Ecole Covid : bac, protocole, masque

Chargement de votre vidéo
"Ecole Covid : bac, protocole, masque"

Le baccalauréat a débuté ce mercredi pour les élèves du bac pro, et ce jeudi 17 juin pour les lycéens du baccalauréat général et technologique, avec l'épreuve de philosophie. L'obligation du port du masque en extérieur est levée à compter de jeudi, y compris dans les cours de récréation.

[Mise à jour du 16 juin à 15h16]. Les lycéens s'apprêtent à passer les épreuves du baccalauréat, aménagées cette année. Le port du masque en extérieur n'est plus obligatoire à compter de ce jeudi 17 juin, excepté dans les cours de récréation. Jean Castex a également annoncé la fin du couvre-feu ce dimanche 20 juin, au lieu du 30 juin. Rappelons que les adolescents peuvent se faire vacciner depuis ce 15 juin, sur la base du volontariat, avec le vaccin Pfizer et l'accord des deux parents. Pour la rentrée de septembre, un nouveau protocole sanitaire est attendu pour les élèves. On fait le point sur les dernières actualités qui concernent les élèves, de la maternelle à la Terminale.

Les dernières actualités sur le Covid à l'école

  • Fin de l'obligation du port du masque en extérieur y compris à la récré. Ce mercredi 16 juin, Jean Castex a annoncé la levée de l'obligation du port du masque en extérieur dès ce jeudi 17 juin ainsi que la fin du couvre-feu ce dimanche 20 juin. Cette mesure concerne aussi les élèves dans les cours de récréation, suite à un avis favorable de la Haute Autorité de Santé, précise France Télévisions.
  • L'Education Nationale encourage les professeurs à évoquer la vaccination à l'école. Afin de préparer l'entrée en vigueur de la vaccination des adolescents, le ministère de l'Education nationale a mis au point un guide réservé aux professeurs "pour débattre avec les élèves sur la question de la vaccination." "Elle est une opportunité d'aborder le sujet de la vaccination en général et de permettre aux élèves de se construire par eux-mêmes une opinion éclairée sur ses avantages et ses inconvénients", précisent les services du ministère selon BFM TV. Les professeurs peuvent s'appuyer sur 8 cartes qui correspondent à un personnage historique ou non, catalogués comme "Sans états d'âme" ou "Avec des états d'âme": on trouve parmi eux Aristote, un statisticien, une jeune femme non-vaccinée, une personne anti-vaccin. Les enseignants peuvent reprendre leurs arguments afin de souligner leurs forces et leurs faiblesses et permettre aux adolescents de développer leur propre avis. Dans un second document, le ministère donne l'exemple d'un débat si l'enseignant décide de s'attarder sur le sujet. Contacté par BFMTV.com, le ministère de l'Éducation a assuré que cette sensibilisation ne prendrait pas la forme d'un cours et ne serait donc pas obligatoire.
  • L'accord des deux parents pour la vaccination des ados. Dès ce 15 juin, les adolescents de 12 à 18 ans peuvent se faire vacciner contre la Covid-19, sur la base du volontariat, avec l'accord des deux parents. Il s'agira du vaccin Pfizer qui sera injecté dans des centres de vaccination. Par ailleurs, si un seul des deux parents est présent lors de la vaccination, celui-ci s'engage sur l'honneur à ce que l'autre parent ait donné son autorisation. "Toute déclaration ou information qui s'avèrerait erronée ultérieurement engage sa seule responsabilité", précise le document. Télécharger l'autorisation parentale pour la vaccination de 12-18 ans.
  • Les ados seront-ils vaccinés dans les écoles ? Le Pr Alain Fischer souhaiterait que cette vaccination ait lieu dans le cadre scolaire. "J'aimerais beaucoup que l'école participe. Pas en demandant aux enseignants de vacciner. Ni même aux médecins et infirmiers scolaires, pas assez nombreux. Mais en ouvrant des vacations pour vacciner aux médecins et infirmiers libéraux dans les établissements scolaires et universités", a expliqué ce 7 juin, dans Le Parisien, le professeur d'immunologie. Interrogé sur la vaccination des jeunes à l'école, Jean-Michel Blanquer a précisé sur BFMTV que la HAS a recommandé la vaccination aux jeunes de 12 à 17 ans "ayant des facteurs de comorbidité, ainsi que ceux qui ont des proches chez eux qui ont des facteurs de vulnérabilité." La Haute Autorité de Santé a tout de même précisé que "la vaccination en milieu scolaire pourra aider au succès de la campagne vaccinale chez les adolescents" et "qu'il est important d'envisager, pour renforcer les effectifs limités de la médecine scolaire, de mobiliser des équipes mobiles extérieures". Le ministre rappelle par ailleurs que le calendrier scolaire ne permet pas d'assurer la vaccination des ados en milieu scolaire puisque les vacances d'été débutent le 7 juillet. "On est à deux mois et demi avant la rentrée scolaire donc ce n'est pas forcément en milieu scolaire que la vaccination a vocation à se faire mais dans les centres de vaccination, avec des personnels de santé, les médecins, les pharmaciens".
  • Un cluster au variant indien dans une école de Strasbourg. Ce 12 juin, quatre cas positifs au variant indien ont été identifié et 43 cas contacts sont "en cours d'investigation", dans une école d'art de Strasbourg (la Haute école des arts du Rhin). L'Agence régionale de Santé (ARS) du Grand Est a annoncé un "plan d'action immédiat".
  • Un nouveau protocole sanitaire pour la rentrée de septembre. Jean-Michel Blanquer s'est exprimé concernant la fin éventuelle du port du masque pour les élèves. "C'est au mois d'août qu'on prendra les décisions, quand on sera au plus près de la réalité" a expliqué le ministre de l'Education nationale ce 28 mai sur Europe 1. Il a également indiqué qu'un premier protocole sanitaire sera publié en juillet.
  • Quels aménagements pour le bac ? Jean-Michel Blanquer a annoncé quelques aménagements pour les épreuves de philosophie, du Grand oral et du bac français. Ainsi, la meilleure note entre les épreuves de philosophie et celles du contrôle continu sera retenue. Pour le Grand oral, les lycéens pourront présenter un message de leur enseignant précisant les parties du programme n'ayant pas pu être étudiées afin de ne pas être interrogé sur cette thématique. Pendant les 20 minutes de préparation, les élèves pourront prendre des notes et s'en servir durant l'épreuve. Enfin, pour les élèves de français qui passent l'oral de français, deux textes seront sélectionnés sur les 14 textes par le professeur, et l'élève pourra choisir celui qu'il souhaite traiter. En savoir plus sur les aménagements du baccalauréat.
  • Un forfait psy pour les enfants. Ce 14 avril, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'un forfait psy, avec dix séances prépayées pour les enfants âgés de 3 à 17 ans, affectés par la crise sanitaire. Ce dispositif sera opérationnel à la fin du mois de mai. Pour y avoir droit,  l'enfant doit bénéficier d'une ordonnance avant le 31 octobre 2021 et les séances de suivi chez le psy devront ensuite être réalisées avant le 31 janvier 2022.

