Prime jeunes précarité : 200 euros versés dès ce 25 juin

A partir du 25 juin, la Caf verse 200 euros aux jeunes de moins de 25 ans qui ne sont pas étudiants et qui bénéficient d'une aide au logement. Et pour les étudiants ? On fait le point sur les aides qui concernent les jeunes.

Prime jeunes précarité : 200 euros versés dès ce 25 juin
© Rido-123rf

La prime jeunes précarité : pour qui ?

[Mise à jour du 25 juin à 10h43]. Une aide exceptionnelle d'un montant de 200 euros est versée aux jeunes de moins de 25 ans, par les Caisses d'allocations familiales, à partir du 25 juin. Au total, plus de 533 500 jeunes sont concernés par cette nouvelle aide de l'Etat à savoir : les jeunes qui ne sont pas étudiants et qui bénéficient d'une aide au logement en avril ou en mai. Pour ceux qui vivent en couple ou qui ont des enfants à charge, une seule prime sera versée par foyer. Pour en bénéficier, aucune démarche n'est à effectuer puisque le versement est automatique. Vérifiez néanmoins que vos coordonnées bancaires sont à jour sur le site de la Caf, rubrique "Mon compte".

Rappelons que pour les étudiants, une prime de 200 euros est également octroyée, sous certaines conditions, aux jeunes qui en font la demande. Elle est versée par l'Enseignement supérieur, conformément aux annonces du Premier ministre Edouard Philippe le 4 mai dernier. "En raison du confinement, les restaurants universitaires ont fermé. Beaucoup de jeunes ont perdu les emplois dont ils ont besoin pour se nourrir ou payer leur loyer", avait-il déclaré à l'Assemblée nationale. C'est pourquoi, une aide est octroyée aux étudiants qui en ont besoin. Le 13 avril dernier, Emmanuel Macron avait déjà affirmé que les étudiants qui en ont besoin, bénéficieraient d'aides de l'Etat. "Les étudiants les plus précaires, vivant parfois loin de leur famille, en particulier lorsque celles-ci viennent d'Outre-mer seront aussi aidés", avait annoncé le chef de l'Etat.

Aide aux étudiants : qui a pu en bénéficier ?

Rappelons qu'une aide de 200 euros a déjà été versée début juin "à 250 000 étudiants en difficultés financières, identifiés par leurs CROUS : les étudiants qui ont pu perdre leur emploi ou leur source de revenu du fait de la crise, les étudiants dans l'incapacité de rejoindre leur famille comme les étudiants ultramarins, etc", précise le gouvernement dans un communiqué du 25 juin. A noter que cette aide n'est pas cumulable avec le chômage partiel (qui concerne les apprentis/alternants) ou l'aide aux auto-entrepreneurs. Elle a notamment été octroyée : 

  • Aux étudiants en formation initiale,
  • Aux élèves boursiers ou non boursiers, sans condition de nationalité.
  • Elle concerne les étudiants ayant perdu un emploi/stage gratifié
  • Les étudiants ultramarins restés en métropole.

Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Les étudiants ayant perdu un emploi ou un stage doivent être inscrits dans une formation initiale d'enseignement supérieur, hors apprentis ou alternants. Par ailleurs, ils doivent pouvoir justifier d'une baisse de revenus suite à l'épidémie de Covid-19.

Quelles démarches en cas de perte d'un emploi ?

Ceux ayant perdu leur emploi doivent avoir travaillé à leur poste au moins 8 heures par semaine, durant au moins deux mois depuis le 1er janvier 2020. Il peut s'agir d'un ou de plusieurs contrats de travail, et les employeurs peuvent être différents. Néanmoins, le dernier contrat doit avoir été interrompu avant la date de fin. "Vous devrez par ailleurs attester sur l'honneur que vous faites face à de graves difficultés financières et ne bénéficiez pas de soutien, notamment familial. Si des circonstances particulières le justifient, le Crous en charge de l'instruction de la demande d'aide peut demander des pièces justificatives complémentaires", précise le gouvernement. En ce qui concerne les document à fournir, les étudiants doivent envoyer :

