Cordon ombilical : les conseils d'une sage-femme

Que se passe-t-il lorsque l'on coupe le cordon à la naissance ? Et s'il s'enroule autour du cou de bébé ? Comment fonctionne le don de sang de cordon ?... Faustine André, sage-femme, répond à toutes vos questions.

Cordon ombilical : les conseils d'une sage-femme
© Александр Ермолаев - 123rf

Le cordon ombilical est un lien unique entre la mère et son enfant. Pendant la grossesse, il permet d'apporter les nutriments et l'oxygène dont le fœtus a besoin pour bien se développer. A la naissance, le cordon ombilical peut parfois s'enrouler autour du cou, mais rassurez-vous, les professionnels de santé ont l'habitude ! Quant aux pères, ils sont invités à le couper, juste après l'accouchement. Ce qu'il faut savoir sur le cordon ombilical.

Le rôle du cordon ombilical

Relié du placenta de la mère au niveau du nombril du bébé, le cordon ombilical apporte tous les nutriments essentiels au fœtus pour vivre, ainsi que l'oxygénation qui passe par le sang du cordon. Le cordon ombilical contient une veine et deux artères, explique Faustine André, sage-femme. C'est par la veine que le fœtus reçoit les nutriments et l'oxygène dont il a besoin pour se développer et vivre pendant la grossesse. Les artères permettent alors de rejeter les déchets. En somme, c'est le contraire de ce qu'il se passe chez sa maman.

Couper le cordon ombilical

Le cordon ombilical représente le lien qui unit l'enfant à sa mère, d'où l'expression "couper le cordon", généralement utilisée pour les adultes qui ont du mal à se détacher de leur mère et inversement. Mais concrètement, que se passe-t-il au moment où le père ou la sage-femme coupe le cordon ombilical ? Le cordon ombilical est rapidement coupé à la naissance. En effet, alors qu'il permettait au fœtus de vivre in utero en le nourrissant et en lui apportant l'oxygène dont il avait besoin, le cordon ombilical ne sert plus à rien à la naissance. Lorsque l'enfant naît, celui-ci déploie ses poumons avec la première respiration et crée alors une respiration définitive, tandis que les nutriments seront apportés par l'allaitement.  

Comment couper le cordon ombilical ? On coupe le cordon à l'aide d'une pince appelée clamp de barr. Une fois clipsée, cette pince reste accrochée au cordon. Elle se retirera ensuite lorsque le cordon sera desséché au bout de quelques jours (environ 2 à 3 jours). "Il faut savoir également que lorsqu'il se dessèche, le cordon ombilical se rétracte. Il est donc conseillé de ne pas le couper trop à ras, mais environ à 2-3 cm du nombril", précise la sage-femme.

Le cordon autour du cou

Le cordon ombilical entouré autour du cou du bébé inquiète de nombreux parents avant la naissance. Ces derniers craignent en effet qu'il ne s'étrangle lors de l'accouchement, mais les accidents sont rares. "Pourtant, le cordon autour du cou est très fréquent et certaines mamans accouchent sans même savoir que leur enfant avait ce que l'on appelle une circulaire", confie Faustine André. La sage-femme explique en effet que lorsqu'ils sont petits, les bébés jouent avec le cordon ombilical in utero, et il arrive qu'ils s'enroulent avec. Il n'y a rien de grave si le cordon n'est pas serré (on parle alors de "circulaire lâche"). Il arrive néanmoins qu'en sortant à la naissance, le cordon se resserre. Dans ce cas, c'est la sage-femme qui coupera le cordon ombilical au moment où le bébé sortira sa tête. Il peut aussi arriver que le cordon s'enroule ailleurs, au niveau de la jambe ou de l'épaule par exemple. Dans un cas comme celui-ci, la sage-femme peut tout simplement l'enlever à la naissance.

Quels sont les risques ? Le vrai risque serait ce qu'on appelle le nœud du cordon : un cas plutôt rare, mais grave puisqu'il peut tirer et interrompre la circulation entre la mère et l'enfant. Autre risque rare, mais qui nécessiterait une césarienne : la procidence du cordon. Il s'agit d'une situation où le cordon ombilical passerait devant la tête du bébé. Il est alors impossible pour lui de naître par voie naturelle puisque sa tête appuierait sur le cordon et donc sur la circulation sanguine qui le maintient en vie. Dans tous les cas, le monitoring permet au personnel médical de vérifier s'il y a une souffrance fœtale et si le rythme cardiaque du bébé est correct. "Ainsi, en fonction des résultats du monitoring et en cas de besoin, une césarienne peut être pratiquée, et on découvre parfois qu'il y avait un nœud, mais a posteriori", explique la sage-femme.

Le don de sang de cordon

Le sang de cordon est un don précieux mais les maternités françaises ne sont pas toutes agrémentées pour effectuer les prélèvements. En France, il existe 30 maternités collectrices, qui possèdent l'agrément pour effectuer des prélèvements de sang de cordon et les stocker ensuite dans l'une des six banques publiques françaises. 

Pourquoi faire don du sang du cordon ombilical ? Le sang placentaire contient des cellules souches qui siègent habituellement dans la moelle osseuse et produisent, toute la vie, les cellules sanguines. Très précieuses, elles permettent de reconstituer le système sanguin et d'aider de nombreux malades atteints de maladies malignes du sang, de déficits immunitaires, ou de maladies génétiques rares... "Il peut donc s'agir d'un don anonyme et gratuit ou dans certains cas, pour une personne de la fraterie", explique Faustine André qui donne pour exemple le cas d'un enfant à naître, compatible avec son grand frère malade.

Comment faire don du sang de cordon ? Plusieurs conditions doivent être remplies pour pouvoir prélever du sang de cordon ombilical à la naissance. Ni l'enfant à naître, ni la mère ne doivent présenter de risque d'infection. Il ne doit pas y avoir de souffrance fœtale ou d'anomalie cardiaque du bébé à la naissance. Le nouveau-né ne doit pas présenter de fièvre, ni de liquide méconial (selles). De plus, il ne doit pas y avoir de rupture de la poche des eaux dans les 24 h. Quant à la mère, elle doit être âgée de plus de 18 ans et n'avoir aucune pathologie génétique.

Comment se déroule le prélèvement ? Le sang de cordon ombilical est prélevé dans les minutes qui suivent l'accouchement, au moment où l'on coupe le cordon et que le placenta se trouve encore dans l'utérus. Le prélèvement est réalisé par une sage-femme spécialement formée. Celle-ci remplit une poche fournie par l'Etablissement Français du Sang (EFS), de manière suffisante afin de permettre ensuite les analyses de sang. Il doit donc en avoir assez. "Le prélèvement est totalement indolore pour la mère et l'enfant", précise la sage-femme.  

Lire aussi