Certaines lingettes pour bébés déconseillées avant 3 ans !

Les produits cosmétiques contenant du phénoxyéthanol ne doivent pas être utilisés sur les fesses des enfants âgés de 3 ans ou moins. C'est le cas de certaines lingettes utilisées pour le change de bébé. L'ANSM demande un étiquetage de ces produits dans un délai de 9 mois.

Certaines lingettes pour bébés déconseillées avant 3 ans !
© melpomen-123rf

Le Phénoxyéthanol est pointé du doigt depuis plusieurs années. En 2012, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait déjà jugé ce conservateur toxique pour la reproduction et le développement, et recommandait de ne pas en utiliser dans les cosmétiques destinés au siège des bébés comme les lingettes par exemple (compte tenu de l'utilisation régulière de ces produits), et à hauteur de 0,4 % maximum dans les autres cosmétiques pour enfants de moins de trois ans. Néanmoins, le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (SCCS) a rendu un avis en 2016 précisant que le phénoxyéthanol utilisé à 1% dans les produits cosmétiques était sûr pour la santé, quel que soit le groupe d'âge. Alors, faut-il maintenir les précédentes recommandations de l'ANSM ou les produits pour bébés sont-ils sans risque ?

Un étiquetage sur l'emballage des produits

Suite à de nouvelles investigations de l'Agence nationale, les experts ont finalement conclu que "la recommandation de 2012 pour la non-utilisation du phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques destinés au siège doit être maintenue. Il est souhaitable de l'élargir aux lingettes, qui sont très habituellement utilisées pour nettoyer le siège des jeunes enfants. Dans tous les autres produits cosmétiques destinés aux enfants de 3 ans ou moins, la concentration maximale de phénoxyéthanol pourrait rester à 1% ", précise l'ANSM dans un communiqué du 20 mars 2019. Par conséquent, elle demande aux fabricants de "faire figurer sur l'étiquetage des produits cosmétiques dits "non rincés" contenant l'agent conservateur phénoxyéthanol qu'ils ne peuvent pas être utilisés sur les fesses des enfants de 3 ans ou moins", et ce dans un délai de 9 mois. Les lingettes utilisées pour le change de bébé sont principalement concernées, tout comme les crèmes, les laits ou encore certains lotions qui ne nécessitent pas d'être rincés à l'eau. Pour les autres produits destinés aux tout-petits de moins de 3 ans, "la concentration de 1% en phénoxyéthanol est applicable", précise le communiqué. Pour l'heure, la Commission européenne doit à son tour prendre une décision concernant l'exposition au phénoxyéthanol.

Quels produits peuvent contenir du phénoxyéthanol ?

En 2017, l'UFC-Que Choisir avait avait dressé une liste des cosmétiques pour bébés à éviter. On retrouvait notamment du phénoxyéthanol dans de nombreux produits tels que la crème pour le change Mixa bébé, les cold cream Avène et Klorane, les lingettes Baby Soft & Cream de Nivea, le papier toilette imprégné Kandoo et Kandoo Sensitive de Pampers, le lait de toilette 2 en 1 Poupina, le lait pour le corps ultra hydratant Topicrem, et bien d'autres. "Nous pouvons en outre déplorer que les produits continuent à utiliser des mentions faussement rassurantes, telles que hypoallergénique ou sans parabènes", avait déclaré l'UFC-Que Choisir. Si l'association notait quelques améliorations par les industriels un an après sa première étude, comme les lingettes Pampers et à l'eau nettoyante pour bébé 'Pédiatril' d'Avène, exemptes de phenoxyethanol. ces changements de formules restent malheureusement bien rares. Dans un communiqué du 22 mars, le magazine 60 millions de consommateurs a établi une liste de produits sans rinçage qui contiennent toujours du phénoxyéthanol. Les marques Nivea Baby, Lidl et Mixa bébé sont concernées : 

Nivea Baby

Crème Hydratante Visage & Corps

Crème Soft Hydratante

Lait de Toilette et Lait de Toilette Hydratant

Lingettes Soft & Cream

Lupilu (Lidl)

Lingettes pour bébé Sensitive

Lingettes pour bébé Confort

Mixa bébé Lingettes ultra-douces au lait de toilette