Quelle activité physique choisir pendant la grossesse ?

Durant la grossesse, la poursuite d'une activité physique est conseillée. Mais tous les sports ne sont pas recommandés. Voici toutes les précautions à prendre pour une pratique sans risque.

Quelle activité physique choisir pendant la grossesse ?
© 123rf

Les avantages de l'activité physique sont nombreux ! Pratiquée en douceur, elle vous aidera à préparer l'accouchement en vous relaxant, en vous assouplissant et en favorisant la circulation sanguine. Une activité régulière aide également à limiter la prise de poids et à entretenir ses muscles.  

Choisissez une activité adaptée !

L'exercice physique doit être doux et régulier, et pratiqué si possible sous la surveillance d'un professionnel.
 La natation : elle vous permettra de vous détendre, de vous sentir légère, de maîtriser votre respiration, de bouger sans recevoir le moindre choc. Les nages les plus recommandées sont le dos crawlé et la nage indienne, sur le côté. L'aquagym est également adaptée et peut être pratiquée en cours de préparation à l'accouchement : sous l'œil d'une sage-femme ou d'un maître-nageur, vous travaillerez plus spécifiquement l'ouverture du bassin, l'assouplissement du périnée, etc.
 La gymnastique douce : au sol, vous pourrez vous étirer, vous muscler, sans forcer.
 La marche : activité physique n'est pas synonyme de sport ! La marche à l'avantage d'être accessible à toutes et de pouvoir être pratiquée selon son rythme. Promenez-vous lentement, avec des chaussures adaptées, et de préférence à la campagne. Au quotidien, 30 minutes de marche vous permettront de garder la forme.
 D'autres sports peuvent être pratiqués avec précaution : certaines postures de yoga, certaines danses...
Vos efforts ne doivent pas excéder 30 minutes. Les séances peuvent être répétées deux à trois fois par semaine. Enfin, si vous ne pratiquiez pas du tout de sport ou très peu de marche avant la grossesse, allez-y très progressivement.

Les sports à éviter

Les activités interdites lorsqu'on est enceinte sont celles qui peuvent entraîner des chutes, des chocs, des secousses...
 Les sports de combat.
 Les sports d'équipe : volley, basket, hand-ball...
 L'équitation, le jogging, le ski, le ski-nautique.
 Les sports qui poussent le rythme cardiaque à fond : aérobic, cardio-training...
 Si vous êtes une joueuse de tennis ou une cycliste confirmée, vous pouvez continuer durant le début de votre grossesse, mais sans forcer et sur avis médical.

Les précautions indispensables

 Toute activité physique doit se faire avec l'accord du médecin ou de la sage-femme qui vous suit. En effet, dans certains cas, il est recommandé à la future maman d'éviter de bouger (risque d'accouchement prématuré notamment).
 Votre activité est à adapter au terme de votre grossesse, toujours sur avis d'un professionnel de santé.
 Un effort intense, long, ou qui pousse votre rythme cardiaque à son maximum, est interdit.
 N'oubliez pas de vous échauffer, de vous hydrater et de prendre une collation (fruits, céréales) après les séances.

Les cas particuliers :

 Si vous attendez des jumeaux (ou plus) : les grossesses multiples demandent davantage de repos à la mère. Le sport est donc généralement contre-indiqué.
 Si votre grossesse a été médicalement assistée : tout dépend de votre situation, de la technique utilisée, de l'évolution de la grossesse (compliquée, multiple). 
 Si vous avez plus de 40 ans : une grossesse tardive est considérée comme à risque, avec un risque de fausse couche plus élevé. Toutefois, le médecin peut autoriser certaines activités.
 Si vous avez moins de 18 ans : une grossesse précoce, si elle est bien suivie par un médecin, ne comporte pas de contre-indication particulière en matière d'activité physique.