Stéphane Audran, actrice incandescente et muse de Chabrol

C'était il y a 3 ans. Stéphane Audran est décédée le 27 mars 2018 des suites d'une longue maladie. Née Colette Dacheville, épouse de Jean-Louis Trintignant, puis muse de Claude Chabrol, elle était âgée de 85 ans. Retour sur la vie d'une femme d'exception et les rôles qui ont fait d'elle une figure incontournable du cinéma français.

Stéphane Audran, actrice fétiche et ex-épouse de Claude Chabrol s'est éteinte le 27 mars 2018 des suites d'une maladie. Elle avait 85 ans. "Ma mère était souffrante depuis quelque temps. Elle a été hospitalisée une dizaine de jours et était revenue chez elle. Elle est partie paisiblement cette nuit vers 2 heures du matin", avait annoncé le fils de l'actrice, Thomas Chabrol. L'occasion de revenir sur la carrière d'une actrice sulfureuse.
Colette Suzanne Jeannine Dacheville voit le jour le 8 novembre 1932 à Versailles. Après ses études secondaires, elle commence à prendre des cours de comédie avant de faire sa première apparition en 1957 dans Le Jeu de la Nuit de Daniel Costelle. Quelques années plus tard, elle épouse Jean-Louis Trintignant en premières noces puis divorce pour se remarier avec Claude Chabrol en 1964. De cette union naît un fils, Thomas.

Plus d'un demi-siècle de carrière 

Après sa première apparition cinématographique à l'âge de 24 ans, Stéphane Audran multiplie les rôles.

Son charme séduit très rapidement Claude Chabrol, qui la fait tourner dans Les Cousins en 1959, Ce rôle marque le début d'une longue collaboration puisqu'elle jouera dans 31 de ses films.

Ainsi, elle interprète une vendeuse rêveuse dans Les Bonnes Femmes en 1960, l'amante d'un tueur dans Landru en 1962, une bourgeoise lesbienne dans Les Biches en 1968 ou encore une épouse adultère dans La Femme infidèle en 1968. Des rôles de séductrice qui collent à la peau d'une artiste élégante et sexy.

3 récompenses, 3 nominations

Stéphane Audran remporte en 1968 l'Ours d'Argent de la Meilleure Actrice dans le film Les Biches. En 1974, elle obtient sa deuxième récompense à l'international avec le BAFTA de la Meilleure Actrice pour son rôle dans Le Charme discret de la bourgeoisie, de Luis Buñuel. Elle remporte le César de la Meilleure Actrice dans un Second Rôle pour Violette Nozière, en 1979 puis sera nommée dans la même catégorie pour Coup de Torchon en 1982, Paradis pour tous en 1983 et Mortelle Randonnée en 1984.

En 1988, Le Festin de Babette reçoit l'Oscar du meilleur film étranger. 

Une position ambigüe sur l'IVG

Stéphane Audran signe en 1974 le Manifeste des 343 Salopes, déclaration féministe qui avait contribué à l'adoption de la loi Veil autorisant l'interruption volontaire de grossesse. D'autres personnalités de l'époque avaient fait de même comme Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, Catherine Deneuve, Marguerite Duras ou encore Jeanne Moreau.

Stéphane Audran a dû elle-même recourir à l'avortement et a dit regretter son geste sur le plateau de l'émission On n'est pas couché en avril 2009. Elle affirme alors: "C'est terrible de se faire avorter."

L'actrice souhaite qu'une aide alternative d'ordre matérielle soit créée pour les femmes confrontées à cette pratique.

Une fin de vie heureuse

Stéphane Audran laisse derrière elle, Thomas Chabrol, né en 1963 de son union avec l'emblématique cinéaste de la Nouvelle Vague.

En 2012, elle déclarait profiter de la vie et de sa famille, en vacances à Trouville-sur-Mer: "Je viens souvent avec mon fils et mon petit-fils, j'y apprécie la lumière, les amis, la proximité de Paris où je réside et les bonnes tables! Quel plaisir de se promener sur les planches et d'apprécier ce bon air marin."

Stéphane Audran apparaît pour la dernière fois à l'écran en 2013 dans le documentaire In Memoriam Bernadette Lafont, son amie proche, également actrice fétiche de Claude Chabrol.