Masturbation anale : à vous le plaisir avec la sodomie en solitaire [CONSEILS]

Avec un doigt et sans partenaire, la stimulation anale a toute sa place durant la masturbation. Pour certaines femmes, elle est même incontournable. Nos conseils pour pratiquer la sodomie… en solo !

Masturbation anale : à vous le plaisir avec la sodomie en solitaire [CONSEILS]
© 123RF

La masturbation, c'est "l'excitation manuelle de ses propres organes génitaux", selon le Larousse. Une définition qui nous va bien mais tout de même, objectons : l'excitation n'est pas toujours manuelle et les organes génitaux ne comprennent pas la zone anale. Parfois, on utilise un sextoy direction l'anus (et on prend du plaisir). Une introduction légèrement triviale (dans tous les sens du terme) pour rappeler que l'auto-érotisme n'a pour seules limites que celles que l'on s'impose. En la matière, c'est chacun son truc. Certaines personnes découvrent le plaisir anal avant même de pratiquer la sodomie avec un partenaire. Un moyen comme un autre de découvrir son corps ou d'assouvir sa curiosité. Pour d'autres, c'est plutôt le plaisir d'une pratique déjà connue qui est convoqué pendant la masturbation. L'avantage ? On maîtrise ses gestes, on choisit son rythme, on se fait du bien. Avec un plug, un doigt ou autre (mais pas n'importe quoi), tout est possible. On en parle.

Masturbation anale : peut-on parler d'auto-sodomie ?

S'il est tentant de parler d'auto-sodomie quand on évoque la stimulation anale durant la masturbation, gare aux faux amis : même si le terme d'auto-sodomie fait sens, il est fréquemment usité dans le porno (et en anglais, soit le self fucking) et on y voit (véridique) des hommes qui insèrent leur pénis dans leur anus. Attention donc, âmes sensibles s'abstenir. Cette pratique dans la même veine que l'auto-fellation fait également couler beaucoup d'encre digitale dans les forums, puisque certains hommes recherchent des conseils pour parvenir à effectuer cette torsion pénienne. Ainsi, stimuler soi-même son anus lors de masturbation nous mènera davantage à parler de masturbation anale ou d'auto-stimulation anale.

Eviter les légumes et penser au lubrifiant

La masturbation anale peut être réalisée avec un doigt (ou plusieurs), ou bien avec un plug anal, un jouet spécialement conçu pour stimuler l'anus. Si les plugs anaux existent et sont à privilégier par rapport à une carotte ou une allumette (chacun son niveau), c'est parce qu'ils disposent d'un "coude", c'est-à-dire qu'ils forment un angle, et cet angle est précieux. Il faut savoir que le muscle du sphincter anal travaille à l'absorption : ce qui rentre dans l'anus peut potentiellement être "aspiré" (c'est d'ailleurs pour cette raison que l'on parvient à se retenir quand on a envie d'aller aux toilettes). Donc il est préférable d'éviter les petits objets ou les objets cylindriques, et en cas de doute, on commence par un doigt, car promis, votre corps ne finira pas dans votre anus.

A côté de ça, on mise sur le lubrifiant, puisque l'anus, contrairement au vagin, ne lubrifie pas naturellement. Le lubrifiant offre donc un maximum de confort.

Un plaisir entier, un orgasme plus fou ?

La zone rectale est dotée de terminaisons sensitives, d'où le plaisir ressenti durant la sodomie ou la masturbation anale. Grâce au lubrifiant et un minimum de douceur, surtout quand on débute, il est possible d'atteindre l'orgasme anal. Bien entendu, se caresser en même temps le clitoris ou les seins, ou encore pratiquer concomitamment la pénétration vaginale, est un bonus : le plaisir est entier, l'abandon pas loin. On notera aussi que de nombreux plugs anaux fonctionnent avec une télécommande, de quoi avoir les mains plus ou moins libres. Comme quoi, tout est possible.

Désir et plaisir