Ecole covid : vaccination des enseignants, autotests, BTS

Chargement de votre vidéo
"Ecole covid : vaccination des enseignants, autotests, BTS"

Vaccination des enseignants de plus de 55 ans, BTS et stages adaptés, autotests distribués dans les établissements scolaires, reprise du 26 avril... On fait le point sur les dernières actualités.

[Mise à jour du 16 avril à 14h29]. Après une semaine difficile de cours à la maison, les élèves profitent de deux semaines de vacances scolaires, dont les dates sont communes à toutes les zones, du 12 au 26 avril. Les élèves de primaire reprendront donc les cours en présentiel à la fin des vacances de Pâques le 26 avril, tandis que les collégiens et lycéens suivront une semaine de cours à distance avant de retourner en classe le 3 mai. Les autotests, distribués dans les pharmacies, seront distribués dans les établissements scolaires. Quant aux enseignants de plus 55 ans, ils peuvent se faire vacciner dès ce samedi 17 avril, même s'ils ne présentent pas de risques, a précisé le ministère de l'Education.

Cours à distance, vacances, rentrée  : quelles sont les dates ?

  • Mardi 6 avril : les élèves de primaire, les collégiens et lycéens ont suivi une semaine de cours à distance.
  • A partir du 12 avril, tous les élèves de France, quelle que soit la zone A, B ou C sont en vacances pour deux semaines simultanées. 
  • A partir du 26 avril, les élèves de primaires (maternelle et école élémentaire) pourront retourner en classe, tandis que les collégiens et lycéens continueront l'enseignement à distance. 
  • A partir du 3 mai, collégiens et lycéens pourront retourner en cours, et selon les cas, des jauges seront adaptées. Durant cette période, les étudiants qui le souhaitent pourront se rendre à l'université pour une journée de cours par semaine.
  • Enfin, les parents qui devront garder les enfants à la maison et ne pourront pas télétravailler pourront bénéficier du chômage partiel.

Actualités Covid à l'école : les dernières infos

On fait le point sur les dernières annonces concernant les élèves de la maternelle au lycée.

