Préparation à l'accouchement : comment ça se passe ?

Quand commencer les cours de préparation à l'accouchement ? De quoi va-t-on parler ? Haptonomie, séance classique, yoga ou sophrologie... Quelle méthode choisir ? Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur la préparation à l'accouchement.

Préparation à l'accouchement : comment ça se passe ?
©  Cathy Yeulet-123rf

Les cours de préparation à l'accouchement sont recommandés à toutes les futures mamans, qu'il s'agisse ou non d'une première grossesse. En moyenne, les femmes suivent 7 cours de préparation à l'accouchement en plus de l'entretien prénatal précoce qui est proposé en début de grossesse. Comment se déroulent les cours de préparation à l'accouchement ? Quelle est la prise en charge ? Quelle place tiennent les futurs papas ? On vous guide.

Préparation à l'accouchement : quand commencer ? 

Il est généralement conseillé de s'inscrire assez tôt après le début de la grossesse pour obtenir une place au cours de votre choix. Certaines maternités ont beaucoup de femmes qui souhaitent y assister et, pour préparer les groupes, elles doivent prévoir en avance leurs effectifs. Pas question d'attendre le huitième mois de grossesse pour s'y intéresser. D'autant que les cours de préparation à l'accouchement ne traitent pas que de l'accouchement. "Ce sont des cours sur toute la grossesse et même l'après, explique Marie Kissner, sage-femme à l'hôpital de Morlaix. On y parle aussi bien des maux de la grossesse que de la péridurale et évidemment aussi de l'accouchement." Tout commence par un entretien individuel précoce qui a généralement lieu au 4e mois de grossesse. La future maman rencontre une sage-femme qui dispense des cours de préparation à l'accouchement. Lors de cet entretien, la maman pourra parler librement de sa grossesse, de sa vie de couple, de son travail mais aussi de ses craintes et de ses attentes avec ces cours de préparation. Les cours en groupe peuvent ensuite commencer.  "Le plus souvent, elles commencent les cours au début de leur congé maternité, vers 7 mois et demi de grossesse. L'heure des cours n'est pas forcément compatible avec leur travail", explique Marie Kissner. A noter que certaines conventions collectives permettent aux femmes d'y assister avant le congé maternité sur simple justificatif.

Les cours de préparation à l'accouchement remboursés

La sécurité sociale prend en charge à 100 % les frais de 8 séances de préparation à l'accouchement classiques pour toutes les femmes. Il est parfois possible de suivre un cours après l'accouchement, pour avoir des conseils pour s'occuper de son bébé. Rappelons que la première séance correspond à l'entretien prénatal précoce proposé aux femmes en début de grossesse.

Préparation à l'accouchement : quels sont les thèmes abordés ? 

Chaque maternité est libre de proposer son propre programme. Néanmoins, vous aborderez les questions suivantes, liées au déroulement de votre grossesse et de votre accouchement. 

  • Thème du 1er cours : la grossesse. Le développement du bébé et les modifications corporelles, l'hygiène pendant la grossesse, les petits maux de la grossesse, le suivi médical, les symptômes de grossesse et les motifs nécessitant une consultation, comment reconnaître une contraction, etc.
  • Thème du 2e cours : les questions pratiques. Le contenu de la valise pour la maternité, les papiers administratifs à préparer, les examens, les autres formalités, etc.
  • Thème du 3e cours : le travail. Les signes du début de travail, la surveillance du travail, la péridurale, le déclenchement de l'accouchement, l'expulsion, etc.
  • Thème du 4e cours : la césarienne. Les indications, la césarienne programmée, les différentes anesthésies, etc.
  • Thème du 5e cours : la délivrance et la surveillance après l'accouchement.
  • Thème du 6e cours : l'accueil du nouveau né.
  • Thème du 7e cours : le séjour pour la maman, pour le bébé et l'allaitement.
  • Thème du 8e cours : le retour à la maison.

Comment se déroule un cours de préparation à l'accouchement ?

