Fétichiste du nombril, François, 33 ans, raconte son obsession sexuelle

Attiré par les nombrils féminins, qu'il aime regarder et toucher, François, 33 ans, prend également du plaisir en caressant son propre ombilic. Il se confie sur son fétichisme rare. Témoignage.

Fétichiste du nombril, François, 33 ans, raconte son obsession sexuelle
© 123RF

Est fétichiste sexuel celui qui voue une adoration particulière à une partie du corps capable alors de déclencher chez lui une forte excitation sexuelle à la vue ou au toucher. Le fétichisme le plus connu, peut-être aussi le plus répandu, concerne les pieds. Mais d'autres fétichismes existent, comme le fétichisme du nez, des aisselles, des épaules… ou encore du nombril, que l'on nomme ombiphilie. Un terme qui parle à François, 33 ans. Ce passionné de guitare et fan de Cabrel, agent de sécurité le jour et videur de discothèques la nuit, est attiré par les nombrils féminins depuis ses premiers émois. Il a accepté de partager avec nous les dessous de son penchant érotique...

"Au collège, à la piscine, j'étais hypnotisé par les nombrils des filles"

Je devais avoir 13 ou 14 ans quand je me suis aperçu que les nombrils féminins m'attiraient. Généralement, ça se passait à la piscine. Je voyais des filles en maillot et j'étais hypnotisé par leur nombril. Mon regard ne pouvait s'en détacher. Je ressentais une forme d'attirance sexuelle, moins prononcée qu'aujourd'hui. Avant tout, je crois qu'il s'agissait d'un sentiment d'admiration, le même que devant un beau tableau. Le soir, quand je rentrais chez moi, j'avais encore des images en tête et je me masturbais en pensant à ce que j'avais vu.

J'ai rapidement ressenti de la honte. Je me sentais différent des autres garçons, qui, quand ils parlaient de sexe à un âge où le sujet titille, évoquaient les fesses ou les seins des filles. Gêné, je ne disais rien, je n'en parlais pas autour de moi. C'est devenu un secret. Je me confiais seulement sur des forums car je cherchais à comprendre d'où tout ça venait. On me disait "Va te faire soigner", "T'es complètement malade" ou "T'es un pervers". Tout ça m'a marqué, j'ai encore du mal à en parler aujourd'hui, même si je l'assume davantage que par le passé.

"J'ai une nette préférence pour les nombrils creux"

J'aime le ventre des femmes, mais mon fantasme reste le nombril, même s'il ne s'agit pas de tous les nombrils. J'ai une nette préférence pour les nombrils creux, certainement parce que la langue rentre bien dedans, le doigt aussi, mon sperme aussi et je peux y frotter mon pénis. On peut comparer le nombril à un mini vagin, même si je n'ai jamais été dans l'optique de pénétrer un nombril. Les nombrils ressortis, à l'inverse, je ne peux rien faire avec, c'est comme avoir un fer à repasser sans planche à repasser. Sinon, tous les ventres me plaisent, même les ventres ronds. D'ailleurs, les ventres ronds accentuent le creux du nombril et ça me plait. Bien sûr, si le nombril d'une fille n'est pas à mon goût, ça ne m'empêche de faire l'amour avec elle. Seulement, je crois que je ne pourrais pas rester avec elle sur le long terme.

Je parle toujours de mon fétichisme aux femmes avant un premier rapport. Ça me parait très important, c'est respectueux, et je ne veux pas que la personne "perde" son temps si elle ne se sent pas à l'aise. Certaines femmes me disent que mon attirance est originale et d'autres me disent que je suis fou, et c'est déjà fini. Je ne leur en veux pas. Je comprends, c'est particulier, pas commun, ça peut perturber. Moi-même, je ne maîtrise pas les raisons de mon fétichisme.

