Aide exceptionnelle de solidarité : dès vendredi 27 novembre, à qui ?

Chargement de votre vidéo
"Aide exceptionnelle de solidarité : dès vendredi 27 novembre, à qui ?"

[AIDE EXCEPTIONNELLE]. Emmanuel Macron l'a rappelé ce mardi : l'allocation de solidarité sera versée en fin de semaine à 4 millions de familles et 1,3 million de jeunes. Montants, conditions pour en bénéficier... On fait le point sur cette aide de la Caf.

Aide exceptionnelle : quand sera-t-elle versée en novembre ?

[Mise à jour du 25 novembre à 9h45]. Emmanuel Macron a confirmé ce mardi que le versement de l'aide exceptionnelle de solidarité aurait lieu "en fin de semaine". En réalité, la Caf, les caisses de la mutualité agricole ou Pôle Emploi verseront cette prime ce vendredi 27 novembre. "De nouvelles aides sociales ont été décidées : 150 euros seront versés en fin de semaine aux bénéficiaires du RSA et de l'allocation de solidarité spécifique (ASS), avec 100 euros supplémentaires par enfants, aux étudiants boursiers et aux jeunes de moins de 25 ans touchant les APL. Au total, 4 millions de familles et 1,3 millions de jeunes seront aidés" a confirmé le président de la République. Qui pourra bénéficier de cette aide de la Caf destinée à soutenir les foyers les plus démunis face aux difficultés financières liées à la crise ? Montants en fonction de votre situation ou du nombre d'enfants, conditions... On vous dit tout sur l'aide exceptionnelle de solidarité.

Le versement de l'aide exceptionnelle est automatique

Le versement de cette aide exceptionnelle sera automatique et versé en une seule fois, dès lors que vous bénéficiez de l'APL, de l'ASS ou du RSA... aux mois de septembre ou octobre 2020. Aucune démarche n'est donc nécessaire pour l'obtenir. Elle sera versée par les caisses d'allocations familiales, les caisses de la mutualité agricole ou Pôle Emploi et s'ajoutera aux aides sociales versées mensuellement toute au long de l'année. Vérifiez néanmoins que vos coordonnées bancaires sont bien à jour. A noter qu'une seule aide sera versée par foyer. Enfin, rappelons également que le prime de Noël devrait être versée le mois suivant, généralement deux semaines avant Noël.

APL, ASS, RSA, RSO... Qui touche l'aide exceptionnelle de la Caf ?

Cette prime de la Caf, qui avait déjà été versée au printemps lors du premier confinement, concerne aussi les jeunes de moins de 25 ans qui touchent les APL ainsi que les élèves boursiers avait précisé le gouvernement. "150 euros seront versés aux 400 000 jeunes qui touchent les APL et aux étudiants boursiers", avait déclaré le Premier ministre Jean Castex ce 17 octobre. "Nous avons pleinement conscience que lorsque survient une crise économique, elle touche d'abord et de plein fouet les personnes précaires et les jeunes". Voici les personnes concernées par cette aide exceptionnelle de solidarité : 

  • Les personnes qui touchent le revenu de solidarité active (RSA) ou l'allocation de solidarité spécifique (ASS) peuvent bénéficier de cette aide exceptionnelle de 150 euros et de 100 euros supplémentaires par enfant à charge.
  • Les parents qui ne touchent pas l'ASS ou le RSA, mais perçoivent les aides aux logements (APL) percevront 100 euros par enfant.
  • Les jeunes de moins de 25 ans qui touchent les APL percevront 150 euros (étudiants salariés ou non étudiants)
  • Les personnes bénéficiant de l'allocation équivalent retraite (AER)
  • La prime forfaitaire pour la reprise d'activité
  • Le revenu de solidarité (RSO)
  • Pour que les parents puissent en bénéficier, les enfants à charge doivent être âgés de moins de 20 ans. 
  • Cette aide exceptionnelle est destinée aux allocataires, partout en France (métropole et outre-mer), même si leur lieu de résidence n'est pas concerné par le couvre-feu.
  • Si vous vivez en couple, une seule aide sera versée par foyer.

Aide exceptionnelle de la Caf : quel montant selon ma situation ?

Les familles qui bénéficient du RSA ou de l'ASS toucheront 150 euros, un montant majoré de 100 euros par enfant. Ceux qui perçoivent les APL auront droit à 100 euros par enfant.