A moins de choisir une sage-femme libérale qui pratique parfois des séances individuelles, les cours de préparation à l'accouchement ont lieu le plus souvent en groupe. "Au début, les femmes sont un peu timides, explique Marie Kissner, mais rapidement elles se sentent à l'aise, discutent et posent presque toutes des questions." Vous pensez que les cours ne consistent qu'à imiter la respiration du petit chien pendant une heure ? Eh bien vous vous trompez. Généralement, le cours se divise en une partie théorique et une partie pratique. "La première consiste à expliquer tous les événements qui peuvent se passer au cours de la fin de la grossesse. Les cours suivent le déroulement de la grossesse, par exemple les petits maux de la grossesse ou la péridurale", explique Marie Kissner, sage-femme. La seconde partie du cours est réservée aux exercices. "Nous pouvons utiliser des tapis, des ballons ou des coussins pour expliquer aux futures mamans comment soulager les douleurs au dos, par exemple, pendant la grossesse. Mais on ne leur apprend pas la respiration du petit chien, c'est uniquement dans les films ! Par contre, explique Marie Kissner, on leur explique comment respirer par le ventre, comment pousser, etc. pour être prêtes le jour J." 

Visite de la salle d'accouchement

Afin d'éviter les surprises le jour J, les cours abordent le déroulement de l'accouchement. Le plus souvent d'ailleurs, les futures mamans peuvent ainsi visiter les salles de travail et rencontrer les équipes de soignants.

Quelle préparation à l'accouchement choisir ? 

La préparation classique à l'accouchement

Appelée préparation à l'accouchement sans douleur ou psychoprophylaxie obstétricale, c'est la technique la plus connue. Elle apprend à la maman tout ce qu'elle doit savoir pour gérer au mieux son accouchement puisqu'elle sait à quoi s'attendre. Les femmes y apprennent des gestes, des positions, afin de faciliter le travail et de gérer la douleur des contractions. Vous apprendrez par exemple qu'inspirer et expirer profondément contribue à développer la sangle abdominale et, le jour de l'accouchement, à mieux oxygéner les fibres musculaires utérines. Ce qui permet, là encore, d'atténuer toutes les sensations douloureuses et d'accélérer la progression de bébé. Sans compter qu'en "fixant" votre attention sur votre souffle, vous la détournez de la souffrance ressentie. Certaines positions (sur le côté, accroupie, dos au mur) favorisent aussi le travail. Des massages dans le bas du dos (pratiqués par votre conjoint) peuvent vous aider à passer le cap plus aisément.

L'aquagym

Les femmes enceintes apprécient cette méthode car, dans l'eau, elles se sentent plus légères. L'apesanteur est donc un avantage pour ces futures mamans, qui peuvent alors effectuer les exercices avec plus de souplesse et surtout sans craindre une chute douloureuse. Parallèlement, l'immersion favorise la détente et la relaxation. Pendant ce moment d'intimité avec bébé, la maman se prépare sereinement à la naissance. La préparation en piscine peut débuter au cinquième mois jusqu'à la naissance. Chacune doit y participer à son rythme. Néanmoins, ce type de préparation à l'accouchement n'est pas remboursé par la sécurité sociale. Les futures mamans réalisent de nombreux exercices musculaires et respiratoires destinés à soulager les douleurs, dissiper la fatigue et se détendre. C'est-à-dire : tonifier les muscles abdominaux et dorsaux, assouplir le périnée, s'étirer, simuler la poussée, travailler l'ouverture du bassin, le souffle, apprendre à se relaxer et à s'adapter à l'effort. La pression de l'eau constitue aussi un massage des plus agréables pour les jambes lourdes, d'autant qu'elle favorise la circulation sanguine. C'est aussi un bon moyen de continuer une activité physique douce et sans danger durant la grossesse.

L'haptonomie

L'haptonomie ou "science de l'affectivité" a pour but d'aider les parents à se lier à leur enfant à naître et de communiquer avec lui. Par le contact du ventre, les parents communiquent avec leur enfant. Le père est très investi dans cette technique, notamment pour avoir une place de soutien lors de l'accouchement. Vérifiez auprès de votre maternité pour savoir si elle propose cette pratique, qui se déroule en intimité, avec une sage-femme. Massages, caresses, pressions parviennent à modifier le tonus musculaire de la future maman et contribuent au relâchement de tous ses muscles, y compris ceux du périnée et de l'utérus. Le jour de l'accouchement, la maman comprend et ressent son bébé, ce qui lui permet d'accompagner la naissance et non d'"expulser".

