Les femmes qui ne travaillent pas ont plus d'enfants que les cadres

Depuis quatre ans, le nombre de naissances diminue chaque année en France. De 1,91 enfant par femme en 2016, le taux de natalité est descendu à 1,87 en 2018. Selon un nouveau rapport de l'Insee, les femmes ne sont pas égales face à la fécondité, en fonction de leur âge et de leur profession.

Les femmes qui ne travaillent pas ont plus d'enfants que les cadres
© dolgachov

En 2018, 758 000 bébés sont nés en France, soit 12 000 naissances de moins qu'en 2017, qui comptait aussi 14 000 bébés de moins que l'année précédente. En effet, le nombre de naissance baisse chaque année depuis quatre ans, précise le bulletin démographique 2018 de l'Insee publié en janvier 2019. Cette baisse continue pourrait s'expliquer par une diminution du nombre de femmes en âge de procréer (entre 20 et 40 ans), de moins en moins nombreuses depuis le milieu des années 1990. "Elles sont 8,4 millions en 2018, contre 8,8 millions en 2008 et 9,1 millions en 1998. Leur fécondité diminue aussi, et reste en 2018 le principal facteur expliquant la diminution du nombre des naissances", précise le rapport. Pour aller plus loin, l'Insee publie ce 27 août un nouveau rapport qui s'intéresse cette fois-ci à la fécondité des femmes en France en fonction de leur catégorie socio-professionnelle.

Les femmes cadres ont moins d'enfants 

Le rapport de l'Insee met en lumière des disparités évidentes entre les employées et les cadres. Plus les femmes appartiennent à une catégorie socio-professionnelle élevée, moins elles ont d'enfants. Pour l'année 2016, les femmes les plus fécondes sont les femmes qui n'ont jamais travaillé et qui ont eu en moyenne 2,57 enfants. Parmi les femmes qui exercent une activité, on observe des différences significatives. Les employées ont eu en moyenne 1,91 enfant. On retrouve en deuxième position les ouvrières (1,76) puis les professions intermédiaires (1,75), les artisanes, les commerçantes et les cheffes d'entreprise avec 1,70 enfant par femme. Les cadres arrivent en queue de peloton avec le taux de fécondité le plus faible qui est d'en moyenne 1,64.  

Les femmes ont leurs enfants plus tard

L'analyse de l'Insee révèle également une autre donnée intéressante. En 2016, les mères les plus jeunes étaient les ouvrières et les employées qui ont eu leurs enfants à 30 ans en moyenne. Globalement, l'Insee montre qu'en 15 ans, l'âge moyen des mères a reculé, passant de 19,3 ans à 30,5 ans. Non seulement les femmes cadres ont moins d'enfant, mais elles les ont également plus tardivement puisque l'âge moyen lors de l'accouchement est de 33 ans."Ces différences sont en partie dues à la durée des études" note Fabienne Daguet, l'auteure de l'étude. Elle précise également que les cadres sont plus portées "à vouloir consolider leur situation professionnelle avant de se mettre en couple pour fonder une famille ". Par ailleurs, même en couple, les femmes cadres ont de toute façon moins d'enfants avant l'âge de 30 ans. 

Qu'est-ce que le taux de fécondité ? 

Pour calculer le taux de fécondité, l'Insee prend en compte un âge donné ou une tranche d'âge afin de définir le nombre d'enfants par femme au cours de l'année. Ce chiffre est alors rapporté à la population moyenne de l'année des femmes du même âge.

En 2018, l'indicateur conjoncturel de fécondité s'élève à 1,87 enfant par femme, contre 1,90 en 2017, alors qu'il restait stable entre 2006 et 2014, aux alentours de 2 enfants par femme.

Fécondité masculine : qu'en est-il des hommes ?

Ce nouveau rapport de l'Insee s'intéresse également à la fécondité masculine. En 2016, les hommes les plus féconds sont les agriculteurs et les artisans, commerçants ou chefs d'entreprise (2,1 enfants par homme), et les ouvriers (2). Confirmant les données relevées pour les  femmes, les cadres ont également moins d'enfants (1,9). L'étude montre en revanche que ce sont les hommes qui n'ont jamais travaillé qui ont le plus faible taux de fécondité, contrairement aux femmes. 

La France, championne de la fécondité en 2016

La France a pourtant connu ses heures de gloire il y a quelques années. Avec 1,92 enfant par femme en 2016, l'hexagone était le pays de l'Union Européenne dont la fécondité était la plus élevée. Les années précédentes également, entre 2000 et 2015, la France et l'Irlande accueillaient le plus de bébés. Mais à partir de 2016, la Suède (ICF de 1,85) dépasse l'Irlande (1,81), tandis que les pays du sud de l'Europe sont moins féconds. Enfin, les pays de l'UE dont la fécondité est la plus faible sont l'Italie (1,34), l'Espagne (1,34), le Portugal (1,36), Chypre (1,37), Malte (1,37) et la Grèce (1,38).

Les femmes qui ne travaillent pas ont plus d'enfants que les cadres
Les femmes qui ne travaillent pas ont plus d'enfants que les cadres

Sommaire Taux de fécondité définition Les femmes cadres ont moins d'enfants L'âge maternel Fécondité masculine La France et les pays de l'UE En 2018, 758 000 bébés sont nés en France , soit 12 000 naissances de...