  • Les épreuves de BTS adaptées : dans un communiqué du 16 avril, les ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur précisent que les épreuves de BTS seront adaptées pour tenir compte de la situation sanitaire. "A titre exceptionnel, une session de rattrapage pour l'année en cours" sera ouverte "à destination de l'ensemble des candidats qui n'auraient pas pu valider leur diplôme". Quant aux stages de fin de BTS, ils seront plus flexibles pour permettre aux étudiants de mieux apprendre sur le terrain. Ils pourront par exemple être fragmentés et des mises en situation professionnelles pourront être organisées dans l'établissement de formation. 
  • Autotests dans les écoles ? Les autotests sont disponibles en pharmacie depuis ce 12 avril. Selon Europe 1 qui apporte cette précision ce 14 avril, le ministère de l'Education nationale a commandé 52,5 millions d'autotests qui seront ensuite distribués dans les établissements scolaires. Ces sont les professeurs du primaire qui les recevront en premier dès le retour des vacances, le 26 avril. Puis, ce sont les lycéens et les professeurs du second degré qui les recevront à partir du 3 mai comme l'avait annoncé le ministère de la Santé dans le Journal du dimanche ce 11 avril. Les écoliers et les collégiens ne sont pas concernés car la Haute autorité de santé (HAS) ne réserve l'utilisation de ces tests qu'aux personnes âgées de plus de 15 ans.
  • Vaccination des enseignants. Ce 15 avril, le ministère de l'Education nationale a indiqué dans un communiqué que les enseignants de plus de 55 ans allaient pouvoir se faire vacciner contre le coronavirus même s'ils ne présentent pas de risques. "Dés le samedi 17 avril, tous les personnels de plus de 55 ans exerçant au contact des élèves en école, collège et lycée (enseignants, AESH, ATSEM) bénéficieront de créneaux dédiés de vaccination, dans les centres de vaccination concernés par ce circuit rapide. Cette solution sera proposée a minima pour les deux prochaines semaines, y compris les week-ends", ont indiqué les services de Jean-Michel Blanquer. Pour se faire vacciner, les professionnels concernés devront se munir d'une pièce justifiant de l'exercice de leur métier enseignant (carte professionnelle, bulletin de salaire accessible sur l'ENSAP…) ainsi que d'une pièce d'identité et d'une carte vitale ou d'une attestation de droits. La liste des centres de vaccination ouverts ce week-end sera disponible à partir de ce 16 avril sur les sites des académies. 
  • Des chèques psy pour les enfants. Ce mercredi, lors d'une visite au CHU de Reims, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'un forfait psy, avec dix séances prépayées pour les enfants âgés de 3 à 17 ans, affectés par la crise sanitaire.  
  • Jean-Michel Blanquer cas contact. Le ministre de l'Education nationale est placé à l'isolement après avoir été cas contact d'un collaborateur positif à la Covid-19. Il a été "testé négatif hier soir et n'a aucun symptôme. Il poursuivra son travail et il tiendra tous ses engagements en visioconférence, dans l'attente des résultats d'un nouveau test, tel que le prévoit le protocole", précise le communiqué du ministère ce 13 avril.
  • Les élèves de BTS réclament le contrôle continu. Depuis plusieurs semaines, les étudiants en BTS souhaitent que leurs examens soit annulés et que le contrôle continu soit appliqué comme pour le baccalauréat. Ils estiment en effet que la crise sanitaire ne leur permet pas de préparer leurs épreuves dans de bonnes conditions. Pour l'heure, Jean-Michel Blanquer souhaite toujours les maintenir.
  • Cyberattaques russes et chinoises. La première semaine de cours en distanciel a été ponctuée de bugs informatiques, notamment sur la plateforme du Cned Ma Classe à la maison. Jean-Michel Blanquer avait déjà déclaré qu'il s'agissait de "plusieurs attaques de type DDoS simultanées sur les serveurs". Ce 12 avril, Franceinfo a révélé que ces cyberattaques avaient été perpétrées depuis la Russie et la Chine. Toutefois, cette origine géographique ne signifie pas que ses auteurs sont de nationalité russe ou chinoise. Ce mardi, la Chine s'est dit "disposée à collaborer" avec Paris. Le parquet de Paris avait également ouvert une enquête pour "accès frauduleux à un système de traitement automatisé" et "entrave au fonctionnement" du système. Cette enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLTIC).
  • Activités pendant les vacances et stages de réussite. Les parents qui cherchent des activités pour leurs enfants de 3 à 18 ans pendant les vacances scolaires peuvent consulter des idées d'activités sur le site du ministère de l'Education nationale. On y trouve aussi les liens vers les émissions et les podcasts d'émissions de radio et de télévision qui ont le label "Nation apprenante" comme Lumni sur France 4 ou les podcasts "En français dans le texte" sur France Culture. Des stages de réussite sont également proposés sur une des deux semaines de vacances aux élèves des écoles élémentaires, des collèges et des lycées. Ils sont organisés par petits groupes de cinq ou six élèves, sous forme de classes virtuelles, à raison de trois ou quatre modules hebdomadaires, d'une durée de deux heures chacun. Ces stages de réussite sont proposés aux familles par un enseignant de l'élève et sont fondés sur le principe du volontariat.