La sophrologie

Cette méthode est basée sur la prise de conscience de son corps dans le but de mieux se connaître et donc d'apprendre à mieux réagir face aux imprévus de la vie. Pour la femme enceinte, cette technique peut l'aider à appréhender les changements physiques et psychologiques liés à la grossesse, mais aussi diminuer le stress et les douleurs. Des exercices de relaxation et de suggestion provoquent un état de conscience proche du sommeil et de la rêverie, qui aide à apprivoiser les sensations à venir. Ces nouvelles dispositions psychologiques permettent alors de maîtriser son accouchement et surtout de ne pas en devenir une simple spectatrice. Vous pouvez débuter dès le dernier trimestre de la grossesse. Les huit séances ont lieu soit en groupe soit individuellement et sont menées par une sage-femme. Chaque participante réalise les exercices les yeux fermés en position assise ou debout.  A noter huit séances sont remboursées à 100 % par la sécurité sociale et ce à partir du 7ème mois de grossesse. Avant cette date, seulement 70 % des frais sont pris en charge (sachant que les prix se situent aux alentours de 15 euros).

Le yoga prénatal

Depuis plus de 2 000 ans, le yoga est devenu une philosophie de vie. Parvenir à être zen et en harmonie avec son corps et son esprit sont les objectifs de cette méthode. Une méthode qui peut donc totalement convenir pour éviter les petits maux de la grossesse qui ont parfois une origine psychologique (mal de dos, insomnie, jambes lourdes, nausées). L'idéal : commencer dès le début de la grossesse. Vous pourrez continuer sans problème jusqu'au terme. Les séances durent environ une heure. A vous de trouver un rythme adapté à vos besoins. Les séances de yoga prénatal ont lieu en maternité si l'établissement propose une préparation qui s'appuie sur les principes du yoga ou au sein de cours privées. Avec une sage-femme, huit séances vous sont remboursées à 100 % tandis qu'avec un professeur de yoga, il faudra mettre la main au portefeuille. Pour plus de précisions, renseignez-vous auprès de votre maternité.

La méthode Bonapace

Cette méthode canadienne a pour objectif de diminuer l'intensité des douleurs au cours de l'accouchement grâce à l'intervention du futur papa. La méthode Bonapace peut se pratiquer dès le sixième mois de grossesse et associe des pressions des doigts et la relaxation. Le futur papa pose ses doigts, sans utiliser d'aiguilles, sur les points d'acupuncture, situés au niveau des pieds, des mains, du dos. Il peut ainsi, selon cette méthode, soulager la maman en effectuant de petites pressions sur différentes parties de son corps. 

Autres méthodes : Tai-chi, Shiatsu, autohypnose, fasciathérapie, méthode Pilate, chant prénatal. 

Si on ne peut assister au cours, quelles conséquences ?

Lorsque le bébé naît prématurément ou que la maman n'a pas eu le temps ou l'envie de suivre les cours, comment ça se passe ? Rassurez-vous, ce n'est pas grave : "Même si les femmes visitent les locaux et rencontrent les équipes, ces cours sont avant tout théoriques, ce ne sera jamais comme la réalité. D'ailleurs, même celles qui ont déjà accouché une première fois, elles ne peuvent pas savoir comment va se dérouleur leur deuxième accouchement !" Car si les cours de préparation sont utiles pour répondre aux questions ou rassurer les futures mamans, ça ne signifie pas qu'ils sont indispensables ! "Ce n'est pas grave en soi de ne pas y avoir assisté, le principal est que la femme sache repérer les contractions et vienne à la maternité. Les cours servent notamment à apprendre à gérer son stress et les douleurs. Mais de toute façon, certaines femmes qui ont suivi les cours viennent à la maternité tellement stressées qu'elles n'arrivent plus à se souvenir de ce qu'elles ont appris en cours !" Pas d'inquiétude donc. Les sages-femmes vont tout vous expliquer que vous ayez suivi ou non les cours. "Expliquer aux femmes le déroulement des événements les rassurent le jour J, mais en plus c'est une partie de notre métier de le faire et de les aider dans ces moments", ajoute Marie Kissner.

