Pourquoi les femmes font-elles moins d'enfants ?

En 2018, 758 000 bébés sont nés en France, soit 12 000 de moins qu'en 2017 et l'on compte en moyenne 1,87 enfant par femme. Cela fait quatre ans que le nombre de naissances diminue en France, selon les derniers chiffres de l'Insee. Comment expliquer cette baisse ? Explications.

Pourquoi les femmes font-elles moins d'enfants ?
© 35403202_xxl_123rf_subbotina

En 2018, 758 000 bébés sont nés en France, soit 12 000 naissances de moins qu'en 2017, qui comptait aussi 14 000 bébés de moins que l'année précédente. En effet, le nombre de naissance baisse chaque année depuis quatre ans, précise le bulletin démographique 2018 de l'Insee publié ce mardi 15 janvier 2019. Cette baisse continue pourrait s'expliquer par une diminution du nombre de femmes en âge de procréer (entre 20 et 40 ans), de moins en moins nombreuses depuis le milieu des années 1990. "Elles sont 8,4 millions en 2018, contre 8,8 millions en 2008 et 9,1 millions en 1998. Leur fécondité diminue aussi, et reste en 2018 le principal facteur expliquant la diminution du nombre des naissances", précise le rapport.

Qu'est-ce que le taux de fécondité ? 

Pour calculer le taux de fécondité, l'Insee prend en compte un âge donné ou une tranche d'âge afin de définir le nombre d'enfants par femme au cours de l'année. Ce chiffre est alors rapporté à la population moyenne de l'année des femmes du même âge.

En 2018, l'indicateur conjoncturel de fécondité s'élève à 1,87 enfant par femme, contre 1,90 en 2017, alors qu'il restait stable entre 2006 et 2014, aux alentours de 2 enfants par femme.

A quel âge les femmes ont-elles des enfants ?

Si les femmes font de moins en moins d'enfants, elles deviennent également mères de plus en plus tard. En moyenne, les femmes ont 30,6 ans à la naissance de leur premier enfant en 2018, alors que l'âge moyen à la maternité était de 29,8 ans en 2008. Par ailleurs, les femmes les plus fécondes sont âgées de 25 à 34 ans. "Toutefois, le taux de fécondité des femmes de 25 à 29 ans baisse depuis les années 2000 et cette diminution s'accélère depuis 2015. En 2000, 100 femmes de ces âges donnaient naissance à 13,4 enfants ; elles n'en ont plus que 11 en 2018. La baisse du taux de fécondité des femmes de 30 à 34 ans est plus récente. Leur taux passe de 13,3 enfants pour 100 femmes en 2010 à 12,7 en 2018", souligne l'Insee.

La France, championne de la fécondité en 2016

La France a pourtant connu ses heures de gloire il y a quelques années. Avec 1,92 enfant par femme en 2016, l'hexagone était le pays de l'Union Européenne dont la fécondité était la plus élevée. Les années précédentes également, entre 2000 et 2015, la France et l'Irlande accueillaient le plus de bébés. Mais à partir de 2016, la Suède (ICF de 1,85) dépasse l'Irlande (1,81), tandis que les pays du sud de l'Europe sont moins féconds. Enfin, les pays de l'UE dont la fécondité est la plus faible sont l'Italie (1,34), l'Espagne (1,34), le Portugal (1,36), Chypre (1,37), Malte (1,37) et la Grèce (1,38).

Lire aussi