  • Un retour à la vie normale cet automne grâce à la vaccination des enfants ? Ce 6 avril, l'équipe de modélisation mathématiques des maladies infectieuses de l'Institut Pasteur a présenté différents scénarios concernant un possible retour à la vie normale. Selon ces épidémiologistes, d'ici au 1er septembre, seuls 25% à 35% des Français pourraient avoir été infectés par le coronovirus ce qui est insuffisant pour parvenir à une immunité collective. Il faudrait donc obtenir un très haut niveau de vaccination de la population pour revenir à la "vie d'avant" et donc vacciner les enfants. "La vaccination de 60-69 % des 0-64 ans et de 90% des plus de 65 ans pourrait permettre le relâchement complet des mesures de contrôle", expliquent les scientifiques. "Cet objectif est ambitieux", reconnaît Simon Cauchemez, un des membres de cette équipe dans Le Monde. Pour l'instant, la vaccination des enfants n'est pas à l'ordre du jour car les études cliniques dans cette partie de la population ne sont pas terminées.
  • Emmanuel Macron en visio avec des collégiens. Ce 6 avril, Emmanuel Macron a échangé avec des élèves de troisième, via la plateforme du Cned Ma Classe à la maison, en direct de l'Elysée. Les collégiens d'Itard d'Oraison dans les Alpes-de-Haute-Provence ont ainsi eu l'occasion de discuter avec le président de la République notamment au sujet de l'enseignement à distance et des difficultés rencontrées. À un collégien qui lui demandait s'il y aurait "un autre confinement avant la fin de l'année", Emmanuel Macron a répondu: "on va tout faire pour éviter ça. Je dis souvent que le maître du temps c'est le virus, mais je tiens beaucoup à ce que l'école reste ouverte au maximum" et d'ajouter : "d'ici la fin de l'année (scolaire), il ne devrait pas y avoir de nouveau confinement".  Emmanuel Macron s'est également exprimé sur le calendrier de reprise des cours après les vacances de Pâques, le 26 avril. "C'est essentiel qu'on reprenne les cours en présence pour les maternelles et les primaires le 26 avril, et pour les collèges et les lycées la semaine d'après. Je n'ai pas conditionné la réouverture des maternelles et des écoles, puis des collèges et des lycées, à des indicateurs sanitaires. Pourquoi ? Parce que ces trois semaines d'absence physique de cours sont déjà un effort important". Enfin, concernant le port du masque, le Président estime qu'on devra le porter "jusqu'à cet été, au maximum" avant de pouvoir obtenir "des conditions un peu allégées à la rentrée prochaine". Le président de la République a aussi indiqué lors de cet échange que le brevet ne sera pas annulé cette année.
  • Les assistantes maternelles pourront garder les enfants. L'accueil des enfants en crèche est réservé aux parents qui exercent une profession prioritaire. Les assistants maternels pourront accueillir des enfants, mais le gouvernement appelle à la responsabilité des parents, en demandant aux parents de limiter leur recours aux cas d'absolue nécessité. Les micro-crèches et maisons d'assistants maternels pourront accueillir jusqu'à 10 bébés.
  • Périscolaire suspendu, centres aérés ouverts ? Le ministre de l'Education nationale a indiqué ce jeudi sur RTL que dès le 12 avril, les centres aérés pourront rester ouverts, avec des activités de plein air, et un protocole sanitaire renforcé. "Nous allons aussi préparer des vacances apprenantes, comme l'année dernière" a-t-il précisé. En revanche, les activités périscolaires sont suspendues pour les élèves, a confirmé Gabriel Attal ce jeudi sur BFMTV. Quant aux centres aérés, ils seront réservés aux parents prioritaires.
  • Pourra-t-on se déplacer entre région pour la reprise de l'école ? Les parents qui seraient partis se confiner à plus de 10km de chez eux, pourront rejoindre leur résidence principale au moment de la rentrée des classes sans qu'il n'y ait de sanction, a affirmé Jean-Michel Blanquer sur LCI ce jeudi. Il a également précisé que la reprise des cours le 26 avril était une "date ferme". 
  • Une aide aux parents modestes pour la cantine. Avec la fermeture des établissements scolaires, les enfants mangent à la maison et cela implique des frais supplémentaires pour les parents, particulièrement pour les familles nombreuses. Jean Castex a annoncé ce 1er avril que "les familles modestes dont les enfants n'iront plus à la cantine ou ne pourront plus bénéficier de petits-déjeuners gratuits" bénéficieront d'une aide de l'Etat, dont les modalités seront précisées "dans les prochains jours"
  • L'activité partielle pour les parents. "Si la classe de votre enfant est fermée, vous pouvez demander à votre employeur à bénéficier de l'activité partielle" a précisé Elisabeth Borne ce mardi sur Europe 1. La ministre du Travail rappelle que le salaire est pris en charge à hauteur de 84%, avec un reste à charge pour l'entreprise de 15%. Deux conditions sont requises : l'enfant doit avoir moins de 16 ans et les parents doivent être dans l'incapacité de travailler. Seul l'un des deux parents peut bénéficier de ce dispositif. 

