Vitaminez votre grossesse !

Certaines vitamines sont essentielles au bon développement de la grossesse. Lesquelles prendre, certaines sont-elles à éviter ? Acide folique, oligo-éléments, fer, vitamine C et D, antivitamines K... Ce qu'il faut savoir.

Vitaminez votre grossesse !
© kzenon-123rf

Les carences en vitamines et en oligo-éléments guettent de nombreuses femmes et en particulier lors de la grossesse quand les besoins nutritionnels augmentent. Pour autant, ne vous précipitez pas dans la première parapharmacie pour avaler des cocktails de vitamines au hasard. Sachez par exemple que certains contiennent de la vitamine A qui, à forte dose, pourrait provoquer des malformations du fœtus. Et puis, votre alimentation pendant la grossesse, parfaitement diversifiée comble peut-être déjà vos besoins ! Bref, seul votre médecin pourra décider et vous prescrire si nécessaire des compléments adaptés. Pour y voir clair, voici quelques points de repères importants.

AVK et grossesse : contre-indication

Les antivitamines K (AVK) sont généralement indiqués en cas de troubles du rythme cardiaque, de thrombose veineuse ou d'embolie pulmonaire. Mais en raison des risques pour le fœtus et l'enfant à naître lors d'une exposition aux antivitamines K (AVK) pendant la grossesse, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé de prendre de nouvelles mesures. Par conséquent, les AVK "ne doivent jamais être utilisés pendant la grossesse, excepté pour les femmes porteuses d'une valve cardiaque mécanique présentant un risque élevé de thrombose pour lesquelles il n'existe pas d'alternative thérapeutique plus efficace", précise l'Agence dans un communiqué du 30 novembre 2018. Si vous avez pris des antivamines K pendant votre grossesse, un diagnostic prénatal spécialisé (échographique, voire IRM) et adapté en fonction de la période d'exposition sera alors mis en place, avec un suivi particulier de l'enfant à naître, recommande l'Ansm. Enfin, "en cas de nécessité de poursuite d'un traitement anticoagulant pendant la grossesse, le passage à l'héparine s'impose à partir de la 36ème semaine d'aménorrhée", ajoute l'Agence. Quant aux femmes en âge d'avoir des enfants "elles doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement et prévenir leur médecin en cas de grossesse ou de souhait de grossesse afin de changer de traitement".

La vitamine D, comme ingrédient de base

La vitamine D favorise l'absorption du calcium et donc la bonne consolidation des os de bébé. On en trouve dans certains aliments comme les poissons gras, l'huile de fois de morue, les œufs, le lait entier... En outre, l'organisme en fabrique lui-même lorsque vous vous exposez à la lumière du soleil. Mais si votre grossesse a lieu en hiver, votre médecin vous en prescrira sûrement pour compléter ces apports souvent insuffisants. La supplémentation en vitamine D (le plus souvent en fin de grossesse) est la seule recommandée en France. En effet, une carence en vitamine D pendant la grossesse peut augmenter les risques de prééclampsie, de diabète gestationnel ou d'accouchement prématuré chez certaines futures mamans. Voir la liste des aliments riches en vitamine D.

La vitamine B9 (acide folique), en cas de besoin

L'acide folique, folates ou vitamine B9, joue un rôle important dans la formation des cellules donc dans la croissance de bébé. En consommer suffisamment au moment de la conception et en tout début de grossesse contribue à prévenir la prématurité, le retard de la croissance fœtale, mais aussi les malformations affectant le système nerveux. La moitié des femmes présentent sans le savoir une carence en acide folique. Il existe certains facteurs favorisants : la prise de pilule sur une période longue, l'utilisation de certains antibiotiques, les grossesses gémellaires ou rapprochées, un allaitement prolongé. Quant aux femmes présentant un antécédent d'anomalie de fermeture du tube neural lors d'une précédente grossesse, elles sont automatiquement supplémentées. La vitamine B9 n'est pas fabriquée par l'organisme, il faut donc la puiser dans son alimentation (céréales complètes, légumes, etc.). Selon les cas, votre médecin pourrait juger bon de vous prescrire un supplément.

Le fer, à surveiller attentivement

Le manque de fer augmente les risques d'anémie pour la mère, de naissance prématurée et d'hypotrophie fœtale. Les adolescentes, les femmes ayant des grossesses rapprochées ou multiples, les végétariennes, les femmes issues de milieux défavorisés sont tout particulièrement concernées. Pour faire le plein de fer, il suffit encore une fois de savoir composer ses menus (fruits secs, lentilles, épinards...). Mais, il est tout aussi important de favoriser l'absorption de ce fer. Les aliments riches en vitamine C, en vitamine B9 et en cuivre, vous permettront de multiplier par deux ou trois vos capacités d'absorption. En revanche, évitez les abus de thé et de café qui les ralentissent ! Et retenez que le fer d'origine animale est plus facilement assimilable par l'organisme. Dans tous les cas, un complément en fer peut être prescrit par le médecin, sous forme de comprimés ou d'ampoules. Les végétariennes en auront sûrement besoin. Voir la liste des aliments riches en fer.

La vitamine C, en petite dose quotidienne

La vitamine C permet de lutter contre la fatigue, d'augmenter la résistance aux infections, d'accélérer les processus de cicatrisation et de réparation des fractures. Durant la grossesse, elle garantit aussi la bonne tenue de la membrane placentaire. Une carence entraînerait donc un risque accru d'accouchement prématuré. Les fumeuses doivent tout particulièrement s'en soucier car le tabac entraîne une déficience de vitamine C. A savoir, l'organisme ne peut pas stocker de grosses réserves de vitamine C. Inutile donc d'effectuer des cures de pastilles orange d'une semaine une fois par mois ! Seul un apport régulier aura l'effet escompté. Cinq portions de fruits et légumes frais par jour et le tour est joué. Attention, dans les conserves, la teneur en vitamines chute. Pensez également à bien protéger vos aliments de la chaleur et les cuire à la vapeur (les vitamines sont solubles dans l'eau). Enfin, les besoins en autres micronutriments (magnésium, zinc, iode) sont couverts par une alimentation diversifiée. Quant à la supplémentation en fluor de la femme enceinte - censée protéger bébé contre les caries - elle n'a jamais fait ses preuves. Reste le bon vieux - mais néanmoins efficace - tube de dentifrice, dès l'apparition de la première quenotte...

Où se cachent les vitamines et les oligo-éléments ?

Vitamines et minéraux Où en trouver ?
Source : CCM Benchmark
Vitamine C Légumes verts, crudités, persil, coriandre, agrumes, kiwis
Vitamine B9 Légumes verts à feuilles (choux, laitue, poireaux) et secs, fromages fermentés, Céréales complètes, melon, fraise...
Vitamine D Poissons gras et huile de foie de morue, Jaune d'oeuf, fromages, lait entier, beurre...
Fer Lentilles, haricots blancs, épinards, cresson, viande, poisson, oeufs, boudin noir, rognons, foie de veau, fruits secs, oléagineux, chocolat...