Déni de grossesse : quelles sont les causes ?

Apprendre qu'on est enceinte la veille de l'accouchement, vivre une grossesse sans s'en rendre compte... Zoom sur ce phénomène avec Hélène Romano, docteur en psychopathologie et Israël Nisand, responsable du pôle Gynécologie-Obstétrique au CHU de Strasbourg.

Qu’est-ce qu’un déni de grossesse ?

Lorsqu’une femme enceinte n’a pas conscience de l’être, on parle de déni de grossesse. La femme est alors dans une absence de représentation de l’enfant. "C’est un mécanisme actif d’oubli devant une souffrance psychique", explique Israël Nisand, responsable du pôle Gynécologie-Obstétrique au CHU de Strasbourg. Il y a une grossesse physique mais pas de grossesse psychique. La femme vit ainsi comme si elle n’était pas enceinte. "La future maman est paralysée psychiquement à se penser enceinte, ajoute Hélène Romano, docteur en psychopathologie et expert auprès des tribunaux. C'est à cause de cela qu'elle ne perçoit pas sa grossesse. Il y a en fait une coupure entre le corps et la pensée."

A partir de quel moment parle-t-on de déni de grossesse ?

"Le déni commence à partir de la fin du premier trimestre de la grossesse, soit à quatorze semaines d’aménorrhée. Durant toute cette période, l’Interruption volontaire de grossesse (IVG) est légale. Il y a pourtant déjà à ce moment-là, quelques signes d’un éventuel déni", assure Israël Nisand. Le premier indice, compris après-coup, est l’incapacité de la future mère à remarquer son état.

Comment savoir qu'il s'agit d'un déni de grossesse ?

Les femmes de tous âges, de tous les milieux sociaux, de tous les profils conjugaux, etc., peuvent être concernées. "Cela peut aussi toucher des femmes qui se croient stériles ou ménopausées, qui pensent faire attention grâce à l'utilisation de contraceptifs ou d'un stérilet, etc.", précise Hélène Romano. Cette dernière affirme toutefois que "toutes les femmes peuvent faire un déni de grossesse. Ce sont des personnes en intense souffrance psychique et isolées psychiquement à un moment donné. La femme est en fait blessée dans sa capacité à être mère". Rappelons par ailleurs que les signes d'un déni de grossesse ne peuvent être perçus facilement, d'autant que les symptômes de grossesse habituellement présents ne sont pas ressentis. 

Déni de grossesse : quels symptômes ?

Dans un déni de grossesse, il y a bien une grossesse physique même si le corps fait en sorte de la dissimuler. Il semble en effet lui-même cacher la grossesse à la future mère. "Une femme qui fait un déni de grossesse perçoit les changements de son corps mais pas comme des signes de grossesse", assure toutefois Hélène Romano. Des saignements peuvent ainsi passer pour des règles, un mal de ventre pour une gastro… Il n'y a pas ou peu de signes physiques révélant une éventuelle grossesse. En fait, le corps s'adapte en positionnant l'utérus différemment. En temps normal, l'utérus bascule vers l'avant. Dans le cas d'un déni de grossesse, l'utérus se développe verticalement. Le fœtus se trouve alors sous les côtes de la mère. Les muscles de l'abdomen restent quant à eux tendus. Le ventre est parfois légèrement bombé mais il reste relativement plat, trompant ainsi la femme et son entourage.

Déni de grossesse : quelles conséquences ?

Un déni de grossesse peut durer un temps variable. Il peut être découvert par hasard avant la fin de la grossesse ou au moment de l’accouchement. Il peut être accompagné ou non de la mort de l’enfant dans les 24 premières heures de vie par infanticide. Israël Nisand affirme : "si le déni est découvert au premier trimestre, la majorité des femmes fera des IVG. Au deuxième trimestre, la femme choisira très souvent d’abandonner son enfant ou de rattraper le déficit de la communication". Par ailleurs, "Plus la levée de déni est tardive, plus il y a de risques pour le bébé, précise le Dr Romano, avant de poursuivre : "lorsque la levée du déni a lieu au moment de l’accouchement, la femme peut avoir différentes réactions. Elle peut par exemple appeler le Samu car elle pense faire une hémorragie, alors qu'elle est en train d’accoucher. C’est alors le cri du bébé qui va la réanimer. Dans les cas plus douloureux, la femme va accoucher, mais ne rien faire de son enfant. Elle ne lui apporte aucun soin et le laisse mourir. Lorsque la femme est extrêmement angoissée, elle peut ne pas avoir la notion de bébé et va alors chercher à s’en débarrasser par tous les moyens. Ces deux derniers cas sont toutefois bien différents d’une grossesse cachée." Cette dernière est en effet évoquée lorsqu’une femme consciente d’être enceinte, dissimule sa grossesse à son entourage. Elle va mettre en place des stratégies pour cacher sa grossesse, pour accoucher… Elle cherche alors consciemment à se protéger de son environnement familial, social, professionnel…

Quelles sont les causes ?

L’histoire de la femme y est pour beaucoup. Le Dr Nisand estime que "les causes d’un déni de grossesse sont multiples : pression, problèmes relationnels…". Il peut être dû à une relation non souhaitée, mais pas seulement. Hélène Romano indique en effet que le déni peut aussi être la conséquence d'une grossesse qui arrive au mauvais moment "par exemple, pour des raisons professionnelles, ces femmes veulent privilégier leur carrière et assurent qu’il n’y pas de place pour un bébé".

Déni de grossesse : les témoignages

Sur le forum, de nombreuses femmes confient qu'elles ont peur du déni de grossesse. D'autres racontent leur expérience du déni de grossesse. Comme cette maman de 24 ans qui a appris être enceinte la veille de son accouchement. "C'est assez surprenant et très dur psychologiquement" précise-t-elle. "C'est un changement de vie intégral que j'ai du accepter du jour au lendemain. Le papa avec qui je suis depuis plus de 8 ans était ravi, Il était prêt à être papa et en avait envie. Pour moi, c'était compliqué : j'ai une carrière assez prenante et je préférais attendre encore quelques années. Mais dès que j'ai vu sa petite bouille, mon visage s'est illuminé de bonheur" confie la jeune maman. Quant à Sahar, c'est à 6 mois de grossesse qu'elle s'est rendue compte qu'elle attendait un bébé. Aujourd'hui, la difficulté est de l'annoncer à son fils de 8 ans

Déni de grossesse : les chiffres

La fréquence du déni de grossesse est estimée à 1/500 accouchements dont 38% de dénis totaux et 0,6% de dénis avec accouchement à domicile. Plus d'informations : Association française pour la Reconnaissance du Déni de Grossesse (AFRDG)

Déni de grossesse : quelles sont les causes ?
Déni de grossesse : quelles sont les causes ?

Sommaire Déni de grossesse définition Déni de grossesse : quand ? Comment savoir ? Déni de grossesse symptômes Conséquences déni de grossesse Quelles sont les causes ? Déni de grossesse témoignage Déni de grossesse chiffres ...

Autour du même sujet