La place des futurs papas

Les futurs papas vivent la grossesse différemment, mais ils ne sont pas moins curieux de comprendre ce qu'il se passe. D'ailleurs, les futurs pères aussi sont invités à participer aux cours. "Cependant, comme les cours ont le plus souvent lieu en pleine journée, peu de futurs papas peuvent s'y rendre." Certaines maternités proposent dans leur programme un cours pour les couples ou spécifiquement dédiés aux futurs papas. "Il y a aussi des cours spécialement réservés aux hommes : les futurs papas peuvent ainsi poser leurs questions, les sages-femmes peuvent leur expliquer quand il faut se rendre à la maternité, comment rassurer la maman, etc. Les hommes ont souvent des questions très pratiques." Ces cours permettent aussi aux futurs papas de se rassurer avant le jour de l'accouchement. Les hommes peuvent voir les différents instruments qui seront utilisés pendant l'accouchement, mais aussi poser des questions sur leurs inquiétudes, ce qu'ils ne font pas forcément en présence de la future maman. Dans les hôpitaux publics, ces cours sont gratuits, renseignez-vous auprès de votre maternité pour en savoir plus.

A quoi ça sert si je dois avoir une césarienne ?

Votre médecin vous l'a dit : vous allez accoucher par césarienne. Du coup, vous vous demandez si vous devez suivre les cours de préparation à l'accouchement. La réponse est oui. "La première raison est que lors de ces cours, on n'apprend pas uniquement comment accoucher par voie basse ! Toutes les formes d'accouchement sont abordées. Deuxième raison : les cours permettent d'apprendre à repérer les contractions. Et même si l'on doit avoir une césarienne, on a des contractions ! Troisième raison : dans certains cas, lorsque les femmes arrivent à la maternité et même quand une césarienne était initialement prévue, si le travail est déjà avancé, ces femmes peuvent parfois devoir accoucher par voie basse", explique la sage-femme. Les cours de préparation à l'accouchement permettent donc aux femmes de connaître toutes les situations qui peuvent se présenter. Ainsi, même si un imprévu vient perturber le déroulement prévu (la césarienne), la femme aura les notions pour le gérer. En plus, les sages-femmes connaissent les césariennes, elles peuvent donc aussi répondre aux questions et inquiétudes des futures mamans sur le sujet. Un autre atout de ces cours est l'échange entre les futures mamans. Car ces cours sont aussi pour celles qui ont déjà accouché. Vous pouvez donc rencontrer des femmes qui ont eu une césarienne et qui pourront vous rassurer, par exemple. La césarienne n'est donc pas un bon motif d'absence aux cours.

Les cours de préparation à l'accouchement sont-ils utiles pour une deuxième grossesse ?

Lorsqu'on a déjà accouché, la question de suivre ou non la préparation à l'accouchement lors de la grossesse suivante peut se poser. Pour Marie Kissner, sage-femme, la réponse est nuancée : "Tout dépend de la femme. Parfois elle vient car elle souhaite des réponses à ses questions pendant sa nouvelle grossesse. Car toutes les grossesses ne se déroulent pas de la même façon ! D'autres femmes y reviennent pour partager leur première expérience avec les futures mamans." La sécurité sociale permet à chaque grossesse de suivre ces cours, pas de différence entre les futures mamans. Comme ces cours ne sont pas obligatoires, c'est à la femme de faire la démarche ou non de s'y inscrire et de s'y rendre. "Beaucoup de femmes reviennent aussi pour la partie relaxation des cours qui est très importante pendant la grossesse." Les femmes enceintes apprécient ces moments de détente qui leur permettent de souffler pendant quelques minutes et d'apprendre des techniques de relaxation.

*Propos recueillis en 2011.

Préparation à l'accouchement : comment ça se passe ?
Préparation à l'accouchement : comment ça se passe ?

Sommaire Quand commencer ? Quel remboursement ? Quels sont les thèmes abordés ? Comment se déroule un cours ? Visite de la salle d'accouchement Quelle préparation choisir ? Absente au cours, est-ce grave ? Le futur papa ...

Autour du même sujet