Régression : mon enfant se comporte comme un bébé

Lui qui voulait jouer "au grand" semble tout à coup faire machine arrière en se comportant comme un bébé. Ces phases de régression, aussi fréquentes que naturelles, inquiètent pourtant les parents. Comment aider l'enfant à passer le cap ? On fait le point avec Mathilde Bouychou, psychologue.

Régression : mon enfant se comporte comme un bébé
©  Ilshat Bikmiev

Bébé faisait ses nuits depuis plusieurs semaines et tout à coup, sans raison apparente, se réveille à nouveau. Cette petite fille chez qui la propreté semblait acquise multiplie les petits accidents. Cet autre enfant réclame à nouveau des biberons ou suce son pouce alors qu'il avait cessé depuis plusieurs mois. De tels comportements sont fréquents et très perturbants pour les parents qui sont parfois démunis devant ces phases de régression, pourtant absolument sans gravité. Comme le rappelle Mathilde Bouychou, psychologue, elles sont même possibles à tous les âges de la vie. "Un adulte qui va manger du chocolat parce qu'il n'a pas le moral, les envies d'une femme enceinte, tout cela relève du même mécanisme de régression", précise la spécialiste. Chez les enfants, ces phases surviennent généralement à des moments clés du développement ou lorsqu'un événement bouleverse leur quotidien. Entre 0 et 3 ans, et même au-delà, l'enfant emmagasine une somme considérable de connaissance.

Régresser pour mieux avancer

"Avant chaque étape importante, il peut y avoir une phase de régression. Cela ne signe pas un retour en arrière, mais au contraire un bon en avant" affirme la psychologue. Un enfant de 3 ans qui s'apprête à entrer à l'école et à qui l'on demande d'être plus autonome peut par exemple demander à ses parents de l'habiller ou réclamer un biberon le matin. "C'est sa manière à lui  d'exprimer son inquiétude", précise Mathilde Bouychou. Chez les bébés, une phase de régression peut être le signe d'une grande étape à venir dans son développement, comme l'acquisition de la marche ou les premiers mots. Il va alors faire un petit pas en arrière et se conforter dans ce qu'il sait avant d'avancer pour de bon. Pour la psychologue, "il n'y a aucune inquiétude à avoir, il s'agit d'un processus normal".

On peut également observer une régression si un événement survient dans la famille : la naissance d'un petit frère ou d'une petite sœur, un déménagement, la perte d'un emploi, un deuil. A ce moment-là, en réaction à la tristesse ou à l'inquiétude de ses parents, et alors qu'il n'est pas encore en capacité d'expliquer ce qu'il ressent, l'enfant peut traverser une phase de retour en arrière. Encore une fois, rien d'inquiétant. "Cela signifie que l'enfant prend conscience de ce qui l'entoure et des émotions des personnes qui lui sont proches. C'est un signe de bonne santé psychique", rassure la spécialiste. Bien évidemment, cela n'empêche pas les parents de s'inquiéter et d'être même parfois agacés par ce qu'ils peuvent interpréter comme un caprice. 

Mon enfant se comporte comme un bébé, comment réagir ?

"Si cette phase de régression est transitoire, il n'y a pas lieu de s'inquiéter, mais il est tout de même important d'accompagner l'enfant" explique la psychologue. Dans le cas où il serait perturbé par l'arrivée d'un autre bébé au sein de la famille, il est alors primordial de communiquer avec lui. Mathilde Bouychou conseille avant tout de rassurer l'enfant. "Les parents peuvent par exemple lui expliquer qu'ils ont souhaité avoir un autre enfant, justement parce qu'il était extraordinaire ! Ils ont également la possibilité de lui montrer des photos de lui lorsqu'il était bébé afin qu'il comprenne qu'il a lui aussi pu profiter de ce temps précieux avec eux". Il faut accepter ce mouvement de régression et en même temps en parler franchement avec l'enfant en lui disant exemple : "je vois que tu joues au bébé", mais en valorisant le fait qu'il soit désormais un grand, et en mettant en avant toutes les nouvelles choses formidables qui l'attendent.

A l'inverse, il arrive que cette phase de régression s'éternise ou semble se répéter. Si le parent s'inquiète, entrant en lutte avant l'enfant, le conflit risque de s'installer, ce qui n'est jamais bon. "L'enfant peut n'avoir pas assez de ressources pour dépasser ce qu'il est en train de vivre, il faut alors l'aider" recommande la psychologue. Voir ses parents inquiets risque en outre de l'inquiéter, il est donc préférable, afin de rassurer tout le monde, de consulter sans attendre un psychologue. Une ou deux séances peuvent suffire à dénouer ce qui doit l'être. 

Merci à Mathilde Bouychou, psychologue et auteur du podcast Parentalité(s)

Régression : mon enfant se comporte comme un bébé
Régression : mon enfant se comporte comme un bébé

Bébé faisait ses nuits depuis plusieurs semaines et tout à coup, sans raison apparente, se réveille à nouveau. Cette petite fille chez qui la propreté semblait acquise multiplie les petits accidents. Cet autre enfant réclame à nouveau des biberons...