  • Une attestation de la perte d'emploi et du nombre d'heures travaillées initialement prévu, établie par l'employeur
  • Une copie du contrat de travail en cours (au plus tard au 16 mars 2020) et, si nécessaire, du contrat antérieur pour justifier d'une activité d'au moins deux mois depuis le 1er janvier
  • Une copie de la carte étudiante 2019/2020
  • Un relevé d'identité bancaire (RIB)

Dans le cas d'une annulation ou interruption de stage

Pour bénéficier de l'aide aux étudiants, le stage doit avoir été interrompu entre le 17 mars et le 1er juin 2020 et aurait dû se avoir lieu avant début juin. Cette aide sera par ailleurs octroyée si le stage (d'une durée d'au moins deux mois) aurait dû faire l'objet d'une gratification et qu'il était obligatoire dans le cursus de l'étudiant. Là aussi, les étudiants devront attester sur l'honneur les difficultés financières rencontrées depuis le début de l'épidémie et le caractère obligatoire de ce stage. Ils devront fournir : 

  • Une attestation de l'arrêt du stage ou de sa non réalisation, établie par l'employeur (organisme d'accueil)
  • Une copie de la convention de stage prévoyant un début d'activité au plus tard le 1er juin 2020
  • Une copie de la carte étudiante 2019/2020
  • Un relevé d'identité bancaire

L'aide aux étudiants ultramarins

Les élèves boursiers ou non boursiers peuvent en bénéficier. Les jeunes concernés sont ceux dont les parents résident dans un département d'Outre-Mer, une collectivité d'Outre-Mer ou en Nouvelle-Calédonie. Pour bénéficier de cette aide de 200 euros, ils doivent avoir suivi une formation en métropole lors du début de la crise sanitaire, et ne pas avoir pu rejoindre le lieu où vivent leurs parents au 1er mai 2020. Ils devront par ailleurs justifier être en situation d'isolement en métropole, fournir un justificatif de domicile des parents, une quittance du loyer à leur nom (versé en avril) une copie de la carte étudiante en cours, un extrait du livret de famille et un RIB.

Aide aux étudiants : comment faire la demande ?

Il est possible de se connecter sur le site idp.messervices.etudiant.gouv.fr avec son compte Parcoursup pour remplir le formulaire de demande d'aide aux étudiants.

Aides aux étudiants pendant le confinement

Les résidences universitaires gérées par les Centre régionaux d'œuvres universitaires (Crous) sont restées ouvertes pendant le confinement pour accueillir ceux qui n'ont pas pu rejoindre leur famille, a expliqué la ministre de l'Enseignement supérieur dans un communiqué. Pour ceux qui ont quitté leur logement pour le confinement, "le préavis contractuel d'un mois ne sera pas opposable en ces circonstances", "aucun loyer ne sera mis à leur charge pour le mois d'avril", et, une fois les mesures actuelles levées, ils auront la garantie de "bénéficier à nouveau d'un de ces logements" du Crous.

En outre, les dizaines de milliers d'étudiants employés dans leur résidence comme agent vacataire temporaire sont également assurés de conserver leur travail, et leur emploi sera maintenu "dans la mesure du possible, pendant toute la période de confinement".

L'aide à l'embauche des apprentis, fortement augmentée

Le 4 juin, Muriel Pénicaud a annoncé que les entreprises qui feront appel à un apprenti entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 recevront une aide de 8 000 euros si l'employé est majeur et de 5 000 euros s'il est mineur. L'entourage de la ministre du Travail a aussi indiqué que cette aide concernera toutes les entreprises, alors qu'elle n'était réservée auparavant qu'aux entreprises de moins de 250 salariés. "Les entreprises de plus de 250 salariés pourront accéder à l'aide à condition de satisfaire à l'obligation légale de compter 5% d'alternants parmi leurs effectifs salariés", a cependant précisé Muriel Pénicaud à l'issue de la réunion avec les partenaires sociaux organisée à l'Elysée. Les exigences concernant le diplôme des apprentis ont aussi été élargies : désormais ce ne sont plus seulement les jeunes avec un niveau inférieur ou égal au baccalauréat qui pourront faire bénéficier leur entreprise de cette aide, mais aussi les étudiants jusqu'au niveau de la licence professionnelle. 

Guide allocations et droits