Focus sur l'orgasme clitoridien

La stimulation du clitoris amène de nombreuses femmes au plaisir. L'orgasme clitoridien est-il un véritable orgasme ? comment se produit-il et quelles sont ses caractéristiques ? Réponses.

Focus sur l'orgasme clitoridien
© Fotolia

L'orgasme : vaste sujet, qui fait couler autant d'encre que la poursuite du bonheur ! Peut-être parce qu'il est l'objet de nombreuses idées reçues qui empêchent finalement de l'atteindre ?

L'orgasme clitoridien : un orgasme juvénile ?

Pendant des décennies, à la suite d'écrits du père de la psychanalyse, Sigmund Freud, l'orgasme clitoridien était considéré comme l'orgasme des femmes n'ayant pas encore fait l'amour avec un homme, n'ayant pas été pénétrées et donc n'ayant pas pu atteindre l'orgasme vaginal. En quelque sorte un orgasme bas de gamme, immature... Pourtant, près d'un siècle plus tard, la pratique des sexologues incite à revoir ce jugement. Si orgasme clitoridien et orgasme vaginal sont bien différents, ce n'est pas une question de maturité, mais une différence de stimulation et... de résultats !

Orgasme clitoridien ou orgasme vaginal ?

En effet, les spécialistes constatent que si la plupart des femmes atteignent l'orgasme clitoridien assez facilement, parfois même toutes seules, par la masturbation, elles ne seraient que 33 % à avoir des orgasmes vaginaux, avec pénétration donc... De quoi faire descendre le phallus de son piédestal ! Et remettre en cause l'absolue présence d'un pénis pour atteindre le septième ciel...

Qu'est-ce qu'un orgasme clitoridien ?

Le clitoris est le petit bouton qui se trouve à la jonction des petites lèvres. À l'instar du pénis masculin, il est érectile et se constitue d'un gland, d'un prépuce et c'est une zone érogène, car très innervée. Si la partie immergée du clitoris ne mesure que 1 centimètre au maximum, sa tige interne atteint jusqu'à 10 centimètres. Des pressions, caresses, frottements sur le clitoris, à l'aide de doigts, de coups de langue, peuvent mener à un orgasme clitoridien, qui se manifeste par des spasmes courts et intenses. Alors, pourquoi s'en priver ?

A LIRE AUSSI