Le bondage pour les nulles

Découvrez le bondage, ou l'art de s'attacher pour le plaisir : qui peut aimer cette pratique, pourquoi et comment ?

Le bondage pour les nulles
© Fotolia

Les relations sexuelles sadomasochistes ne sont pas récentes et certaines sont même pratiquées depuis la nuit des temps. C'est le cas du bondage, qui tire son fondement des techniques de ligotage qu'utilisait autrefois l'armée nippone.

Qu'est-ce que le bondage ?

Le bondage décrit une pratique sexuelle sadomasochiste où le partenaire est attaché durant un acte sexuel ou érotique. Inspiré de certaines techniques de torture, le bondage est aujourd'hui une manière d'exprimer ses fantasmes. Il n'est plus question de souffrir et faire mal à l'autre, mais plutôt de réveiller et de pimenter votre vie sexuelle. Si vous souhaitez découvrir le bondage, il faut avoir une confiance totale en l'autre et que les deux partenaires soient attirés par cette pratique. Ensuite, allez-y doucement pour commencer. Instaurez des codes pour ne pas brusquer l'autre et n'allez pas trop loin dans ce jeu sexuel, car il peut s'avérer dangereux lorsqu'utilisé de façon extrême. Et prenez garde tout de même à ne pas tomber dans un comportement masochiste.

Quelques conseils si vous souhaitez pratiquer le bondage

Tout d'abord, notez bien que les liens que vous allez utiliser servent uniquement à tenir votre corps ou celui de votre partenaire dans une position souhaitée, ce ne sont pas des instruments de torture. Ensuite, pour pratiquer cet "art des liens" vous pouvez utiliser différents accessoires comme des ceintures, des lanières en cuir, des cordes, du ruban adhésif, des combinaisons en latex, des corsets ou encore des sex-toys comme des menottes. Maintenant que vous êtes équipé, apprenez à nouer le corps de votre partenaire dans la sensualité, et n'en faites pas un saucisson... Il n'y a plus rien d'excitant à ça ! Allez des bras aux jambes, en passant par le buste ou les seins... Bref, tout ce qui vous donne envie de l'autre et vous permet d'accroître votre plaisir.