Covid université : chèques psychologiques pour les étudiants

La solitude des étudiants face à la crise a amené le gouvernement a déployer des aides financières et psychologiques. Des chèques "soutien psychologique" vont ainsi être mis en place pour leur permettre de consulter des psychologues libéraux.

Covid université : chèques psychologiques pour les étudiants
© Antonio Guillem-123rf

[Mise à jour du 16 janvier à 11h47]. Les cours en présentiel dans les universités, mais aussi les grandes écoles ont été suspendus fin octobre. Au début du mois d'octobre, le gouvernement avait déjà demandé aux universités qui se trouvaient dans une zone d'alerte renforcée ou maximale de réduire le nombre d'étudiants qu'elles accueillaient dans leurs locaux. Reprise des TD à partir de la semaine du 25 janvier, en demi-jauge pour les étudiants de première année, aides financières et psychologiques, examens et partiels... On fait le point sur les annonces du gouvernement pour les étudiants.

Quelles aides pour les étudiants ?

Face à la situation difficile des étudiants, "de nombreux dispositifs ont été mis en place", a précisé la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce 14 janvier lors d'une conférence de presse. Le ministère a notamment annoncé que des dispositifs allaient être mis en place avec le renfort de 80 psychologues et 60 assistantes sociaux sur l'année 2021. "Nous poursuivrons ces efforts, mais nous savons qu'ils ne sont pas suffisants. Les 1600 référents dans les cités universitaires sont là pour soutenir les plus fragiles. Les 20.000 tuteurs étudiants seront là pour soutenir pédagogiquement les étudiants. Le nombre de psychologues dans les universités sera doublé ce semestre et de nouveaux personnels sociaux permettra d'accélérer les aides d'urgence.

Chèques psychologiques pour les étudiants

Isolement, décrochage et difficulté à se projeter pour leur avenir en cette période de crise sanitaire, les étudiants sont nombreux à avoir le moral en berne et à présenter des signes de dépression. Ce vendredi 15 janvier, Frédérique Vidal et le Premier ministre Jean Castex recevaient les présidents de facs ainsi que les syndicats des étudiants pour définir les mesures qui pourraient les aider à affronter cette crise. Pour les soutenir, le gouvernement a annoncé la mise en place de chèques psychologiques pour permettre aux étudiants en difficulté de consulter un psychologue libéral. Les modalités devraient être précisées dans les prochains jours, quant au montant et aux bénéficiaires de ce chèque psychologique.

 

Reprise à l'université par groupe de 10, dès le 25 janvier : pour qui ?

La ministre de l'Enseignement supérieur souhaite davantage de présentiel afin que les étudiants renouent avec leurs professeurs. Depuis la rentrée de janvier, les étudiants en grande difficulté sont autorisés à revenir "par petits groupes de 10, quelques heures par semaine", a précisé Jean Castex ce 14 janvier lors d'une conférence de presse. Il ajoute qu'à partir de la semaine du 25 janvier "nous autoriserons la reprise par demi-groupe des travaux dirigés des élèves de 1ère année, puis, si la situation sanitaire le permet, aux étudiants des autres niveaux. Cette reprise très progressive attendue par les étudiants, l'est aussi par leurs professeurs". Les conditions et modalités de cette reprise progressive des étudiants dans le supérieur seront détaillées dans les prochains jours. L'objectif : limiter au maximum le brassage des étudiants et respecter les règles de distanciation. 

Quels sont les services universitaires maintenus ?

  • Accueil sur rendez-vous des élèves dans les bibliothèques universitaires et centres de documentation et dans les salles équipées de matériel informatique ;
  • vente à emporter de repas fournis par le restaurant universitaire ;
  • accueil sur rendez-vous dans les services administratifs ;
  • accès aux services de médecine préventive et de promotion de la santé et services sociaux, aux activités sociales organisées par les associations étudiantes, aux laboratoires et unités de recherche pour les doctorants.

Des tests antigéniques à l'université

Alors que le gouvernement a annoncé le déploiement d'un million de tests par mois pour les élèves et les enseignants, Frédérique Vidal a également précisé que pour mieux surveiller l'évolution de l'épidémie dans les établissements, des tests antigéniques vont être mis à disposition des universités avec des dépistages individuels ou collectifs.

Partiels, examens et concours : comment ça va se passer ?

Frédérique Vidal a précisé ce 14 janvier que certains partiels étaient en train de se tenir. "La possibilité est donnée aux établissements de les organiser à distance, ou en présentiel. Certaines matières se prêtent à des évaluations à distance, d'autres non, explique la ministre de l'Enseignement supérieur. En ce qui concerne les examens et concours nationaux, il s'agit des mêmes protocoles sanitaires stricts qu'à la sortie du premier confinement. "Ces examens et concours se déroulent donc en présentiel".

Pourquoi les universités ont-elles fermé ?

Depuis la rentrée universitaire, les établissements d'enseignement supérieur étaient particulièrement touchés. En cause notamment : le mode de vie étudiant. Friands de colocation, de soirées étudiantes, ils passent en outre, bon nombre de leurs journées à suivre leurs cours dans des amphithéâtres bondés. Résultat, une dizaine de clusters avaient été identifiés  dans les universités françaises. "La jeunesse paie le prix fort de la crise sanitaire", regrettait Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, lors de sa conférence de presse de rentrée organisée ce 15 septembre 2020. Pour le gouvernement, si les étudiants étaient de plus en plus nombreux à être infectés par le covid-19, c'était à cause de leurs rassemblements festifs nombreux, comme les week-ends d'intégration et les soirées étudiantes