Angoisses de la rentrée : comment rassurer mon enfant ?

Boule au ventre, pleurs, insomnies… La rentrée des classes provoque parfois de fortes angoisses chez les enfants. Simple inquiétude ou peur plus profonde ? Trouvez les bons mots pour l'apaiser et lui (re)donner l'envie d'aller à l'école.

Angoisses de la rentrée : comment rassurer mon enfant ?
© Cathy Yeulet - 123RF

Peur de l'échec scolaire, de l'inconnu ou de la séparation… Le retour à l'école peut susciter une angoisse irraisonnée chez l'enfant. Comment la gérer ? Que faut-il dire pour le rassurer ? Quand en parler à un spécialiste ? On fait le point avec le Dr Jean-Paul Blanc, pédiatre à Saint-Étienne et spécialiste des problèmes liés à la scolarité.

Comprendre l'angoisse de l'enfant

Lors de son entrée en maternelle, l'enfant peut avoir peur de la séparation. En effet, dès les plus petites classes, l'angoisse se fait souvent à deux : "La maman angoisse de laisser son enfant. Celui-ci éprouve à son tour une grande difficulté à s'éloigner du cocon familial et/ou se détacher de sa mère. Cette angoisse apparaît ainsi comme un moyen de faire face à un environnement étranger", explique le Dr Blanc. Un peu plus tard, l'entrée en CP ou au collège peut s'accompagner, elle aussi, d'une peur de l'inconnu ou de l'échec scolaire. "L'enfant ressent alors une angoisse de performance, il se met la pression et se persuade qu'il ne sera pas à la hauteur. Parfois, la pression de certains parents concernant les résultats scolaires peut impacter le lien que l'enfant entretient avec l'école", précise le pédiatre. Par ailleurs, "il est parfois difficile de savoir si son enfant souffre d'une peur de l'école, surtout s'il ne l'exprime pas clairement. Et pourtant, certains signes peuvent mettre la puce à l'oreille comme des manifestations physiques d'angoisse (douleurs au ventre, difficultés à s'endormir...), qui surviennent lorsqu'il part à l'école ou le dimanche soir par exemple", ajoute le spécialiste. Aussi, afin de mieux comprendre la source de l'anxiété de l'enfant, les parents doivent entamer un échange et lui demander de quoi il a réellement peur. S'agit-il d'un nouveau professeur, de la difficulté des leçons, des devoirs, ou du fait de ne pas trouver de copains ? Enfin, cette anxiété peut également être déclenchée voire aggravée par une situation traumatisante : l'enfant s'est senti humilié devant ses camarades, il n'a pas su faire un exercice et a fait l'objet de moqueries ou d'insultes…

Empathie, écoute et soutien des parents 

Face à une telle angoisse de l'école, les parents doivent adopter un discours apaisant qui saura rassurer l'enfant. Ils peuvent témoigner leur bienveillance, le valoriser en lui disant qu'ils ont une totale confiance en lui et qu'ils sont convaincus de sa réussite scolaire. Souvent, les petits écoliers ressentent l'inquiétude du parent. Mais si ce dernier se montre serein, l'enfant sera, par assimilation, plus rassuré et confiant. Il a en effet besoin de réconfort et de se projeter. Racontez-lui par exemple vos propres souvenirs de la rentrée, votre expérience de l'école, ce que vous faisiez pour vous détendre, et expliquez-lui comment se déroulera sa première journée... Plus il aura des détails sur ce qu'il va vivre, moins l'enfant aura peur de l'inconnu et de la nouveauté. "Le jour de la rentrée, évitez les au-revoir interminables qui pourraient dramatiser la séparation. Aussi, selon l'âge et s'il en ressent le besoin, votre enfant sera rassuré d'aller à l'école avec ses parents. Accompagnez-le jusqu'à la grille ou la porte de l'école et dites-lui que vous serez là à la sortie des classes", conseille l'expert. Enfin, sachez qu'il existe de nombreux livres qui pourront aider vos enfants à surmonter leurs peurs liées à l'école. 

Angoisse scolaire : moteur ou frein ?

L'angoisse est naturelle et concerne quasiment tous les petits. Elle peut même être un moteur pour l'enfant qui va ainsi vouloir combattre ses peurs et se surpasser. En revanche, lorsque celle-ci devient handicapante et empêche l'enfant d'évoluer en confiance, la peur semble alors plus profonde. On parle alors de phobie scolaire. "Aller à l'école peut devenir une véritable angoisse pour l'enfant et peut se transformer en trouble anxieux phobique : l'enfant refuse catégoriquement d'aller à l'école, fait des crises d'angoisse qu'on ne peut pas raisonner, ou se sent totalement incompris", explique le Dr. Blanc. Il conseille alors de ne pas laisser s'installer une rupture scolaire ou une déscolarisation et de consulter très rapidement un pédiatre ou un psychologue. Celui-ci pourra déterminer la source de l'angoisse, les éventuels troubles sous-jacents (hyperactivité, dyslexie...) et mettre en place des solutions pour réintégrer l'enfant. En cas de besoin, le médecin traitant pourra orienter les parents vers un centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) ou un psychologue.

Lire aussi :