Une charte d'engagements pour des jouets mixtes

Le gouvernement vient de signer l'édition 2020 de la charte d'engagements volontaires pour une représentation mixte des jouets. Voici ce qui va changer pour les acteurs du secteur du jouet.

Une charte d'engagements pour des jouets mixtes
© Famveldman-123rf

[Mise à jour du 24 septembre à 15h10]. Dès la naissance d'un enfant, les stéréotypes vont bon train : du rose pour les petites filles et du bleu pour les garçons. De la layette aux articles de puériculture en passant par les doudous, les vêtements pour enfants et les jouets... Les marques de la petite enfance étaient jusqu'à présent assez rares à proposer aux parents des modèles mixtes. Mais ce sont les catalogues de jouets destinés aux enfants et les rayons des grands magasins qui usent le plus souvent de ces stéréotypes, désormais ancrés dans nos mentalités. 

Une charte d'engagements signée pour une représentation mixte des jouets

Un an après la signature de la première charte, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie, Élisabeth Moreno, ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, et Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de l'Enfance et des Familles, signent ce jeudi l'édition 2020 de la charte d'engagements volontaires pour une représentation mixte des jouets. L'objectif ? Présenter les principales avancées de l'année écoulée et s'engager avec les principaux acteurs du jouet, notamment avec : 

  • La réalisation d'un guide pratique à destination des professionnels du secteur, qui traite de la conception des produits, des catalogues, mais aussi du rayonnage et de l'organisation des sites marchands.
  • L'élaboration d'un module de formation à destination des vendeurs, afin de conseiller les acheteurs en fonction de l'âge de l'enfant ou de ses centres d'intérêt, plutôt qu'en fonction de son genre. 

Et ce n'est pas tout : le commerce coopératif, les sites de vente en ligne, rejoignent eux aussi cette démarche pour lutter contre les stéréotypes de genre et promouvoir la représentation mixte des jouets. "Les acteurs de la petite enfance et de l'accompagnement à la parentalité adhèrent également à l'initiative pour sensibiliser et former les professionnels de la petite enfance à ces questions cruciales que sont la mixité et l'égalité femmes-hommes" précise le gouvernement dans un communiqué du 24 septembre. 

Concrètement, à quoi s'engagent les acteurs du secteur du jouet ?

Par cette charte d'engagements, les professionnels du jouet s'engagent à :

  • développer des jouets qui ne véhiculent pas de stéréotypes,
  • à promouvoir de manière large les jeux scientifiques avec la création d'un label "Sciences, Technologie, Ingénierie, Maths" - STIM,
  • à proposer des visuels neutres ou mixtes,
  • à supprimer la catégorisation filles/garçons dans les catalogues ou sur leur site en ligne
  • à former leurs personnels de vente.

Les jouets scientifiques encore réservés aux garçons ?

Sans surprise, "la segmentation par genre dans la représentation des jouets, en particulier ceux à connotation scientifique, reste encore trop souvent présente", notait le ministère l'an dernier. "Cette séparation des univers filles/garçons, notamment par des pages ou des rayons séparés, l'utilisation de codes couleurs ou bien d'autres indices de cloisonnement (par exemple les représentations d'enfants utilisant les jouets), se matérialise sur les produits eux-mêmes, les sites internet, les catalogues, publicités et dans les rayons des magasins". En outre, ces stéréotypes ont pour effet d'exclure les filles des jouets à dominante scientifique, et ne favorisent pas non plus leur identification aux études ou aux carrières scientifiques. 

Les jouets genrés, un moyen de vendre plus ?

Le marketing genré était jusqu'à présent un concept réfléchi ! Une manière pour les fabricants et les marques de jouets de vendre plus. En effet, lorsqu'un parent achète un vélo ou une trottinette rose pour leur aînée à l'effigie de Dora ou de la Reine des Neiges, il y a peu de chance pour que le petit frère accepte de l'utiliser à son tour en grandissant. Etant conditionné par l'image que lui renvoie la société de consommation, ce dernier souhaitera forcément un vélo ou des jouets bleus, avec ses héros préférés. Résultat : les parents dépensent deux fois plus. D'autant qu'un vélo, une trottinette et de nombreux autres jouets pour enfants représentent un budget important pour les familles. Elles ont donc deux possibilités : investir dans un vélo neutre (au cas où un enfant de sexe différent rejoindrait la famille dans quelques années), ou acheter deux vélos, même si le premier est toujours en bon état. Par conséquent, si cette stratégie marketing fait vendre et que les stéréotypes arrangent bien les marques et fabricants de jouets, il n'était jusqu'alors pas simple de faire évoluer les choses...