Qu'est-ce qui change pour les parents en 2019 ?

De nombreuses mesures deviennent officielles dès janvier 2019. Congé maternité, éducation, allocations... On fait le point sur ce qui attend les futurs et jeunes parents cette année.

Qu'est-ce qui change pour les parents en 2019 ?
© lanak-123rf

Le début d'année est souvent source de bonnes résolutions pour les parents, mais aussi de changements, avec toutes ces nouvelles mesures annoncées, dont certaines entrent en vigueur au 1er janvier 2019. Ce 3 décembre, le parlement a adopté le projet de loi budgétaire de la Sécurité sociale. Pour vous aider à y voir plus clair et éviter les mauvaises surprises, on fait le point sur les nouveautés qui devraient changer le quotidien des futurs et jeunes parents. 

Allocations familiales : une faible revalorisation

En 2019 et en 2020, les allocations familiales (comprenant notamment la Paje, l'allocation de rentrée scolaire, la prime à la naissance, etc.), ainsi que les aides personnalisées au logement (APL) n'augmenteront que de 0,3%, soit moins que l'inflation. Néanmoins, la prime d'activité augmentera courant avril, avec un bonus calculé en fonction de la situation et des revenus du bénéficiaire, et au 1er novembre, l'allocation adulte handicapé augmentera de 40 euros.

Un congé maternité plus long

En 2019, les travailleuses indépendantes auront désormais le droit à la même durée de congé maternité que les salariées, soit entre 8 et 16 semaines (au lieu de 6 à 11 semaines). Les agricultrices pourront également bénéficier d'une aide du gouvernement. 

L'allongement du congé paternité

Les pères dont les nouveau-nés sont hospitalisés, comme c'est le cas par exemple pour les bébés nés prématurément, verront la durée de leur congé paternité allongée. Rappelons qu'actuellement, les pères de famille bénéficient de 11 jours de congé paternité et de 3 jours de congé de naissance, et ne peuvent par conséquent rester auprès de leur enfant en cas d'hospitalisation prolongée. Cet amendement gouvernemental devrait être définitivement adopté fin décembre 2018.

Une aide pour les parents d'enfants handicapés

Les gardes d'enfants réalisées à partir de novembre 2019 devraient être revalorisées de 30% pour les parents qui touchent une allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH). Et ce n'est pas tout : ce coup de pouce sera aussi valable pour les autres enfants de la fratrie. Le gouvernement a annoncé vouloir "prendre en compte non seulement la majoration du coût de l'accueil d'un enfant en situation de handicap, mais aussi les besoins de garde des autres enfants, qui peuvent également être majorés du fait de la maladie ou du handicap de leur frère ou sœur".

En 2020, le CMG versé jusqu'à l'école

Bonne nouvelle pour les parents qui ont recours à une assistante maternelle ou une nounou puisque l'aide à la garde d'enfant ne sera plus versée jusqu'au troisième anniversaire de l'enfant, mais jusqu'à son entrée à l'école maternelle. Car actuellement, le complément de libre choix du mode de garde est divisé par deux aux trois ans de l'enfant, mais les parents doivent continuer à rémunérer la nounou jusqu'à la rentrée scolaire. Un coup de pouce donc pour les familles dont est né avant septembre ! Cette mesure devrait être effective en janvier 2020. En savoir plus sur le complément de libre choix du mode de garde (CMG).

Des soins dentaires dès 3 ans

Côté santé, le budget 2019 de la Sécurité sociale prévoit, d'ici 2021 le remboursement intégral des complémentaires santé pour certaines prothèses dentaires et auditives ainsi que les lunettes. En outre, le programme M'T dents, réservé jusqu'à présent aux enfants âgés de 6 à 24 ans sera désormais ouvert aux petits dès 3 ans. Ces derniers pourront alors bénéficier de rendez-vous gratuit chez le dentiste et de soins, pour une meilleure prévention.

La fessée interdite en France

L'Assemblée nationale s'est prononcée le 30 novembre, en première lecture, contre la fessée. Ainsi, toute forme de violence (physique, verbales ou psychologique) envers les enfants pourrait définitivement être interdite en France dès 2019. Ce texte ne s'accompagne pas de sanction. Il a une valeur symbolique et vise à faire évoluer les mentalités. Il sera désormais lu au cours des mariages civils à la mairie, et inscrit sur le livret de famille. 

Et aussi :