Protocole sanitaire à l'école et à la cantine : quelles mesures ?

Le protocole sanitaire à l'école prévoit la fermeture d'une classe dès qu'un élève est déclaré positif au coronavirus (au lieu de trois cas). "Si la situation s'améliore, nous pourrions (...) envisager de fermer de nouveau les classes à partir de trois cas, ou, peut-être, de rétablir les classes entières pour tous", a précisé le ministre de l'Education nationale. A la cantine, le protocole recommande une limitation du brassage des élèves : ceux d'une même classe déjeunent ensemble avec une distance de deux mètres. Les repas peuvent s'organiser en extérieur ou dans un gymnase, et des plats à emporter peuvent être proposés. Port du masque dès 6 ans, gestes barrières renforcés, aération toutes les heures, capteurs de CO2 et purificateurs d'air, activités physiques et sportives en plein air sont recommandés. 

Baccalauréat 2021, brevet et BTS

Baccalauréat et Covid : les épreuves maintenues. "L'objectif est de maintenir autant que possible les examens finaux tels qu'ils sont prévus aujourd'hui, notamment l'épreuve écrite de philo en juin et le grand oral du baccalauréat. Tout cela se prépare avec une extrême bienveillance, y compris pour les élèves" a déclaré Jean-Michel Blanquer sur RTL ce 1er avril. Des aménagements sont néanmoins prévus pour les épreuves écrites et orales.

Les épreuves de BTS adaptées : dans un communiqué du 16 avril, les ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur précisent que les épreuves de BTS seront adaptées pour tenir compte de la situation sanitaire. "A titre exceptionnel, une session de rattrapage pour l'année en cours" sera ouverte "à destination de l'ensemble des candidats qui n'auraient pas pu valider leur diplôme". Quant aux stages de fin de BTS, ils seront plus flexibles pour permettre aux étudiants de mieux apprendre sur le terrain. Ils pourront par exemple être fragmentés et des mises en situation professionnelles pourront être organisées dans l'établissement de formation. 

Masque à l'école : quels masques pour les enfants ?

Le masque à l'école est obligatoire pour les enfants dès l'âge de 6 ans et pour le personnel de l'Education nationale. Suite à l'apparition de variants, seuls les masques "grand public' de catégorie 1 sont autorisés. 

Quels risques de contamination à l'école ?

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche ce 2 mai, Jean-Michel Blanquer précise que l'école est "loin d'être le facteur principal" dans les risques de contamination des élèves. "Il faut arrêter d'être obnubilé par le rôle de l'école dans les contaminations" a-t-il précisé.

Covid à l'université : retour en présentiel à 100% en septembre

Ce 27 avril, la ministre de l'Enseignement supérieur a voulu se montrer optimiste concernant la rentrée de septembre des étudiants. "On prépare une rentrée 100% en présentiel" a indiqué, sur France Inter, Frédérique Vidal qui a ajouté qu'une "solution de repli à demi-jauges" était prévue. La ministre a aussi confié que "le passage à une jauge à 50% dans les semaines qui viennent" allait "permettre de tester les protocoles et de voir comment vont se mettre en place les possibilités d'autotests pour les étudiants". Deux jours plus tôt, elle avait aussi annoncé dans 20 minutes que les examens terminaux dans les universités, suspendus jusqu'alors, allaient de nouveau être organisés "à compter du 3 mai". Ils auront lieu "en présentiel, à distance ou via la remise d'un rapport" en fonction des établissements. Repas à un euro, chèques psy, aide à l'emploi... Le gouvernement a mis en place certaines aides pour venir en aide à la jeunesse touchée par la crise sanitaire.

Ce 17 février, le porte-parole du gouvernement a rappelé qu'aucun étudiant ne serait laissé pour compte et livré à lui-même. Il a précisé que près de 1,3 million de repas à un euro ont été servis dans les 500 points de restauration en France durant les trois premières semaines, pour venir en aide aux étudiants touchés par la crise sanitaire. En ce qui concerne le mal-être des jeunes, Gabriel Attal a ajouté que les chèques psychologiques mis en place et les autres mesures "doivent maintenant s'appliquer partout sur le territoire en faveur des étudiants". Des aides pour l'emploi des jeunes sont également mises en place.