Protocole sanitaire à l'école : qu'est-ce qui change ?

Le protocole sanitaire est de nouveau renforcé dans les écoles, collèges et lycées pour permettre aux élèves de continuer à aller en cours tout en limitant les risques de propagation du virus. "Nous devons renforcer les mesures sanitaires dans les milieux scolaires en ajustant le protocole", a annoncé Jean-Michel Blanquer ce 26 mars. A partir  de ce lundi 29 mars, "dans les départements faisant l'objet de mesures renforcées, nous fermerons chaque classe au premier cas de contamination". Une nouvelle mesure qui concerne tous les niveaux scolaires (école primaire, collège et lycée) et qui entraînera par conséquent plus de fermetures de classes et d'écoles. Les moyens de remplacements seront également renforcés avec la possibilité de recruter du personnel. 

Tests salivaires à l'école : comment ça se passe ?

Entre le 15 et le 22 mars 2021, 320 285 tests salivaires ont été proposés, et 200 404 réalisés, avec un taux de positivité de 0,49 %. A terme, ce sont 300 000 tests salivaires qui seront réalisés dans les établissements scolaires a précisé Jean-Michel Blanquer ce 1er mars lors d'un déplacement à Lavoncourt (Haute-Saône).

Masque à l'école : quels masques pour les enfants ?

Le masque à l'école est obligatoire pour les enfants dès l'âge de 6 ans et pour le personnel de l'Education nationale. Suite à l'apparition de variants, seuls les masques "grand public' de catégorie 1 sont autorisés. 

Quels risques de contamination à l'école ?

Lycée et covid : baccalauréat 2021 et demi-jauge

"L'objectif est de maintenir autant que possible les examens finaux tels qu'ils sont prévus aujourd'hui, notamment l'épreuve écrite de philo en juin et le grand oral du baccalauréat. Tout cela se prépare avec une extrême bienveillance, y compris pour les élèves" a déclaré Jean-Michel Blanquer sur RTL ce 1er avril.

Covid à l'université : quelles aides pour les étudiants ? 

Repas à un euro, chèques psychologique, aide à l'emploi... Le gouvernement a mis en place certaines aides pour venir en aide à la jeunesse touchée par la crise sanitaire. Quant aux concours prévus en mai dans l'enseignement supérieur, ils restent maintenus. "Pour les élèves de l'enseignement supérieur, les règles qui prévoient un enseignement en distanciel seront maintenues, sans remettre en cause la possibilité de pouvoir revenir une journée par semaine en présentiel dans des conditions strictes. Les concours prévus au cours des quatre prochaines semaines seront maintenus et leurs conditions d'organisation adaptées. Les examens qui ne peuvent se faire en distanciel, seront en revanche reportés autant que possible sur le mois de mai." a déclaré Jean Castex à l'Assemblée nationale ce 1er avril.

Ce 17 février, le porte-parole du gouvernement a rappelé qu'aucun étudiant ne serait laissé pour compte et livré à lui-même. Il a précisé que près de 1,3 million de repas à un euro ont été servis dans les 500 points de restauration en France durant les trois premières semaines, pour venir en aide aux étudiants touchés par la crise sanitaire. En ce qui concerne le mal-être des jeunes, Gabriel Attal a ajouté que les chèques psychologiques mis en place et les autres mesures "doivent maintenant s'appliquer partout sur le territoire en faveur des étudiants". Des aides pour l'emploi des jeunes sont également mises en place.