Covid-19 et allaitement : quelles recommandations ?

En cette période de Covid-19, de nombreuses questions se posent pour les jeunes mamans qui donnent le sein. Peut-on continuer à allaiter son bébé si on est infectée ? Quelles précautions prendre ? Le point avec le Dr Tiphaine Beillat, Gynécologue obstétricien.

Covid-19 et allaitement : quelles recommandations ?
© Sergey Novikov-123rf

Covid-19 et allaitement : quels risques de transmission ?

Pour l'heure, aucune étude n'a révélé des cas de transmission du SARS-CoV-2 par le lait maternel. Dans un communiqué du 30 mars 2020, le syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF) et le collège national des gynécologues obstétriciens de France (CNGOF) se voulaient déjà rassurants à ce sujet : "les données scientifiques dont nous disposons montrent qu'il n'y a pas de risque de transmission du virus in utero ni à la naissance et qu'il n'y a pas de passage du virus dans le lait. Le risque de transmission est à craindre après la naissance par les mains ou par la respiration". Des informations confirmées par l'Académie Nationale de Médecine dans un communiqué publié le 8 septembre dernier, afin de répondre aux questions que les jeunes mamans se posent à propos de l'allaitement. La société savante rappelle les bénéfices de l'allaitement maternel qui, au-delà de ses avantages nutritionnels et immunitaires pour le nouveau-né, est primordial pour la relation mère-enfant. De son côté, l'OMS recommande de poursuivre l'allaitement même si la jeune maman est positive au Covid-19 et ne porte pas de masque, rappelant que "l'allaitement réduit incontestablement la mortalité des nouveau-nés et des nourrissons et présente de nombreux avantages, qui perdurent toute la vie, pour la santé et le développement cérébral de l'enfant"

Covid-19 et allaitement : les anticorps protègent bébé 

Autrement dit, allaiter son bébé lorsque l'on est infectée par la Covid-19 n'est pas dangereux et les bénéfices du lait maternel ne sont pas amoindris, bien au contraire. "Si la mère a été infectée par le SARS-CoV-2 au troisième trimestre de grossesse et qu'elle est guérie au moment de l'accouchement, il n'y a pas de contre-indications à l'allaitement, indique le Dr Tiphaine Beillat, gynécologue-obstétricien, membre de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie médicale (FNCGM). C'est même recommandé car, comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les anticorps passent dans le lait maternel, protègent le bébé et boostent ses défenses immunitaires. Même si, pour le moment, nous n'avons pas de données fondées, ce sont des opinions d'experts, de pédiatres et d'obstétriciens", précise l'experte. 

Covid-19 positif et allaitement : que faire ?

Si la mère est atteinte de la Covid-19 au moment de l'allaitement, elle peut continuer à nourrir son bébé au sein, à condition de bien respecter les mesures barrières. "Selon les dernières recommandations de l'Académie Nationale de Médecine, l'allaitement doit être poursuivi, sous réserve que la jeune maman soit asymptomatique ou pauci-symptomatique, c'est-à-dire qu'elle n'ait pas beaucoup de symptômes, explique la gynécologue-obstétricienne. Elle doit, en revanche, à tout prix respecter les gestes barrières :

  • porter un masque chirurgical,
  • lavage des mains avant de prendre son bébé pour le mettre au sein,
  • nettoyage des mamelons,
  • désinfection des mains après chaque tétée  

Et si vous êtes trop malade pour pouvoir allaiter votre enfant, l'OMS vous invite à trouver du soutien pour que vous puissiez allaiter votre enfant en toute sécurité, soit en tirant votre lait, soit en ayant recours à celui d'une donneuse. "S'il vous est impossible d'exprimer votre lait ou d'utiliser le lait maternel d'une donneuse, envisager de recourir à une nourrice (une autre femme allaite l'enfant) ou à une préparation pour nourrissons, en prenant les mesures nécessaires pour garantir la faisabilité, la bonne préparation, la sécurité et la pérennité de cette solution", peut-on lire dans ses questions-réponses sur la Covid-19 et l'allaitement. 

Dans quels cas interrompre l'allaitement ?

L'Académie Nationale de Médecine encourage les jeunes mamans à ne jamais interrompre l'allaitement et ce, même si elles prennent du paracétamol. Selon la société savante, c'est d'ailleurs le seul médicament justifié chez une mère présentant une forme asymptomatique ou pauci-symptomatique (très peu de symptômes) de la Covid-19. "Pour une posologie conventionnelle, les concentrations ingérées par l'enfant sont d'environ 0,1% de la dose ingérée par la mère, ne présentent donc aucun danger et ne nécessitent pas d'interrompre l'allaitement", précise-t-elle dans un communiqué publié le 8 septembre 2020. L'enfant ne doit donc en aucun cas être séparé de sa mère. "Le seul traitement médicamenteux qui autorise la poursuite de l'allaitement est le paracétamol", insiste le Dr Tiphaine Beillat. 

Covid-19 et allaitement au travail : peut-on tirer son lait ?

En l'état actuel des choses, aucune recommandation n'a été formulée à ce sujet. Les règles concernant l'allaitement au travail restent donc les mêmes qu'en dehors de période épidémique. À savoir qu'une femme a le droit d'allaiter son bébé durant ses heures de travail à raison d'une heure par jour réparties en 30 minutes le matin et 30 minutes l'après-midi. Il semble cependant primordial de respecter des mesures strictes de protection vis-à-vis de son bébé en se lavant soigneusement les mains avant et après chaque tétée. 

Allaitement