Il frappe, il tape : que faire ?

Lorsqu'ils n'obtiennent pas ce qu'ils veulent, les enfants peuvent parfois se montrer agressifs, jusqu'à en venir aux mains. Comment réagir ? Explications de Patricia Chalon, psychologue.

Il frappe, il tape : que faire ?
©  © Luis Louro

La maîtresse de votre enfant vous a contacté une nouvelle fois pour vous dire que Louis s'était encore bagarré avec ses copains ; une maman de crèche se plaint que votre enfant a mordu le sien ; ou vous vous sentez tout simplement désarmé(e) lorsque votre petit de 3 ans lève la main sur vous... Il arrive parfois que les enfants se mettent à frapper leur entourage, qu'il s'agisse de leur parents, de leur(s) frère(s) et soeur(s) ou de leurs camarades de classe. Mais pourquoi sont-ils agressifs ? Comment réagir et faire comprendre à son enfant qu'on ne tape pas les autres ? Patricia Chalon, psychologue et psychothérapeute, auteure du livre "Mon enfant tape. Que dire, que faire, comment réagir ?" aux éditions Eyrolles, conseille les parents confrontés à cette situation et répond à nos questions.

Pourquoi mon enfant tape-t-il ?

"Dès le plus jeune âge, les enfants cherchent à entrer en communication avec les autres. Par exemple, les bébés qui ne parlent pas encore auront tendance à mordre à la moindre contrariété pour se faire comprendre", explique Patricia Chalon. Par la suite, les enfants testent les limites des adultes en faisant un caprice ou en frappant s'il n'obtiennent pas ce qu'ils désirent. Vers 3 ou 4 ans, même s'ils savent s'exprimer, ils peuvent avoir le sentiment de ne pas être pris en considération. Cette fois, pour se faire comprendre, l'enfant attirera l'attention en tapant. Exemple : un petit garçon pose une question à sa maman. Celle-ci, préoccupée par autre chose, ne lui répond pas tout de suite. Réaction immédiate de l'enfant : il la tape. "L'enfant apprend à gérer ses émotions grâce à l'interaction avec son entourage, décrypte la psychologue. Aussi, même si on ne peut lui répondre tout de suite, il faut lui faire comprendre qu'on a bien entendu sa demande et qu'on lui répondra dès qu'on aura terminé, plutôt que de l'ignorer."

Comment réagir ?

"Etre ferme dès le départ est essentiel" © Fotolia

Il faut être ferme dès le départ. Dire NON et arrêter sa main chaque fois qu'il tente de frapper sa maman, en lui expliquant fermement qu'on ne tape pas les autres. Rien ne sert non plus de frapper en retour pour lui montrer combien cela est douloureux. Cette réaction inapropriée ne ferait que lui montrer le mauvais exemple. "Il faut tout simplement instaurer des règles et des cadres stricts, qui finalement, rassurent les enfants et les sécurisent car ils savent désormais jusqu'où ils peuvent aller". Il arrive aussi parfois de voir un tout-petit taper des pieds, se rouler par terre, hurler, voire frapper lorsqu'on lui refuse quelque chose. L'erreur à ne pas faire : craquer et céder à ses caprices. "En agissant ainsi, vous faites comprendre à votre enfant qu'il lui suffit d'aller suffisamment loin pour obtenir ce qu'il veut", prévient Patricia Chalon.

Néanmoins, si vous lui dites "non" pour une sucette dans un magasin ou tout autre chose à la maison, "il faut impérativement que votre refus soit justifié et lui expliquer les raisons de votre décision", précise-t-elle. En effet, "chez l'enfant, la notion de justice est importante".  On ne peut lui refuser une chose, sans raison alors qu'on le lui avait accordée la veille. "Restez donc ferme, mais logique et cohérent(e)", conseille la psychologue. Par ailleurs, "il faut que l'enfant puisse distinguer les "non" qui sont négociables ("je voudrais mettre mon manteau rouge", "je veux deux bonbons"...), de ceux indiscutables (ne pas toucher les prises, se brosser les dents...)". Mais que les parents se rassurent, "la vie d'un enfant est faite d'apprentissages et même s'il leur arrive de taper, ils apprennent peu à peu qu'il y a d'autres manières de se faire comprendre et de communiquer", ajoute Patricia Chalon.

Et s'il tape à l'école ?

Les enfants peuvent vite en venir aux mains dans les cours de récréation, parce qu'un élève n'a pas voulu prêter son ballon, parce qu'un autre lui a mal parlé ou parce qu'ils se sont disputés mais ne sont pas parvenus à s'entendre et à s'expliquer. "En cas d'agressivité à l'école, c'est de la responsabilité des adultes de réguler ces problèmes". Par ailleurs, "il est important qu'il y ait un socle commun entre les parents et les enseignants et que chacun d'entre eux tiennent le même discours quant aux règles à respecter à l'école", explique la psychologue. Aussi, si votre enfant se fait frapper, vous devez lui apprendre à avoir le réflexe de se référer à son enseignant. S'il frappe, votre rôle sera aussi de comprendre les raisons de ses actes en lui apprenant à communiquer autrement et en lui faisant prendre conscience que ce qu'il a fait est mal afin qu'il ne reproduise pas ces gestes.

Quand faut-il s'inquiéter ?

Que faire si mon enfant frappe son entourage de manière récurrente ? Si ce n'est pas la première fois que votre enfant tape autour de lui, "il faut chercher à comprendre ce qui a pu se produire dans sa vie. Un enfant ne devient pas agressif sans aucune raison : il peut s'agir d'un déménagement, d'un divorce, d'un harcèlement à l'école, d'échec scolaire, de mauvaise estime de soi, ou encore de l'arrivée d'un petit frère ou d'une petite soeur", explique la spécialiste, qui conseille aux parents de ne pas hésiter à consulter un psychologue. Ce dernier pourra alors définir les raisons de son agressivité et en quelques séances, faire en sorte que les mots remplacent les actes violents. 

Lire aussi