Montant de l'aide exceptionnelle pour les bénéficiaires des APL

Si vous percevez les aides personnelles au logement, mais que vous ne bénéficiez pas du RSA ou de l'ASS, vous pourrez alors toucher une aide de 100 euros par enfant, à condition qu'il soit âgé de moins de 20 ans. Les jeunes de moins de 25 ans (apprentis, étudiants salariés ou non étudiants) touchant les APL pourront percevoir une aide de 150 euros. Voici les montants :

Nombre d'enfants

APL

Jeunes de moins de 25 ans 150 euros

1 enfant

100 euros
2 enfants

200 euros

3 enfants 300 euros
4 enfants 400 euros
Par enfant supplémentaire 100 euros

Montant de l'aide exceptionnelle pour les bénéficiaires du RSA et de l'ASS

Les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l'allocation de solidarité spécifique (ASS), de la prime forfaitaire pour reprise d'activité, de l'allocation équivalent retraite (AER) ou du revenu de solidarité (RSO) recevront 150 euros avec 100 euros supplémentaires par enfant à charge de moins de 20 ans. 

Nombre d'enfants

RSA ou ASS
Personne seule ou en couple 150 euros

1 enfant

Foyer avec un enfant :

250 euros

2 enfants 350 euros
3 enfants 450 euros
4 enfants 550 euros
Par enfant supplémentaire 100 euros

Une autre aide exceptionnelle, pour les travailleurs indépendants

La Commission des affaires sociales du Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants (CPSTI, ex-RSI) propose une aide exceptionnelle de 500 à 1000 euros pour les commerçants et artisans indépendants, ainsi que les micro-entrepreneurs n'ayant plus d'activité professionnelle en raison de la crise sanitaire. Les bénéficiaires doivent être affiliés, avant le 1er janvier 2020, au régime et avoir une cessation totale d'activité depuis le 2 novembre dernier. Les autoentrepreneurs éligibles sont ceux qui ont réalisé au moins 1000 euros de CA en 2019. A noter que les commerçants qui proposent le click&collect sont également éligibles. Les dossiers doivent être déposés avant le 1er décembre.

Aide exceptionnelle : quel budget ?

Rappelons qu'en mai dernier, lors du déconfinement, 3 630 000 de foyers avaient bénéficié de l'aide exceptionnelle de solidarité versée par les Caisses d'allocations familiales. Cela concernait 5 070 000 enfants pour un montant de 821 millions d'euros. En moyenne, les familles avaient touché 226 euros par foyer. Cette fois, 4,1 millions de foyers devraient être concernés. Cela représente 5 millions d'enfants, pour un budget total de 900 millions d'euros.

De nouvelles mesures contre la précarité

Ce 24 octobre, Jean Castex avait annoncé la mise en place de mesures destinées au plus précaires, premières victimes de la crise sanitaire actuelle, et qui concernent l'insertion par l'emploi et l'accès au logement. Elles viennent en complément de l'aide exceptionnelle de solidarité. Parmi ces mesures figurent notamment la création de 30 000 offres d'emploi, dans le secteur de l'insertion par l'activité économique (IAE). L'IAE permet aux personnes qui ont le plus de mal à trouver un emploi de bénéficier d'un accompagnement renforcé facilitant leur insertion professionnelle. Le Premier Ministre a, aussi, annoncé que 120 millions d'euros seront débloqués pour doubler les "parcours emplois compétences" dans les quartiers de la politique de la ville. Des "plateformes mobilité" seront également développées et permettront aux chômeurs de louer ou d'acheter un véhicule à moindre coût afin de se rendre sur leur lieu de travail. Dans le domaine du logement, Jean Castex a annoncé le renforcement de l'accès au logement et à l'hébergement d'urgence. L'aide aux impayés de loyers et au paiement des dépenses de logement mise en place en juin par Action Logement va être prolongé avec un assouplissement des critères d'octroi de l'aide pour les plus précaires.  "Cette aide sera accessible 6 mois pour les demandeurs d'emploi ou les ménages dont le loyer représente un tiers du revenu", a indiqué le Premier Ministre. Enfin, 1 600 places d'hébergement et d'accompagnement social seront financées pour des femmes SDF quittant la maternité avec leur bébé.

Guide allocations et droits