Tests covid à l'école : pour qui, comment ça va se passer ?

Un million de tests par mois seront effectués dans les écoles, collèges et lycées, pour les élèves (dès l'âge de 6 ans) et les enseignants. Une autorisation parentale sera nécessaire. Qui effectuera les tests dans les établissements scolaires ? Ce qu'il faut savoir.

Tests covid à l'école : pour qui, comment ça va se passer ?
© Dmitry Naumov-123RF

1 million de tests par mois dans les écoles

[Mise à jour du 26 janvier à 18h48]. Le gouvernement souhaite accélérer les tests de dépistage du Covid-19 en France. Dans les établissements scolaires, Olivier Véran a annoncé ce 14 janvier un protocole qui permettra de tester "jusqu'à un million d'enfants et d'enseignants par mois". "La capacité de dépistage dans les établissements scolaires sera augmentée, avec un objectif de 300 000 tests par semaine et des objectifs fixés par académie", précise le gouvernement. Cette mesure vise notamment à détecter la présence du variant anglais, qui semble davantage contagieux chez les enfants "sans que l'on ait plus de cas graves", a précisé le ministre de la Santé lors d'un déplacement à Metz ce 14 janvier. Ces tests seront pratiqués dans les écoles, les collèges et les lycées d'ici aux vacances de février. Aussi, le déploiement de ces tests pourrait augmenter le nombre de fermetures de classes et d'école, a annoncé Jean-Michel Blanquer ce 19 janvier sur France Info.

Tests à l'école : qui est concerné, à quel âge ?

  • Les enseignants et les enfants sont concernés par le dépistage à l'école. Il se fera sur la base du volontariat, et une autorisation parentale sera nécessaire pour effectuer le test à l'école. 
  • Des tests dès 6 ans ? Lorsque les autorités sanitaires le décident, des tests peuvent être proposés aussi aux élèves à partir de 6 ans après autorisation parentale. "Sauf circonstances exceptionnelles relevées par les autorités sanitaires, il ne sera pas proposé de tests aux élèves de l'école primaire", précise le gouvernement.
  • Ces opérations de test seront proposées de manière prioritaire aux personnels, lycéens et les collégiens dans les établissements scolaires situés dans des zones où le virus circule de façon active.
  • Les personnels de santé scolaire et les personnels des services de médecine de prévention volontaires qui ont plus de 50 ans ou qui présentent des comorbidités avec risque de forme grave de Covid-19 peuvent se faire vacciner comme l'ensemble des professionnels de santé.
  • Ce 12 novembre, Jean-Michel Blanquer avait déjà annoncé que des dépistages seraient mis à disposition des établissements scolaires. 'Il y aura plus de dépistages des personnels travaillant dans les écoles et les établissements scolaires. Une instruction interministérielle envoyée à toutes académies et agences régionales de santé rappelle que les personnels sont prioritaires pour l'accès aux tests PCR. Elle permet aussi le déploiement de près d'1,2 million de tests antigéniques qui seront mis à disposition des établissements scolaires (...) Certaines zones plus exposées au virus seront prioritaires", a indiqué le ministre de l'Education nationale. 
  • Un accès prioritaire pour le personnel de l'Education. Afin de renforcer la protection des personnels scolaires et des élèves, et d'accélérer l'identification des cas positifs, le ministère de l'Education nationale précise que les personnels des établissements scolaires des premier et second degrés peuvent bénéficier d'un accès prioritaire aux tests RT-PCR dans les laboratoires de biologie médicale.

Qui réalisera les tests dans les établissements scolaires ?

Ils seront réalisés par des personnels de santé volontaires du ministère de l'Éducation nationale à savoir des médecins et des infirmiers scolaires et de prévention. Des sapeurs-pompiers et des membres des associations agréées de sécurité civile pourront être appelés en renfort localement tout comme des infirmiers et des infirmières libéraux.

Le test est-il obligatoire à l'école ?

Le vaccin n'étant pas obligatoire, les tests effectués en milieu scolaire seront organisés sur la base du volontariat. "Les dépistages se feront sur la base du volontariat pour les adultes et avec l'autorisation des parents pour les enfants", dès 6 ans, indique le ministère de l'Education nationale. Les tests ne seront donc pas obligatoires pour les élèves, et les parents devront donner leur accord s'ils souhaitent que leurs enfants se fassent dépister.

Que se passera-t-il en cas de test positif ?

A chaque fois que trois cas seront détectés dans un établissement scolaire sur une période de 7 jours, une équipe de dépistage pourra se rendre sur place afin de réaliser des tests. "Dans cette hypothèse, tous les personnels ainsi que les lycéens et collégiens (avec accord des responsables légaux pour les mineurs) non identifiés personne contact à risque se verront offrir la possibilité de réaliser un test antigénique". Par ailleurs, dans un communiqué du 15 janvier, l'ARS Ile-de-France précise que les actions de dépistage dans les lycées et collèges de la région "prévoiront l'orientation systématique des personnes testées positives vers un nouveau test PCR réalisé avec la technique Thermo Fisher. En complément, un échantillonnage sera demandé aux laboratoires pour qu'une partie des prélèvements réalisés sur les sujets de moins de 30 ans soit transmise au CNR pour séquençage".

Tests à l'école © Ministère de l'Education nationale

A quel âge, dans quels cas faire tester mon enfant ?

Des opérations pilotes dans les lycées volontaires d'Ile-de-France

Avant de lancer la campagne de vaccination dans les établissements scolaires, certains lycées se sont portés volontaires. Ainsi, le 20 novembre dernier, les recteurs de Paris, de Créteil et de Versailles et le directeur général de l'ARS Île-de-France ont annoncé le lancement d'opérations pilotes de dépistage dans des lycées franciliens, à destination des personnels et des élèves volontaires. Ces opérations pilotes ont débuté le 23 novembre et se sont déroulées sur plusieurs semaines dans une trentaine de lycées de la région Île-de-France. Menées avec l'appui médical et opérationnel des équipes de l'AP-HP, elles visent à identifier rapidement les personnes porteuses du virus et rompre les chaînes de contamination, afin de mieux protéger les élèves, leurs familles et l'ensemble de la communauté éducative. Ces tests, à destination du personnel de l'Education ont été pratiqués en priorité dans les écoles, collèges et lycées "situés dans des zones où l'accès aux tests virologiques est tendu, et lorsque des cas de Covid-19 sont apparus dans l'établissement" précise le ministère de l'Education nationale." Dans un premier temps", seul le personnel, à savoir les professeurs, surveillants et personnels administratifs" ont pu y avoir accès.