Demain, à la télé : davantage de films de ciné... et de publicité

Du nouveau côté audiovisuel ! Le ministre de la Culture, Franck Riester a présenté les prochaines modifications concernant la publicité, les plateformes de streaming et la fusion CSA-Hadopi. Mise au clair.

Demain, à la télé : davantage de films de ciné... et de publicité
© Sergey Rasulov

Qui dit rentrée, dit changements ! Lors d'un déjeuner avec l'Association des Journalistes Médias ce mardi 3 septembre, Franck Riester a déclaré son intention de modifier quelques points de la réglementation sur l'audiovisuel datant de 1986, histoire de la remettre au goût du jour, c'est-à-dire à l'ère du numérique.
Toutes ces nouveautés seront proposées au prochain Conseil des Ministres, au mois de novembre et pourront être mises en vigueur dès le début de l'année 2020. 

  • Plus de films et de publicité à la télévision

Le ministre a annoncé que les chaînes de télévisions pourront bientôt proposer des films de cinéma plusieurs fois par semaine, à hauteur de 244 soirées cinéma par an. Une aubaine pour les grands patrons qui se frottent les mains, comme Nicolas de Tavernost, président du groupe M6 : "On a bataillé comme des chiens pour y arriver. Il a fallu quand même 40 ans".
Le revers de la médaille pour le téléspectateur sera la venue d'une 3e coupure publicitaire durant un programme d'1h30 et plus. A cela s'ajoute la possibilité pour les annonceurs de cibler leurs spots grâce à la géolocalisation ! "Mais les chaînes n'auront pas droit de donner d'adresse des magasins, pour ne pas perturber le modèle économique de la radio et de la presse", a expliqué Franck Riester. 
A noter que les publicités de films sur les chaînes de télévisions seront bientôt autorisées, à condition de respecter des quotas, le but étant de mettre en valeur les productions françaises

  • Concurrencer Netflix et consorts 

Les plateformes de streaming américaines (Amazon Prime Video, Netflix) sont un manque à gagner colossal pour le gouvernement, qui tente de rattraper son retard. Si Salto, site de vidéos à la demande 100% français est prévu pour le premier trimestre 2020, Franck Riester souhaite forcer les géants américains à investir au sein des productions françaises et européennes à hauteur de 16% de leur chiffre d'affaires. "Si elles échouent à respecter ces engagements, un arsenal de sanctions est prévu qui pourra aller jusqu'à une interdiction de diffuser leurs contenus en France", peut-on lire sur Dernières Nouvelles d'Alsace. 

  • Créer un garde-fou numérique 

Pour pallier le manque de sécurité sur les réseaux sociaux, il est prévu une fusion entre le CSA et Hadopi. Le rôle de ce gendarme du Net portera sur "la régulation des communications audiovisuelles et des communications numériques", selon 20 Minutes. 

  • L'audiovisuel public sous le même toit ?

Si le ministre de la Culture ne s'est pas étalé sur le sujet, sur lequel il fournira plus de détails prochainement, il a dit sa volonté de créer une "BBC à la française". Franck Riester a également indiqué que le passage de cette nouvelle loi sur l'audiovisuel entraînera la fin du choix des dirigeants de chaînes publiques par le CSA. Ce pouvoir reviendra aux conseils d'administration des dites chaînes. 

Demain, à la télé : davantage de films de ciné... et de publicité
Demain, à la télé : davantage de films de ciné... et de publicité

Qui dit rentrée, dit changements ! Lors d'un déjeuner avec l'Association des Journalistes Médias ce mardi 3 septembre, Franck Riester a déclaré son intention de modifier quelques points de la réglementation sur l'audiovisuel datant de 1986...