable de l'allergie. Il s'agit d'un traitement curatif (vaccinal "par piqûres", mais le plus souvent par voie sublinguale : quelques gouttes sous la langue, puis avalées) qui consiste à administrer des extraits allergéniques (en doses croissantes) pendant une longue période (de 3 à 5 ans en moyenne). Enfin, l'allergie alimentaire dépend également de l'environnement de l'enfant, il est donc important d'éviter au maximum le tabagisme passif et d'éviter les espaces pollués (évitez les balades près des zones industrielles ou lors des pics de pollution). Ainsi, il est fortement déconseillé de fumer à l'intérieur de la maison ou proche de l'enfant. Veillez aussi à aérer quotidiennement votre intérieur pendant au moins une vingtaine de minutes. 

Initier un dialogue

Apprenez à votre enfant à dire clairement quels aliments il ne peut pas manger. De votre côté, vous pouvez en informer l'entourage de l'enfant (cela vous paraît peut-être évident, mais expliquez-leur que ce n'est absolument pas contagieux, mais que ça se déclare uniquement chez certaines personnes ayant un terrain génétique), par exemple ses camarades de classe, les parents d'amis (surtout s'ils organisent des goûters d'anniversaire chez eux) ou ses copains d'activités extrascolaires. Cela est une manière positive d'impliquer les autres enfants et d'éviter des incompréhensions de leur part. "D'autant plus que les enfants comprennent assez vite les spécificités des autres", soutient l'expert. L'enfant quant à lui se sentira plus rassuré aussi bien à l'école que chez ses copains. 

Prévenir l'équipe pédagogique

Le personnel éducatif doit également se montrer particulièrement vigilant lors de la Semaine du Goût, la kermesse de fin d'année, des fêtes d'anniversaire ou des voyages scolaires par exemple. Enfin, pour vous rassurer ainsi que les personnes encadrant l'enfant à l'école ou lors des activités extrascolaires, n'hésitez pas à glisser une petite fiche (voir ci-dessous) avec les informations essentielles, que l'enfant pourra glisser dans son sac ou son manteau. 

© Infographie Asthme et Allergies

Des livres pour répondre aux questions des petits allergiques

Les allergies alimentaires

Gabriel, le héros de ce livre, ne peut pas manger des cacahuètes car il y est allergique. Ce n'est donc pas tous jours facile ! Destiné aux enfants de 3 à 6 ans, ce petit livre répond à toutes les interrogations des enfants qui peuvent s'identifier au personnage et comprendre plus facilement ce qu'est une allergie, comment se soigner et comment vivre avec. Les allergies alimentaires de Delphine Huguet, aux Editions Milan. 

La cuisine joyeuse des enfants allergiques

La cuisine joyeuse des enfants allergiques © Carrément Jouvence

Ce livre ludique et coloré propose de nombreuses recettes que l'enfant allergique et ses parents pourront ensemble préparer. Des alternatives aux plats contenant du gluten, des oeufs, du lait ou encore des arachides pour faire rimer allergies alimentaires avec gourmandise. Enfin, un abécédaire ainsi que des conseils pratiques permettront d'aborder les questions d'organisation, sociales et psychologiques. La cuisine joyeuse des enfants allergiques de Patricia Barreau-Yu, aux Editions Carrément Jouvence.

Relation parents-ados et prévention