"Je ne touche pas son nombril sans toucher son clitoris"

Je n'ai pas forcément une érection à la simple vue d'un nombril creux. Mais en plein acte, si je regarde le nombril de ma partenaire, j'atteins l'orgasme plus facilement. Lors de la pénétration, si ma partenaire est assise sur moi, je vais inévitablement, en plus de ses seins, regarder son nombril, et sans doute lui mettre un doigt dedans en même temps. J'aime aussi le lécher, mais je m'occupe en parallèle du reste de son corps, j'ai conscience que tout ne doit pas tourner autour du (de mon…) nombril et je tiens à compenser les effets négatifs de mon fétichisme si effets négatifs il y a. Par exemple, lorsque je joue avec le clitoris de ma partenaire, il m'arrive de lui lécher le nombril en même temps. Ainsi, elle prend du plaisir par le clitoris et moi ça me permet de jouer avec son nombril creux.

Mon fétichisme a aujourd'hui trouvé sa place dans ma vie sexuelle et la clé a toujours été la communication. Dès lors qu'on en parle avant, tout est possible ensuite. Aujourd'hui en couple, je ne me sens pas jugé et nous pouvons, avec ma partenaire, tester des choses, nous amuser, prendre du plaisir. Il y a quelques années, j'ai fait un truc que je n'oublierai pas de sitôt : une ex a accepté de s'asseoir sur moi et de se frotter le clitoris sur mon nombril jusqu'à jouir dessus. Je me suis senti soumis et un peu à sa merci. Ça m'a beaucoup excité. Pour une fois, c'était la fille qui jouissait dans le nombril ! J'aimerais beaucoup le revivre.

"Une fille qui m'envoie son nombril en photo est une fille qui tolère mon fétichisme, et ça me fait du bien"

Lors de ma dernière relation, mon penchant pour les nombrils m'a joué des tours puisque mon ex est tombée sur des conversations dans lesquelles je demandais clairement une photo de nombril à des contacts sur les réseaux sociaux. Ça ne lui a pas plu et je l'entends. Même quand je suis en couple, je suis en quête de nombrils "virtuels" – jamais dans la vraie vie - et ce n'est pas sans culpabiliser. Je me demande souvent pourquoi j'ai besoin d'une marée d'autres nombrils alors que j'ai une copine qui a un beau nombril. Je pense que la réponse se trouve dans le challenge, dans l'excitation ressentie lorsque la fille me dit "oui, je vais te l'envoyer" et que la photo s'affiche sur mon téléphone.

Mais une autre réponse plausible à mes yeux, c'est que quand une fille accepte ma demande, cela signifie qu'elle tolère mon fétichisme. Ça fait du bien à l'ego, ça me rassure. Je me sens moins différent, mieux en place dans ma sexualité.

"Je prends aussi du plaisir avec mon propre nombril"

En plus d'être attiré par le nombril des filles, j'avoue prendre du plaisir avec le mien. Il m'arrive fréquemment de diriger le pommeau de douche chaude sur mon nombril quand je me masturbe. Je le trouve pas trop mal - il est creux évidemment, et il m'excite plus par les sensations qu'il me procure que visuellement. J'aime aussi que les femmes regardent mon nombril. Je visionne également beaucoup de pornos, et j'ai mis le temps à trouver des pornos dédiés au fétichisme du nombril. Mais il y a bel et bien des pornos. J'adore tout ça.

J'ai fait des recherches pour comprendre l'origine de mon obsession, et surtout pourquoi le nombril et pas les mains ou les pieds. On ne trouve pas grand-chose, je n'ai aucune explication, d'autant que c'est certainement propre à chaque individu. Je dois dire aussi que ça me fait peur. J'ai peur de ce que je peux découvrir. Pour me rassurer, et parce que j'ai choisi de vivre ma sexualité comme je l'entends sans me triturer le cerveau, j'ai aussi cherché si nous étions plusieurs. Hélas, c'est vraiment peu répandu. Je connais deux filles, des anglophones. Elles m'envoient leur nombril et moi le mien, on s'amuse comme ça, ça ne fait de mal à personne et j'ai envie d'insister là-dessus. Je conçois que ce soit un peu étrange mais mon fétichisme n'est pas dangereux et ce n'est pas une maladie. Il fait partie de moi, de ma vie, de mon plaisir.